Collectif des Associations Citoyennes
http://www.associations-citoyennes.net/
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 juin 2020

Quel CAC du Monde d'Après ?

A midi, chaque premier mercredi, à l'heure ou retentit la sirène, retrouvez dans vos boîtes mails les dernières informations du Collectif des Associations Citoyennes. Cet article reprend ici l'édito du numéro de juin de l'Heure de la Sirène, lettre d'information du CAC. JUIN 2019

Collectif des Associations Citoyennes
http://www.associations-citoyennes.net/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ÉDITION COMPLÈTE A RETROUVER SUR NOTRE SITE INTERNET

Eh bien, à vrai dire, le CAC du monde d’après va ressembler furieusement au CAC du monde d’avant ! Peut-être encore plus marqué par l’impérieuse nécessité d’agir et d’orienter l’action par la réflexion collective, sans confondre l’urgence et l’essentiel.

Le gouvernement, comme beaucoup de collectivités locales, met en avant le travail des associations mais à condition qu'elles restent à leur place. Pourtant, si leur apport à une société de la solidarité est essentiel, il n’est pas question de leur donner une place trop importante. La place minorée qui leur est assignée est celle d’acteurs de terrains qui répondent aux appels d’offre, alors qu’elles vont bien au-delà en prenant leurs responsabilités, localement, pour construire des réponses aux crises qui se succèdent.

Quand on évoque des centaines de milliards pour sauver… l’économie, ou la production, ou la finance… combien est-on prêt à investir dans les services publics et la vie associative ? Pourtant les difficultés financières actuelles et à venir pour les associations laissent craindre un écroulement du secteur militant. Les trésoreries ont été épuisées, et les aides à l’emploi drastiquement réduites au cours de la dernière décennie. Nous ne pouvons nous contenter de miettes. La revendication portée par le CAC d’un Plan cohérent de soutien à la vie associative de 1 milliard d’euros est une base qu’on ne peut négocier.

Il est urgent de penser autrement un « autre Monde ». La solidarité, la santé, l’éducation, la culture, l’écologie... ne doivent plus dépendre des marchés qui se jouent à la Bourse. Il est urgent de rebâtir l’« associationnisme » du XXIème Siècle, en cohérence avec le développement des services publics. Il est urgent de retisser les solidarités démocratiques, de définir ensemble les « communs » inaliénables, et de favoriser la convergence des initiatives citoyennes construites localement. Il est urgent de revendiquer le travail d’émancipation comme fondement des pratiques d’éducation populaire, et redonner aux citoyens les clés de la Cité.

Gilles Rouby

Président du CAC

au sommaire :

1. Adhérer, soutenir le CAC sans attendre le Monde d'Après

2. Le CAC ouvre son blog aux textes d’après...

3. Se repérer dans ce Monde d’Après

4. Le CAC participe au réseau de veille de l’État d’urgence sanitaire...et après ?

5. Le retour des enjeux locaux : municipales suite ... et après ?

on en profite pour vous rappeler un événement que vous pouvez encore visionner : le Webinaire Libertés associatives organisé par le Pacte pour la transistion avec avec Lionel Brun-Valicon, membre du Comité central de la Ligue des Droits de l'Homme, et Benjamin Sourice, salarié de l'Association Vox Public chargé d'appui aux initiatives citoyennes. Ma vidéo tournée le 6 mai reste accessible, on y parle de comment agissent les associations de protection des droits individuels et collectifs au cœur de l'état d'urgence sanitaire ; Qu'est ce que sont les libertés associatives et comment elles sont menacées ? Comment associations et citoyens peuvent-ils riposter ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena