Pourquoi Marine le Pen a une image médiatique plus positive que Mélenchon?

 Je m’apprêtais à écrire un petit mot à mes voisins pour les appeler à plus de civisme dans les parties communes quand j'ai lu le mot d'Edwy Plenel obligé de justifier l'emploi de sa fille à la Mairie de Paris car l'entourage de Fillon use bassement de calomnies pour élaborer sa défense… Une stratégie de fuite en réalité comme en usent si volontiers les personnes politiques. Ensuite, j'ai sorti mon tapis de yoga, fait quelques respirations puis j'ai pensé à Mélenchon. Le cheminement de nos pensées est souvent étrange. Il était quelque part dans mon esprit car j'ai récemment visionné le documentaire : « Mélenchon, l'homme qui avançait à contre-courant » et j'ai longuement parcouru son site www.jlm2017.fr. La politique est une affaire de croyances et je crois en Mélenchon. Nous allons tous voter pour celui/celle que nous croyons le plus apte à satisfaire nos besoins ou nos idéaux. Mais la grande question est : comment avons-nous identifié nos besoins ou nos idéaux ? Notre position sociale joue un rôle parfois déterminant mais dans bien d'autres cas, c'est le discours médiatique qui construit la représentation que l'on se fait de nos besoins.

 

Le discours médiatique est très puissant et malheureusement, il va « systématiquement » en défaveur de Jean-Luc Mélenchon. Les médias non indépendants font parti d'un « système » tenu par de grands groupes financiers qui perdent tous leurs intérêts si Mélenchon devient populaire et si son discours est entendu. Les médias majoritaires font parti d'un système d'entre-soi de privilégiés qui donne l'illusion, comme un bon nombre de politiciens, d'être au service du public. Ils ne sont au service que d'eux-mêmes. Et nous le savons tous. Comme nous savons qu'il faut manger des fruits et légumes pour avoir une alimentation saine et équilibrée. Par contre, quand nous regardons ou lisons le journal, il n'y a pas d'avertissement nous rappelant que nous consommons un produit financé par Bolloré, Lagardère ou un autre riche et que ce produit forge l'image que nous nous faisons du monde et de toutes les personnalités publiques. De même pour les intentions de vote, il faut creuser pour savoir comment a réellement été formulée la question aboutissant à une affirmation souvent terrifiante. À quelques mois des élections, il faut aussi se souvenir que Bolloré a récemment acheté un institut de sondage (Ipsos), malin pour influencer l'opinion publique par des pseudos-vérités.

Si l'on est honnête avec soi-même, on réalise qu'on se laisse tous prendre, d'une façon comme d'une autre, par le discours médiatique dominant, car il est omniprésent et que nous n'avons pas le temps de creuser tous les sujets. Nous lisons Médiapart, Le Canard enchaîné, nous cherchons l'information sur internet et alors nous avons souvent une capacité de recul quand nous avons un journal gratuit entre les mains. Cela n'empêche pas les raccourcis de pensée, nous le savons. Et qu'en est-il de celles et ceux qui ne s'informent que via ces journaux et télévisions détenus par une poignée de riches hommes d'affaires? Ils gardent en tête, presque inconsciemment, toute l'imagerie médiatique savamment construite : tous les politiques sont pourris, Mélenchon est un dictateur en puissance (3 minutes sur son site réfutera ce mirage) et Marine Le Pen est sympathique...

Car voilà le point le plus incompréhensible : pourquoi le discours médiatique est-il si favorable à Marine Le Pen? Je n'ai jamais compris pourquoi les médias avaient favorisé la construction de cette belle image du Front National en cachant toutes les sales histoires qui entourent ce parti, n'en faisant remonter à la surface que de temps à autre. Quand un-e journaliste pose une question problématique à Marine Le Pen, soit elle détourne la question, soit ce-tte journaliste se fait dégager… Pourquoi les journalistes ne s'appliquent-ils pas à déconstruire le FN alors qu'il y a largement de quoi faire ? En ce moment par exemple, en mettant sous les feux de la rampe les magouilles de Fillon, les déboires de Marine Le Pen (emploi fictif de son garde du corps au Parlement européen, fausse déclaration de patrimoine, etc.) sont passé inaperçus. Loin de moi l'idée de défendre Fillon mais je me méfie naturellement de ce qui est mis en lumière car la lumière sert souvent à cacher d'autres choses. Et les ombres du Front national sont bien cachées depuis des années. Pourquoi ? Bien sûr, les grands patrons perdent moins avec Marine Le Pen qu'avec Jean-Luc Mélenchon qui ose parler de partage des richesses, mais je ne crois pas qu'ils souhaitent malgré tout voir le Front national au pouvoir. Alors, je commence à me dire que c'est une stratégie politique. La fabrication d'un consentement pour reprendre les termes de Noam Chomsky. D'ailleurs, j'ai ouïe dire que la mise en place du FN sur la scène politique était historiquement orchestrée dans ce but : pousser les citoyens à voter sous la menace de cet odieux parti. Mais le risque de voir ce parti accéder au pouvoir devient réel. Si l'on en croit les sondages (tentons un instant ce raccourcis de pensée), tant que Fillon était en lice, Marine Le Pen avait ses chances de gagner au second tour car vraiment peu d’électeurs de gauche seraient allé voter pour Fillon. Mais maintenant que Fillon est tombé (oui, il est tombé même s'il persévère), Macron (ancien banquier d'affaire) se dessine une voie vers le second tour et, face à Marine Le Pen, le dilemme des électeurs de gauche est moins marqué donc ils pourraient plus facilement aller voter Macron, contre leurs idéaux, juste car c'est le moins pire. Marine Le Pen n'est qu'un pion pour forcer les électeurs de gauche à voter pour un candidat libéral qui continuera à garantir les privilèges de l'entre-soi.

Par contre, Jean-Luc Mélenchon est un vrai candidat, avec un vrai programme cohérent, bouleversant pour ce système d'entre-soi politico-financier-médiatique. Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat véritablement capable de renverser l'échiquier social. Le FN n'est qu'une construction médiatique destinée à nous faire peur et voler notre vote en faveur du moins pire.

Je comprends pleinement ceux qui ne votent pas. Mais je voudrais seulement les inviter à aller voir le site de Jean-Luc Mélenchon, un candidat qui se présente comme « hors-système » et qui en paye le prix par une diffamation médiatique permanente. Son programme est le fruit de contributions citoyennes. Il semble réellement avoir appliqué la démocratie directe. Il affirme vouloir organiser une assemblée constituante pour que le peuple deviennent souverain à son élection. Cela fait sans doute peur à beaucoup car nous avons été volontairement éloignés d'une quelconque implication citoyenne et l'on se croit incapable de reprendre ce pouvoir. Mais cela doit parler à une grande partie de ceux qui ne votent plus.

Je crois vraiment que si le discours médiatique n'était pas si puissant et si les gens lisaient les programmes politiques, Mélenchon serait président. Car c'est lui qui répond aux besoins de la majorité des français de classe moyenne. En vrac, Mélenchon :

 - a réellement mis en place la démocratie directe au sein de son parti,

- dénonce le système de l'entre-soi du pouvoir et des médias qui annihile la démocratie et nous est défavorable, « nous » citoyens modestes,

- parle avec compassion aux travailleurs/travailleuses d'usines en difficulté et propose des solutions où les problématiques sociales sont en cohérence avec l'environnement,

- a un parcours politique cohérent et honnête,

- est concerné par l'intérêt général,

- n'est a priori pas corrompu…

- est au service d'un projet de société où les êtres humains se soucieraient plus de l'environnement, de leur bien-être et de celui des autres humains que de leur porte-feuille, un projet de société où l'argent ne serait plus le grand illusionniste.

 

Et face à cela, qu'à le FN a offrir ? Des histoires de corruption, de détournement de fonds publics, un détournement des idées sociales pour masquer des idées franchement inavouables, un programme de régression humaine et sociale où le fric sera toujours le grand illusionniste. Malheureusement, pour détourner les français du bon programme de Mélenchon, les médias ont enjolivé l'image du FN, appuyé son discours du bouc émissaire et de nombreux français démunis croient que c'est là la réponse à leurs besoins. Mais ce sont les médias qui ont fabriqué ces besoins de pouvoir d'achat, etc. Requestionnons nos besoins réels et prenons le temps de lire tous les programmes pour déterminer qui y répond le mieux. Qui vous propose de l'espoir ? Qui vous propose un avenir ? Qui établit son discours sur de la rancœur ? Qui n'est pas cohérent avec son programme ? Qui sont les ami-e-s des candidat-e-s ? Qui finance les campagnes politiques ? Avons-nous les mêmes intérêts que ces financeurs ?

 

Alors je vous invite à prendre un tapis de yoga, respirer profondément, prendre du recul, voir à quel point notre esprit est manipulé, chercher au fond de nous ce que nous souhaitons vraiment, comment nous aimerions que le monde soit. Le voudrions-nous comme il est et alors voter pour n'importe quel candidat ? L'espérons-nous différent, plus juste, plus humain, plus favorable à nos besoins et moins dominé par des puissances qui nous dépassent ? Voulons-nous être souverains ? Ne plus laisser les autres décider pour nous et s'enrichir odieusement à nos dépends ? Et alors, donner sa chance à Mélenchon, le seul candidat de l'espoir de changement….

Ma décision est prise, je voterai Mélenchon et je vais consacrer un peu de temps à militer en sa faveur.

Écrivons, partageons, déconstruisons les idées reçues !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.