Colette Lallement-Duchoze
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 oct. 2021

Freda de Gessica Généus (Haïti France 2020) prix François Chalais Cannes 2021

Film féministe et "témoignage vivant qu'en Haïti on peut réaliser des choses"; film éminemment politique dominé par l'espoir et le souffle de la Vie saisi à fleur de peau, irisé par la langue créole

Colette Lallement-Duchoze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Freda 8 minutes de standing  ovation à Cannes 2021

Freda film féministe, et  témoignage vivant qu’en Haïti on peut réaliser des choses

 Même si la mère Jeannette, la sœur Esther, la cousine Géraldine offrent une palette de portraits de femmes en lutte, c’est Freda le personnage éponyme, qui concentre/ synthétise « toutes les luttes tensions et promesses haïtiennes »

Freda une étudiante révoltée/ un pays ! Un pays avec les démons de son passé ? son présent amnésique ? Pays que l’on veut quitter ? (c’est le choix du frère Moïse:  laissant une mère éplorée à l’image de son île il a choisi le Chili pour nouvelle terre d’accueil; Esther -intéressée, vénale, contrainte ?- a opté pour le mariage avec un sénateur véreux et autoritaire, elle en portera les stigmates !) Freda longtemps en proie au  dilemme : rester ou rejoindre en République Dominicaine son amoureux Yeshua,  fera corps avec sa famille, avec son île (un plan fixe prolongé sur la fusion mère/fille clôt d’ailleurs le film)

 Le contexte social et politique de l’île est suggéré -quand il n’est pas explicitement montré- par la construction en strates superposées et une succession de tableautins (caméra rapprochée pour les scènes d’intimité familiale et plans larges pour les scènes en extérieur, les manifestations) ; à l’apparent désordre répond une logique plus souterraine, celle précisément des causes identifiables, et parmi elles : l’ambiance délétère de la corruption (scandale du petrocaribe, les relents du colonialisme ( tu croyais quoi ? une négresse et un mulâtre dans ce pays ne se rencontrent que dans le noir ) le formatage de la jeunesse (les quelques incursions dans une salle de cours disent en peu de mots tout un passé qui contamine un présent, la « fameuse » dette française « punitive » occultée dans l’enseignement)

 Le point de repère qui fédère cette famille/microcosme est le 33 d’une rue d’un quartier populaire de Port -au- Prince. - plan récurrent sur la façade et sa boutique,  en frontal comme pour en décadenasser les arcanes qui la relient à  la minuscule maison désertée par les « hommes ». Portes et heurtoirs, comme autant de zigzags ou de va-et-vient entre un ici et un là-bas, entre un présent faussement douillet et un passé qui entre par effraction ou l’appel d’un futur incertain ? Voici la mère aimante versée dans les pratiques du vaudou, une mère tiraillée entre le besoin de  "protéger"  ses enfants et celui de  "survivre" . Imposant son  " être là" ,  elle se fera  néanmoins tancer par sa fille qui lui rappellera cruellement un passé déshonorant et des faiblesses (inadmissibles) dont le présent porte les séquelles.... Jeannette ne devient-elle pas  par métaphore la   "mère patrie"  que l’on ose regarder en face, et que l’on va débarrasser de ses oripeaux ?

 Avec un grand sens du cadre et surtout de  la couleur, en alternant scènes d'intérieur et d'extérieur, violence et accalmie, en rendant hommage à la sororité, Gessica Geneus  irise de la langue créole un film éminemment politique dominé par l’espoir ! et  le souffle de la Vie saisi  à fleur de peau !

L’espoir c’est aussi tout simplement réaliser qu’on est là, qu’on est vivant, qu’il y a encore de l’espace pour créer cet avenir que l’on souhaite. C’est sûr que ça demande une énergie que, des fois on n'a pas, parce qu’on est épuisés par cette quête quotidienne de survie. Mais on est toujours là (propos de la réalisatrice Gessica Généus)

 Avec Néhémie Bastien (Freda ) Djanaïna François (Esther)  Fabiola Rémy (Jeannette)  Gaëlle Bien-Aimé (Géraldine) Jean Jean, Rolaphton Mercure,  Cantave Kerven  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie