Nomadland de Chloé Zhao (USA 2020)

Une critique dithyrambique....Un film empathique certes, mais hélas lénifiant !!

synopsis  Après l’effondrement économique de la cité ouvrière du Nevada où elle vivait, Fern décide de prendre la route à bord de son van aménagé et d’adopter une vie de nomade des temps modernes, en rupture avec les standards de la société actuelle. De vrais nomades incarnent les camarades et mentors de Fern et l’accompagnent dans sa découverte des vastes étendues de l’Ouest américain

Osons l’affirmer sans ambages : ce film -un road movie initiatique ? - encensé par une critique dithyrambique ne saurait être le film de l’année, ni le film à voir absolument 

Certes la réalisatrice en adaptant Nomadland : Surviving America in the Twenty-First Century de Jessica Bruder renoue avec une tradition de l’Amérique -Les nomades sont les héritiers de nos pionniers, ils perpétuent avec dignité la tradition de l’Amérique, dit la sœur de Fern ; des nomades solitaires mais solidaires. De même qu’elle renoue avec les  "origines"  du cinéma américain

Certes l'actrice Frances Mc Dormand incarne avec brio une veuve qui parle peu mais dont le regard et le sourire sont constamment à l'écoute de l'Autre 

Certes dans ce road movie une attention spéciale est accordée aux paysages : ils ponctuent et scandent la « narration » (encore que filmés à différents moments du jour, ils s’apparenteraient souvent par leur chromatisme à des cartes postales et ce faisant sont traités comme des décors -certains somptueux!!- et non comme des personnages)

Mais que de mièvrerie (musique incluse) !

Les conséquences tragiques de la crise de 2008 semblent éludées sous le vernis de la « résilience » 

Et ce n’est pas en mettant bout à bout des bribes d’existence (de survie ?) (Fern déféquant, Fern grelottant de froid ou se sustentant de soupes en conserve, Fern employée chez Amazon ou dans la restauration rapide) ni en exhaussant le minimalisme au rang de principe esthétique, que le film serait « réaliste »

Empathique le film l’est assurément

Mais hélas lénifiant !

Un bémol :il inviterait à une réflexion sur l’exil et l’errance -dont témoignent la construction circulaire, et le credo « I’m houseless, not homeless » -,

Mais une réflexion hors écran, hors champ !

Récompenses

Lion d'or Venise + Trois Oscars

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.