L'objectif de 60% de bacheliers a bien été atteint avant l'an 2000

Lorsqu'en 1985 le ministre de l'Education nationale Jean-Pierre Chevènement annonce l'objectif de « 80% d'une classe d'âge au niveau bac » (c'est-à-dire en terminale) pour l'an 2000, il précise qu'en tablant sur un taux de succès des candidats au bac de 75% on devrait avoir alors 60% de bacheliers effectifs dans une classe d'âge.

Lorsqu'en 1985 le ministre de l'Education nationale Jean-Pierre Chevènement annonce l'objectif de « 80% d'une classe d'âge au niveau bac » (c'est-à-dire en terminale) pour l'an 2000, il précise qu'en tablant sur un taux de succès des candidats au bac de 75% on devrait avoir alors 60% de bacheliers effectifs dans une classe d'âge.

 Et c'est ce qui s'est passé ; et même de façon un peu anticipée. Le taux de réussite aux baccalauréats qui était de l'ordre de 66% depuis 1969 jusqu'en 1985 monte à 70% en 1986 et 1987, puis à environ 75% de 1988 à 1995. Le taux de 60% de bacheliers dans une classe d'âge est atteint dès 1994 ( 6 ans avant la date prévue) : 36% de bacheliers généraux dans la classe d'âge de 1994, 16% de bacheliers technologiques, et 8% de bacheliers professionnels.

 La confusion entretenue autour de l'expression « 80% d'une classe d'âge au niveau bac » n'a pas permis que cela s'inscrive dans les « mémoires », même si cela est bien advenu dans l'Histoire.... Il est vrai qu'à droite cela n'a pas été très clair et qu'un ''flou artistique'' a pu sembler le bienvenu. Le ministre de l'Education nationale du gouvernement dirigé par Jacques Chirac ( René Monory) a en effet repris en 1988 à son compte le mot d'ordre de « 80% d'une classe d'âge au niveau bac » ( un peu à la baisse : 74%), alors même que Jacques Chirac n'a pas hésité à dire à la « Convention sur l'éducation et la formation » tenue par les partis de droite en janvier 1990 que « 80%, ça n'a pas de signification, car il n'y a pas 80% d'élèves aptes à s'ouvrir à l'étude des concepts ».

 Où en sommes-nous à la veille des résultats définitifs de la session 2014 ? En 2013, on a atteint le taux de 73,7% de bacheliers dans la classe d'âge. Le taux de bacheliers généraux dans une classe d'âge n'a pratiquement pas augmenté depuis vingt ans ( 36% en 1994, 38% en 2013) alors même que le taux de réussite dans ces baccalauréats est passé de 75% à 92% ( ce qui signifie que le taux de lycéens engagés dans ces filières générales est à la baisse...). En réalité, c'est l'expansion des baccalauréats professionnels (créés par le ministre de l'Education nationale Jean-Pierre Chevènement en 1985) qui assure l'essentiel de la progression du taux de bacheliers dans une classe d'âge depuis une vingtaine d'années : 20,1% de bacheliers professionnels dans la classe d'âge de 2013 contre 8% dans celle de 1994.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.