claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 févr. 2017

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Le vote enseignant, une nouveauté?

Pas tellement si l'on en juge par leurs réponses aux sondages effectués auprès d'eux pour les présidentielles ces vingt dernières années. On observe une relative stabilité en faveur des candidats de la « gauche de la gauche » ou bien de la droite ou de l'extrême droite. Et des variations importantes pour ce qui concerne les candidats de ''l'entre-deux''. Mais ce n'est pas non plus une nouveauté.

claude lelièvre
Historien de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On prendra pour références le sondage effectué à la sortie des urnes après le premier tour des présidentielles de 1995, celui réalisé par la SOFRES fin mai 2002, et ceux effectués par l'IFOP en mars 2007, puis en avril 2012, celui d'Opinionway en juillet 2015 . Enfin les résultats de la dernière enquête du Cevipof/CNRS portant sur les intentions de vote des fonctionnaires, début février 2017 (1500 membres des milieux de l'enseignement interrogés).

Le pourcentage de votants en faveur du principal candidat de droite est presque une constante parmi les enseignants sondés durant cette vingtaine d'années : 13% et 12% pour Jacques Chirac en 1995 et 2002 ; certes 18% pour Nicolas Sarkozy en 2007 mais 13% en 2012, puis à nouveau 13% en juillet 2015 ;14% pour François Fillon en février 2017.

Les votes déclarés en faveur des candidat du Front national sont moins négligeables qu'on le croit souvent, avec une tendance à l'augmentation en fin de période (mais sans commune mesure avec ce que l'on observe pour l'ensemble de la population française). Jean-Marie Le Pen : 4% en 1995, 2% en 2002 , 4% en 2007 . Marine Le Pen : 4% en 2012, puis 6% en juillet 2015 et enfin 7 % en février 2017.

Par ailleurs, si les totaux des déclarations de votes en faveur de candidats ''à la gauche de la gauche'' s'avèrent sensiblement de même hauteur, avec des variations qui ne sont néanmoins pas négligeables (15% en 1995, 18% en 2002 ; seulement 13% en 2007, mais 17% en 2012 et 22% en juillet 2015 ;18% en février 2017 ), les fluctuations du poids respectif des organisations impliquées peuvent être fortes en liaison avec l'émergence de certaines ''personnalités'' : 6% et 7% pour Arlette Laguiller en 1995 et 2002 ; 7% et 5% pour Olivier Besancenot en 2002 et 2007 ;15 % pour Jean-Luc Mélanchon en 2012, 18% en juillet 2015 et enfin 16% en février 2017.

En revanche les scores des candidats socialistes dans ces sondages pour les élections présidentielles peuvent être extrêmement variables, eux .On peut d'abord noter l'écart important de votants qui se sont déclarés en faveur de Lionel Jospin (et cela en pleine situation d'élections présidentielles effectives) : 27% en 2002 contre 40% en 1995. On bien encore la très grande différence d'intentions de votes déclarées en faveur de François Hollande : 21 % en juillet 2015 contre 44% en avril 2012. Deux autres candidats socialistes se situent encore sensiblement ailleurs. En mars 2007, Ségolène Royal recueillait 36% des suffrages. Et l'enquête du Cevipof/CNRS crédite Benoît Hamon de 25% des intentions de vote dans le milieu enseignant début février 2017.

Un autre phénomène régulièrement sous-estimé est la forte installation d'un vote ''centriste'' voire de ''centre-droit'' en plein milieux enseignants. A cet égard les performances de François Bayrou sont significatives. 8% en 2002, 30% en 2007, 16% en 2012, 26% en juillet 2015. La hauteur que peuvent atteindre ces pourcentages (plus du quart des votants en 2007 et 2015) montre que l'on est sorti d'une structuration de base historique des votes enseignants, à savoir le conflit basique plus que séculaire entre le ''public'' et le ''privé'' (ce que l'on appelait naguère ''la question scolaire'') alors même que François Bayrou a commencé sa carrière de ministre (d'obédience ''démocrate-chrétienne'') en tentant d'abroger la ''loi Falloux'' pour favoriser l'enseignement privé (et en échouant face à la mobilisation du ''camp laïque'' et de François Mitterrand). Un ''péché'' sans doute désormais considéré comme'' véniel'' par un grand nombre d'enseignants.

Enfin, last but not least, la dernière enquête du Cévipof/CNRS datant du début février 2017 crédite Emmanuel Macron de 29% des intentions de vote des enseignants au premier tour des présidentielles.

Bien sûr, tous ces sondages doivent être pris avec la conscience des ''aléas'' et des ''biais'' qui peuvent leur être inhérents. Mais il semble bien que l'on ne peut manquer d'être alerté par certaines constances (ou certaines variations récurrentes)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP