Collectif Etudiantes Inter IEP
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 févr. 2021

Étudiantes au sein des Instituts d’Études Politiques, aujourd’hui nous prenons la parole

Parce que nous en avons marre de nous taire, parce qu'il était temps que nous récupérions notre parole, parce que les administrations, les étudiants doivent prendre en compte la puissance de ce Hashtag, nous décidons, nous étudiantes des différents IEP (Sciences Po) de déclarer aujourd'hui ce qui nous tient à coeur. Tribune d'étudiantes en colère. 

Collectif Etudiantes Inter IEP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Étudiantes au sein des Instituts d’Études Politiques, aujourd’hui nous prenons la parole.

Nous nous exprimons pour signifier combien la violence sur nos corps est présente même dans nos prétendues formations “d’élites”, et que cette violence n’est pas suffisamment condamnée, en regard du mal qu’elle cause. D'après Madame la Ministre Frédérique Vidal, les directions de nos établissements sont ébahies de la déferlante de témoignages. Quelle hypocrisie : la violence, l’abus, et les agressions n’ont jamais épargné et n’épargnent pas nos écoles. Ce n'est pas un phénomène nouveau et aucune direction ne peut prétendre qu'elle n'était pas au courant. Si vous en doutiez encore, nous vous invitons à regarder le compte Instagram de Anna Toumazoff @Memespourcoolkidsfeministes, le nombre de témoignages lui-même suffit à montrer l’ampleur du problème.

Il est temps aujourd’hui de laisser les victimes parler pour elles, pour les silencieux.ses, pour toutes celles et ceux à qui l’on peut éviter de subir ce que nous avons subi, et de signaler aux différentes administrations et directions qu’elles ont échoué à nous écouter, à nous accompagner et à nous protéger. Il est temps que chaque IEP reconnaisse les problèmes qui lui sont inhérents, et pour cela, il est nécessaire que les instituts arrêtent de constamment remettre en cause les paroles et les vécus de toutes celles et ceux qui témoignent.

Nous sommes conscientes que les violences sexistes et sexuelles découlent du patriarcat et de la domination masculine, mais certains mécanismes propres aux grandes écoles les cristallisent dans nos IEP. Un esprit corporatif et bourgeois conséquent, des boys clubs qui perdurent, des rituels d’intégration souvent misogynes ou sexistes, voici comment se construit la culture du viol dès le début de notre scolarité. Une culture du viol qui ne cesse jamais, tant les commentaires à propos des personnes sexisées et de leur sexualité prospèrent et que la solidarité masculine entre agresseurs perdure. Une culture du viol qui est à son paroxysme lors du célèbre Crit ou du MiniCrit (compétitions inter-IEP), ou encore des différentes soirées organisées par les écoles.

Afin que la parole se libère réellement, il faut mettre fin à l’omerta et à cette culture du silence qui est la clé de voûte des violences sexistes et sexuelles de chaque IEP. Cette culture du silence est mise en place par les agresseurs, par les boys club et de manière générale par tous ceux qui profitent de la culture du viol dans les IEP, et qui s’en accommodent bien trop facilement. L’omerta s’abat comme une chape de plomb sur chaque victime et sur chaque étudiant.e, isolant les victimes et protégeant les coupables.

Évoquer ce silence est en ce sens essentiel pour comprendre comment ces violences se perpétuent et quels travers gangrènent les IEP.

Pourquoi les viols, les agressions et le harcèlement s’arrêteraient, si les coupables ne sont jamais impactés ? S’ils restent bien en place sur les bancs des écoles, à la tête des associations, au sein des équipes et des bandes d’ami.e.s ; pour ensuite arriver à la tête de grandes entreprises et de Ministères ? Si nos administrations, lorsqu'on les contacte, nous disent ne rien pouvoir faire ? Pour certain.e.s, afin que la situation change, il faut que les victimes portent plainte. Or, quand seuls 1% des viols sont condamnés en France, et que la parole des victimes est constamment remise en cause, comment blâmer celles et ceux qui décident de ne pas porter plainte ? Pointer du doigt l’absence de plaintes comme si le système judiciaire était une solution efficace revient à occulter une partie du problème réel.

Il est temps que chaque IEP éduque ses étudiant.e.s aux discriminations et aux violences sexistes et sexuelles. Ce n’est pas une simple vidéo de prévention ou un discours en début d’année qui fera changer les mentalités. S’il leur est trop complexe de gérer toutes ces souffrances, autant faire en sorte qu’elles n’arrivent plus jamais. Il est temps que les “cellules d’écoute” de certains IEP soient effectives et que les chargées de mission égalité de genre et anti-discriminations soient à la hauteur de la tâche qui leur incombe. Il est temps que chaque acteur de la vie étudiante dans ces instituts prenne conscience que son comportement et ses actions peuvent blesser et agir sur la santé mentale d’autrui, et surtout qu’appartenir à la “Famille” Sciences Po n’est pas un privilège dispensant de rendre des comptes quand on commet un crime pénalement répréhensible.

Nous demandons ainsi, toutes ensemble, issues de différents IEP, que l’impunité des agresseurs, des harceleurs et des violeurs cesse, pour qu’enfin l’administration tienne ses objectifs de garantir un lieu d’études sécurisant et sain. Nous demandons des moyens d’action concrets et véritablement efficaces au sein de nos établissements au lieu des demi-mesures artificielles prises pour rétablir la réputation des IEP à chaque fois qu’un scandale éclate.

Nous ne cesserons de le demander, afin que chaque futur.e étudiant.e rejoigne un campus dans lequel iel pourra évoluer sans subir des actes et des violences intolérables. Nous jeunes femmes, étudiantes, et malheureusement victimes, nous tenons à dire à tout.e.s les étudiant.e.s que nous vous croyons, que nous vous écoutons, et que vous ne serez plus seul.e.s à devoir vivre avec ce qui vous est arrivé .

Collectif étudiantes inter IEP

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot