So long, my son, de Wang Xiaoshuai (Chine)

Une fresque familiale sociale et politique, un puzzle qui vibre d'émotions contenues et qui mêle l'intime et le collectif, l'histoire individuelle et l'Histoire, le passé et le présent

Superposition des temps narratifs,  éclatement chronologique avec raccords (audacieux ou fluides), ellipses,  changement de points de vue, telle est bien la structure complexe de cette fresque familiale sociale et politique, de ce puzzle qui vibre d’émotions contenues (la mort de l’enfant en ouverture…) qui mêle l’intime et le collectif,  l'histoire individuelle et l'Histoire, le passé et le présent

 Qui oserait encore prétendre que seule l’histoire prime dans l’appréciation d’une œuvre ?

Ici c’est bien plus la façon dont l’histoire est racontée...qui suscite l’intérêt et crée le suspense

 Au montage vertigineux (où les changements d’époques épousent aussi les changements de lieux) s’ajoute  l’interprétation des deux acteurs principaux (Wang Jing-chun dans le rôle de Liu Yaojun le père et Yong Mei dans celui de Wang Liyun la mère) récompensés d’ailleurs à Berlin (Ours d’argent) interprétation qui va de pair avec la direction d’acteurs. Ajoutons la maîtrise des cadrages et la science des lumières;  ce tempo - qui fait alterner duos,  et scènes de groupes ; intimité toujours pudique et collectif, colères vives et paroles apaisantes  etc.-  ; la récurrence d'un thème musical et  la reprise de "ce n’est qu’un au revoir"

 Le cinéaste illustre les conséquences de la politique d’une démographie planifiée sur la vie d’un couple pendant  plus de 30 ans (de 1980 à 2015). Un couple qui à l’écran est bouleversant d’humanité et d’abnégation. Le mélo (et la tentation guette insidieuse…) est .à chaque fois évité …Et si la longue séquence finale éclate de ferveur oecuménique voire d’irénisme, elle s’inscrit dans un contexte qui échappe forcément à  "notre"  façon d’appréhender d’autres pratiques culturelles que les nôtres…Esprits chagrins évitez l’ethnocentrisme !

 

Un film à voir!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.