collectif Chronik
Collectif engagé dans le débat d'idées & l'analyse critique
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juin 2022

Société néolibérale cherche police républicaine

Dans une interview, le secrétaire général du syndicat de police FSMI-FO, Yves Lefebvre, a déclaré qu'en cas de victoire de la NUPES, il n'obéirait « jamais à Jean-Luc Mélenchon. [...] La Police nationale [sera opposée] au pouvoir politique en place. » Cette prise de position interroge tant sur la faiblesse institutionnelle des forces de l'ordre que sur l'affaiblissement de l'Etat de droit en France.

collectif Chronik
Collectif engagé dans le débat d'idées & l'analyse critique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Charles Thibout, membre de Chronik. 

Dans une interview accordée au magazine états-unien Jacobin, le secrétaire général du syndicat de police FSMI-FO, Yves Lefebvre, s’en est pris directement à Jean-Luc Mélenchon, en déclarant qu’en cas de victoire de la NUPES (et de nomination probable de ce dernier à Matignon) : « Il y aura d’immenses protestations au sein de la Police nationale (…). J’ai dit que je n’obéirai jamais à Jean-Luc Mélenchon. La France s’embrasera, mais cette fois-ci, cela opposera la Police nationale au pouvoir politique en place. »

Une police antirépublicaine

Le syndicaliste n’appelle rien moins qu’à forclore l’État de droit, subvertir l’ordre juridique étatique, jusqu’à annoncer à demi-mot un pronunciamiento. Un an après la tribune menaçante de militaires à la retraite, dans Valeurs Actuelles, le putsch semble revenu à la mode ces jours-ci en France.

Qu’un policier ou des militaires s’autorisent de telles sorties de route, sans condamnations ou presque du pouvoir, en dit long sur la détérioration de la démocratie. Le devoir de réserve s’effondre, la soumission à la Loi se délite, la subordination de l’administratif au politique est explicitement remise en cause. Qu’importe les diatribes de Jean-Luc Mélenchon contre la police : une police factieuse est antinomique de la police républicaine.

Au-delà des sympathies politiques nauséabondes, c’est bien la formalisation d’un groupe d’intérêt policier qui pose question. Elle marque le délitement de l’ordre républicain et de son pendant : l’irréductibilité de l’intérêt général, dont l’État est le garant, à la somme des intérêts particuliers. En somme, c’est la notion même de « public » qui ploie sous les assauts répétés d’une pensée et d’une action dominantes : le néolibéralisme[1].

Queue de comète de la néolibéralisation de la société

Cette transmutation de la police républicaine en groupe d’intérêt exprime la dilution de la République dans le néolibéralisme. La « société », si tant est qu’on puisse encore l’appeler ainsi, se réduit tendanciellement à l’espace de confrontation des intérêts sociaux et conduit, ce faisant, à la dissolution de l’intérêt général dans l’affrontement des intérêts particuliers. Cette transformation de l’espace public républicain s’insinue jusque dans ses bastions traditionnels, ces « enclaves » républicaines qu’on pensait les mieux immunisées contre la néolibéralisation de la société : les « services publics », théoriquement (et peut-être illusoirement) prémunies de ce jeu d’affrontements particuliers.

Avec force références au lexique du darwinisme social, à lutte généralisée pour la survie que constituerait la vie en société, elle-même transmuée en champ de bataille, en terrain de compétition de tous contre tous, les thuriféraires du néolibéralisme, à la tête de l’État depuis les années 1970, ont fini par irriguer les rangs de la police. Cette police, rappelons-le, créée par le régime de Vichy, lui-même imprégné de darwinisme social et farouchement antirépublicain.

La normalisation de la violence physique

Le néolibéralisme diffuse et institutionnalise la lutte pour la survie[2]. Partant, il légitime insidieusement le recours à la violence physique comme mode normalisé de régulation des rapports et, a fortiori, des antagonismes sociaux. La dialectique des idées, la rhétorique civique, l’espace public libéral lui-même se trouvent subrogés par cette « régression animale »[3] de l’affrontement des corps. Pour paraphraser Lacan, le Réel se substitue au Symbolique au lieu où la médiation du langage fait défaut.

À cette tendance de fond se superpose la réduction du mot « République » à un signifiant asémantique, du moins à première vue. Subverti, vidé de sa consistance pré-néolibérale, il en vient à correspondre à un « mot d’ordre », non seulement social, mais encore ethnoculturel. Il n’est que de voir combien il est devenu naturel que les mots « république », « laïcité » ou « universalisme » se fassent les paravents du racisme et de la xénophobie, avant tout tournés vers les « musulmans » - catégorie extrêmement confuse, du reste, comme l’avaient souligné Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed[4].

De fait, il n’est plus question d’universalisme, puisque la « république néolibérale » entend procéder, par réaction, à la balkanisation de la société en groupes d’intérêts particuliers. Plus question non plus, dès lors, de rassembler une population hétéroclite, constituée en Peuple ou Nation, autour d’un idéal socialisateur, fût-il largement utopique, mythifié et intéressé. Le projet que porte la république néolibérale, c’est la fragmentation de la société.

 Partant, ses apôtres finissent de renverser la portée émancipatrice du mot République, tel qu’elle fut embrassée en France à la fin du XVIIIe siècle. D’un signifiant « de gauche », progressiste et révolutionnaire, la république néolibérale en a conçu un objet et un instrument réactionnaires et profondément antidémocratiques. Si tout ou partie de la police entre en sédition, c’est avant tout vers cette transvaluation des valeurs républicaines que nos réflexions devront se tourner – si tant que le nouveau régime en offre encore la possibilité.

[1]Antoine Vauchez, Public, Paris, Anamosa, 2022.

[2]Barbara Stiegler, « Il faut s’adapter ». Sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, 2018.

[3]Baptiste Rappin, « L’impératif de l’adaptation : la soumission du droit, de l’économie et du management aux catégories de la biologie moderne », Transversalités, 2022/1 (n° 160), p. 71-93.

[4]Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte, 2013.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain