Coalition PLUS
Coalition internationale de lutte contre le sida et les hépatites virales
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2022

Fonds mondial / Financement du VIH: l’heure est à l’action !

En prélude à la septième reconstitution de ses ressources, le Fonds mondial a établi ses besoins de financements à minimum 18 milliards USD pour accélérer la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme.

Coalition PLUS
Coalition internationale de lutte contre le sida et les hépatites virales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 En tant que réseau international de lutte contre le sida réunissant les personnes infectées, affectées et vulnérables au VIH, Coalition PLUS appelle les pays donateurs à augmenter leur contribution d’au moins  30% pour agir véritablement sur l’épidémie du VIH.

La cible financière de 18 milliards USD annoncée par le Fonds mondial constitue une augmentation d’environ 30% par rapport aux 14 milliards réunis en 2019. Même si nous reconnaissons cet effort, nous constatons que ce montant ne couvre que 14% des ressources que le Fonds mondial estime nécessaire sur la période 2024-2026 (130,2 milliards USD) pour rattraper le retard dans la riposte au VIH/sida, au paludisme et à la tuberculose. 

Des millions de vie en jeu 

La covid-19 a eu un impact catastrophique sur la lutte contre le sida, faisant reculer considérablement les progrès obtenus depuis la création du Fonds mondial. En 2020, les dépistages du VIH ont baissé de 22% tandis que le nombre de personnes bénéficiaires des services de prévention du VIH a baissé de 11% dans les pays où intervient le Fonds mondial. Ces indicateurs très préoccupants nécessitent  une réaction urgente et significative.

Nous, personnes infectées, affectées et vulnérables au VIH, appelons les pays donateurs à augmenter de minimum 30% leur contribution au Fonds mondial. Seul cet engagement sans précédent permettra de garantir l’accès aux services de prévention et aux traitements dans certains pays comme le Gabon qui font face à une rupture totale des stocks d’ARV. 

Nous sommes à un tournant historique et l’heure est à l’action! Investir dès maintenant ce minimum de 18 milliards de dollars c’est choisir de sauver des millions de vies; c’est faire un choix économique durable et optimal puisque chaque dollar dépensé dès aujourd’hui dans la riposte à ces trois maladies permet d’économiser 31 dollars en coûts de santé plus tard. 

L’objectif d’un monde sans sida d’ici 2030 ne peut être atteint sans une mobilisation effective et un ferme engagement des pays soutenus par le Fonds mondial. En cela, nous saluons l’implication personnelle des présidents de la République Démocratique du Congo, du Kenya, du Rwanda, du Sénégal et de l’Afrique du Sud dans la campagne de reconstitution du Fonds mondial. Nous leur demandons de maintenir ce leadership et de plaider auprès de leurs homologues pour une mobilisation des ressources nationales indispensables pour mettre fin au sida, soit 45% du besoin financier nécessaire pour la période 2024-2026.

Impliquer les personnes concernées

Dans les pays où il intervient, le Fonds mondial reste  un allié de taille pour les populations vulnérables et marginalisées. Toutefois, ces personnes restent peu impliquées dans l’exécution des programmes financés par le Fonds mondial comme l’a révélé une enquête flash menée par Coalition PLUS et son membre français AIDES auprès de 18 organisations  dans 11 pays de notre réseau.

Pour une riposte efficace au VIH, nous demandons au Fonds mondial d’œuvrer pour une meilleure inclusion des communautés les plus vulnérables dans les prises de décisions, l’exécution et la coordination des programmes de santé dont elles sont bénéficiaires.  Ce n’est qu’à cette condition que leurs besoins spécifiques de santé seront pris en compte dans l’élaboration et la mise en œuvre de la riposte à l’épidémie du VIH.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel