Le char et l'olivier, une autre histoire de la Palestine

" Loin des lamentations et imprécations, et sans acrimonie de ton vis-à-vis des Israéliens" ce documentaire de Roland Nurier analyse "la situation des points de vue historique et juridique" . "Loin du prêt-à-penser délivré malheureusement par beaucoup de médias" il remet en cause "nombre de clichés et d'idées reçues"

Nous souffrons d'un mal incurable qui s'appelle l'espoir  Mahmoud Darwich

À tous ceux (ils sont légion chez les politiques et intellectuels de tout bord) qui aimeraient tant que l’on confonde antisionisme et antisémitisme, à tous ceux (ils sont légion dans le monde de l’éducation et de la presse) qui -par raccourci lexical et sémantique -assimilent les Palestiniens à des terroristes ou -par une vision strictement humanitaire -en font essentiellement des victimes dont on doit avoir pitié, et non des citoyens à part entière, je recommande ce film documentaire qui loin des lamentations et imprécations, et sans acrimonie de ton vis-à-vis des Israéliens, analyse la situation « des points de vue historique et juridique »

Si la connaissance est la condition préalable à tout débat encore faut-il qu’elle se déleste des  "grilles" de lecture  qui donnent un "sens"  aux événements (or celles-ci font florès et entachent les discours à tel point que critiquer la politique de  Sharon ou  de Netayamou est synonyme d’antisémitisme…)

Il est une idée reçue dont beaucoup de personnes -inféodées à une doxa- auront du mal à se débarrasser: l’équilibre des responsabilités n’existe pas comme on aimerait nous le faire comprendre…

 Apprendre du passé pour comprendre le présent ! Apprendre à partir de faits historiques incontestables (le sionisme contemporain des politiques colonialistes fin XIX°, la frilosité de la communauté internationale en 1948, les ambiguïtés de l’ONU qui tance ..et ne sévit pas..., des propositions palestiniennes occultées par l'histoire enseignée,  par exemple)

Le réalisateur Roland Nurier convoque des hommes et des femmes de religions différentes, de métiers et de pays divers;  tous s’appuient sur « l’analyse de terrain et les textes de droit international » ; il réunit aussi des témoignages de citoyens palestiniens et français. Entretiens illustrés par de nombreuses infographies,  incrustations d'images (cartes géopolitiques, animations, dessins)

On aura reconnu -entre autres- Alain Gresh (je vous recommande la lecture de Israël Palestine Vérités sur un conflit) Dominique Vidal (le monde diplomatique) Sieffert ( Politis) Elian Sambar (historien) Leila Shadid, Michel Warschawski, Jean Ziegler, Christiane Hessel, Richard Falk, (professeur de droit américain international à l’Université de Princeton) Pierre Stambul (porte-parole de l'Union des juifs pour la paix)

 Le documentaire s'ouvre sur un aveu de Ben Gourion  ("si j'étais un leader arabe je ne signerais jamais un accord avec Israël. C'est normal nous avons pris leur pays")  et se clôt sur une citation de Avraham Burg (président  de la Knesset de 1999 à 2003) « du fait de la Shoah nous voulons le pardon continuel pour les fautes que nous commettons et nous ne supporterons aucune critique »....

 Le char et l’olivier une autre histoire de la Palestine a  le mérite d’apporter à un débat (hélas toujours clivant ) des éléments raisonnés. Son réalisateur espère qu’il touchera le plus grand nombre pour en finir avec cette phrase si souvent entendue:"C’est compliqué, je n’y comprends rien!". En tout cas, le film donne quelques clés à un public en demande d'éléments de compréhension afin de se forger sa propre opinion. Tout le contraire du prêt à penser délivré malheureusement par beaucoup de nos médias

 

A voir absolument!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.