Claude RIBEYROL
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2012

Jean-Luc Mélenchon et la situation en Syrie

Claude RIBEYROL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Luc Mélenchon affirme «... il faut absolument qu'il y ait un cadre de droit international reconnu par tous  ... quand on arrive à l'ONU, les Russes et les Chinois s'opposent aux décisions ... Que pouvons-nous faire? Organiser les représailles qui s'imposent contre la famille al-Assad ».

http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/candidats/en-direct-la-journee-de-campagne-minute-par-minute-12-03-2012-1901667.php

L'attitude de Jean-Luc Mélenchon est sans nul doute ambigüe.

Mais nous sommes tous ici dans la même situation (sauf ceux qui sont bardés de leurs certitudes interventionnistes ou, à l'opposé, meyssaniques).

Nous avons été témoins des conséquences humaines incalculables des guerres d'Irak, d'Afghanistan, de l'obscénité et de l'irresponsabilité criminelle de l'intervention otanesque en Lybie, nous sommes témoins du silence et de l'hypocrisie qui entourent la Palestine.

Il y a les sermons, diffusés depuis des mois par les grands média en provenance des pays sous influence wahhabite, appelant à se "débarrasser des Alaouites". Cela ressemble étrangement parfois à la Radio des Mille-Collines, de sinistre mémoire rwandaise.

En même temps, le clan Assad se nourrit et joue de cette menace, pour maintenir son pouvoir, et créer dans ce but une situation irréversible pour les communautés chrétienne et alaouite, qu'il tente d'enfermer dans une liaison mortifère avec son propre régime.

Les Russes et les Chinois, comme tout le monde, jouent le jeu de rôles qui leur convient. Ce n'est pas moi qui vais leur jeter ni la pierre, ni des fleurs.

L'Irak et l'Afghanistan relèvent d'une conscience universelle absente. Ce qui se passe en Syrie en Lybie ou à Gaza, relève de la même barbarie humaine, et je ne suis pas le seul parmi les commentateurs de Médiapart qui ne supporte plus les indignations sélectives de ceux qui se placent du côté du "Bien", des "Occidentaux", du "camp des démocraties", des pays "civilisés".

J'espère qu'il est encore possible:

(1) d'empêcher le scénario lybien qui entrainerait le peuple syrien dans un puits sans fond.

(2) que le peuple syrien puisse reconstruire une nouvelle société, sans les Assad.

Mais ce n'est là peut-être qu'un rêve.

En attendant, c'est le cauchemar : hier, à Homs, je ne prétendrai pas désigner les auteurs du massacre de 47 personnes, femmes et enfants, dont s'accusent mutuellement le pouvoir syrien et l'ALS. Tout simplement, parce que je ne sais pas qui sont ces auteurs.

Intuitivement encore, je pense qu'une présence indépendante constituée sous l'égide de l'ONU, avec des contingents de pays non partie prenante dans ce conflit (Brésil, Inde, Afrique du Sud, etc..) aurait été souhaitable bien plus tôt, et l'est bien davantage aujourd'hui, de façon encore plus urgente, avec une aide nécessaire et impérative aux populations civiles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra