Supprimons l'ENA !!!

Il est temps de neutraliser cette machine pernicieuse qu’est l’ENA, qui manipule notre démocratie et détruit les valeurs de notre République.

   En 1945 la France, libre au prix de 30 millions de morts, met la vie humaine au cœur de toutes ses attentions. Ces dirigeants décident d’édifier un système de protection sociale qui porte haut et fort les principes de Liberté, d’Égalité, et de Fraternité. Pour y parvenir, il faut remplacer au plus vite une vieille caste de technocrates corrompus dans la décennie précédente. Pour servir l’État, il faut éduquer de jeunes Français qui devront être les gardiens de la paix et de la justice. Dans le contexte délicat de l’après-guerre, l’ENA est donc créée pour lutter contre les séparatismes et construire une nouvelle République.

   Peu à peu les idéaux et les valeurs initiales, s’y sont cependant évaporé, tout comme la représentation des classes populaires qui passe entre 1950 et 2017, de 29 % à 9 % 1.

   Avec le temps, le système dynastique que l’ENA devait combattre s’est finalement reformé, renforcé et développé. Au lieu de se consacrer à former des hauts fonctionnaires au service du bien commun, l’ENA approvisionne 50 % des Présidents, 1/3 des Premiers ministres ainsi que les dirigeants des grandes entreprises du CAC 40. Tout ceci s’expose dans un mouvement de va-et-vient vicieux entre les intérêts publics et privés2.

   Qui peut encore accepter qu’une seule école, voire une seule promotion (ex. : Voltaire) puisse avoir dans ses seules mains notre avenir, celui de la France ?

   L’ENArchie est la patronne d’un système pervers, qui est détourné de ses objectifs initiaux, et qui ne se modifiera jamais par lui-même. D’ailleurs, plusieurs projets eux-mêmes pilotés par des énarques comme la fameuse seconde-école à Strasbourg n’ont jamais donné que des résultats inverses. L’histoire nous montre que les systèmes de pouvoir abusif ne font que s’étendre jusqu’à un point de rupture d’où naissent les révolutions.

   Avant qu’il ne soit trop tard, nous devons supprimer l’ENA dès la prochaine rentrée.

   Pour ce projet, aucun budget n’est nécessaire. Au contraire, l’État évitera de creuser un peu plus le déficit astronomique de l’école de 2,8 millions d’euros3 et économisera la somme de 180 000 euros par élève.

   C’est simple et rapide à mettre en œuvre et pour ceux qui s’inquiéteraient d’une transition, avec les 65 000 élèves français et 3650 étrangers formés depuis 1945, il y a déjà bien assez d’énarques de disponibles.

   Le temps nous est compté, seul des démocrates, prêt à défendre, avant leur intérêt personnel, les principes de notre République pourront défier l’ENArchie et supprimer cette faction.

   Quel autre changement de notre démocratie peut se passer ainsi sans drame avec un gain immédiat ?

   Aujourd’hui ce dont nous souffrons ce n’est pas un manque de compétences, mais de valeurs qui devraient être le premier critère de sélection pour honorer la fonction publique.

   Concrètement, à aujourd’hui, près de 2000 personnes ont signé la pétition pour la suppression de l’ENA (https://www.change.org/p/nous-pour-la-suppression-de-l-ena).

   Si vous aussi vous voulez mettre fin à l’ENArchie, et rétablir les valeurs aux plus hautes fonctions de l’état, alors il faut faire entendre votre voix. Que les principes de notre République ne deviennent plus de simples « slogans » électoraux.

 

Sources : 

1. Diversité sociale dans les classes préparatoires aux grandes écoles : mettre fin à une forme de délit d'initié. https://www.senat.fr/rap/r06-441/r06-44113.html#fn23

2. Halshs.archives-ouvertes.fr. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00536683/document

3. Le Parisien. (2019). Les comptes alarmants de l’ENA. http://www.leparisien.fr/economie/les-mauvais-comptes-de-l-ena-13-10-2018-7918233.php

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.