claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 mai 2022

Pap Ndiaye à la tête du MEN : surprise et continuité ?

Une surprise : personne ne l'annonçait, et il a un passé au rebours de Blanquer. Une continuité dans sa catégorie de nomination : il est le onzième ex-professeur nommé à la tête du MEN, et ses dix prédécesseurs ex-enseignants ont tous été comme lui agrégés. Une continuité problématique : le sens que peut avoir cette nomination pour Macron couplée à son projet de « refondation » de l'Ecole…

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Durant la Cinquième République, on a eu avant la nomination de Pap Ndiaye 28 ministres de l'Éducation nationale différents (si l'on ne compte pas les responsables politiques qui ont exercé un court intérim pour l'Éducation nationale en sus de leurs responsabilités ministérielles ; et si l'on ne compte pas bien sûr deux fois ceux qui ont pu « redoubler »)

Dix de ces 28 ministres de l'Éducation nationale ont été professeurs. Il est remarquable qu'ils sont tous agrégés : quatre agrégés – du supérieur – en droit ou sciences politiques (Edgar Faure, Jack Lang, Luc Ferry, Jean-Michel Blanquer) ; trois agrégés de lettres classiques (Lucien Paye, François Bayrou, Xavier Darcos ), un agrégé de philosophie (Vincent Peillon), un agrégé d'histoire (Louis Joxe) et un agrégé de géographie (René Haby). Tout se passe comme s'il était hors de question que des enseignants d'un autre « rang » puissent être à la tête du ministère de l'Éducation nationale. Et Pap Ndiaye, onzième professeur qui vient d'être nommé à la tête du ministère est bien un agrégé (d'histoire) et ne déroge pas à la règle...

Pap Ndiaye est un historien de haut vol... Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, il est titulaire d'un doctorat des Hautes études en sciences sociales (EHESS), où il devient maître de conférences avant d'être promu en 2012 professeur à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po).

En 2021, il est nommé par le président de la République Emmnanuel Macron à la tête du Palais de la Porte-Dorée qui héberge le Musée national de l'histoire de l'immigration. Selon le sociologue Michel Wievorka, « le chef de l'Etat voulait lancer un signal politique pour contrebalancer les positions des ministres Jean-Michel Blanquer, Frédérique Vidal et Gérald Darmanin » (épisodes remarqués des évocation de « la cancel culture » et de « l'islamo-gauchisme »)

Un an plus tard, Emmanuel Macron vient de l'installer à la tête d'un ministère très exposé (celui de « l'Education nationale et de la Jeunesse ») pour qu'il succède précisément à Jean-Michel Blanquer avec son passé et son passif. Sans compter la perspective d'être la cheville ouvrière (sinon le maître d'oeuvre) d'une « refondation de l'Ecole » voulue et dûment annoncée par le président de la République nouvellement réélu. Rude tâche...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra