Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

337 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2022

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Le premier verre (traduction d'un texte de Canserbero)

El primer trago est une chanson de Tirone José González Orama (1988 - 2015) dit Canserbero, rappeur, poète, compositeur et activiste vénézuélien extraite de son album Muerte paru en 2012.

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            El primer trago

.

.

Como el segundo que ya transcurrió

Como en el que oíste mi frase anterior

Y ahora mi frase anterior es frase anterior

Y ahora, ambas son recuerdos

Podrás actuar igual un minuto después

Podrás vociferar que lo volviste a hacer

Pero eso es imposible porque el tiempo que se fue, se fue (sí)

Como una página que se pasó

Como una flor que ya se marchitó

Como una foto que ya se tomó

Como alguien que quieres pero que su tiempo ya acabó

.

El primer trago para el suelo

Y la mirada para el cielo

Un año más sin ti físicamente

Pero en mi mente siempre

No sabes cuánto te quiero

Y no se muere quien se va

Solo se muere el que se olvida

Al fin y al cabo la muerte va tan segura de ganar…

.

A veces pienso que en las fechas en donde las fiestas

Aparecen en cada esquinita por doquier

Fueron todas hechas para dar tristezas

A personas que no pueden olvidar un ser

Y en los cumpleaños, y en las navidades

Y en los carnavales, yo pensándote

Mientras todos ríen, mientras todos bailan

Yo tomando, veo tu foto recordándote

Pero, estoy consciente que tú no habrías querido verme así

Hoy, tengo un nudo en la garganta cada vez que te recuerdo aquí (Oe)

Si alguien conoce el número del más allá

Hágamelo saber para poder llamar a quien no está

Aunque sea un momentico, por un minutico

Para calmar este vacío infinito, triste y maldito

Que me carcome hasta la sien inclusive

Como una gota de querosén en un pedazo de anime, dime

Si sabes la forma de enviar una postal a un plano espiritual

Comunicar que me siento muy mal

Me afecta pensar que no hay reencarnación

Que no hay nada después de la muerte, la religión mintió

Pensar que no verás más a quien se marchó

Decir que nunca volverás a abrazar a quien ya murió

Y espero estar completamente equivocado

Y hablarte, cuando mi tiempo aquí haya terminado

Comentarte lo bueno, no recordar más lo malo

Y vivir en paz como el sueño de cualquier ser humano

Sin enfermedades, ni dolores, ni traiciones

Ni obsesiones, ni ansiedades, ni temores

Quisiera tanto poder verte de nuevo

Y corroborar que te fuiste pa' vivir en algún cielo

.

El primer trago para el suelo

Y la mirada para el cielo

Un año más sin ti físicamente

Pero en mi mente siempre

No sabes cuánto te quiero

Y no se muere quien se va

Solo se muere el que se olvida

Al fin y al cabo la muerte va tan segura de ganar…

Que de ventaja te da una vida

.

El primer trago para el suelo

Y la mirada para el cielo

Un año más sin ti físicamente

Pero en mi mente siempre

No sabes cuánto te quiero

Y no se muere quien se va

Sólo se muere el que se olvida

Al fin y al cabo la muerte va tan segura de ganar… 

.

No se sabe cuánto se quiere a quien cerca está

Hasta que se va, irrefutable verdad

Y es que de nada servirá gritar « porqués », mirando al cielo

Porque el corazón del señor tiempo es de piedra con hielo

El primer trago al suelo, algunos disparos al cielo

Y yo aquí, en estado de shock, sollozando de nuevo

Ya ni puedo odiar ni amar, estoy como cansado

Siento que no es importante nada por lo que he luchado

El humano es envidioso y codicioso

Por placeres, objetos y una sed de ser poderoso

Como si algo de eso cierra la herida

Que se abre cuando tarde o temprano se nos va una vida querida

Que alguien me diga cómo coño hago

Y me encargo de aceptar esta realidad tan bastarda

Que alguien me diga quién conoce un trago

Más amargo que tragar un nudo atado a tu garganta

Si tú que me estás escuchando crees que es coba

Cierra los ojos un poco y piensa que a quien más adoras

Ya no está, y tú tirado en el sofá

Después que el último que te dio el pésame a dormir se va

¡Valora! Ama y adora, mientras puedas hazlo

¡Ahora! Es la mejor hora para ese cambio

Sal a dar importancia a esa insignificancia universal

De tiempo y espacio en el sistema solar que llaman vida

Al fin y al cabo la muerte no es más que la vida invertida (¡Ay!)

Al fin y al cabo la muerte no es más que la vida invertida (¡Woa!)

.

El primer trago para el suelo

Y la mirada para el cielo

Un año más sin ti físicamente

Pero en mi mente siempre

No sabes cuánto te quiero

Y no se muere quien se va

Solo se muere el que se olvida

Al fin y al cabo la muerte va tan segura de ganar…

Que de ventaja te da una vida

.

El primer trago para el suelo

Y la mirada para el cielo

Un año más sin ti físicamente

Pero en mi mente siempre

No sabes cuánto te quiero

Y no se muere quien se va

Solo se muere el que se olvida

Al fin y al cabo la muerte va tan segura de ganar…

Que de ventaja te da una vida

.

El primer trago para el suelo

Y la mirada para el cielo

Un año más sin ti físicamente

Pero en mi mente siempre

No sabes cuánto te quiero

Y no se muere quien se va

Solo se muere el que se olvida

Al fin y al cabo la muerte va tan segura de ganar…

Que de ventaja te da una vida

.

.

             Le premier verre

.

.

Comme la seconde qui déjà est passée

Comme quand t’as entendu ma phrase antérieure

Et maint’nant ma phrase antérieure est phrase antérieure

Et maint’nant, toutes les deux sont dans ma mémoire

Tu pourras agir d’la même façon une minute plus tard

Tu pourras hurler qu’encore une fois t’as recommencé

Pourtant tout ça est impossible car le temps qui s’en allé, s’en est allé (oui)

Comme une page qui s’est tournée

Comme une fleur qui trop tôt s’est fanée

Comme une photo qui déjà est révélée

Comme quelqu’un que tu aimes mais dont le temps est déjà terminé

.

Le premier verre coule pour la terre

Et les yeux coulent pour les cieux

Un an de plus sans toi physiquement

Mais dans mon esprit tout l’temps

Tu n’sais pas à quel point je t’aime

Et ne meurt pas qui s’en va

Seul’ment meurt qui n’se souvient pas

En fin d’compte la mort est tellement assurée de gagner…

.

Des fois j’pense que les dates par lesquelles les fêtes

Nous apparaissent à chaque coin partout dans les rues

Ont été faites que pour répandre la tristesse

Parmi ces personnes qui n’peuvent oublier l’être perdu

Et dans les anniversaires, et dans les fêtes de la nativité

Et dans les carnavales, moi je pense à toi

Pendant qu’tous ils rient, pendant qu’tous ils dansent

Moi j’bois, j’vois ta photo pour me rappeler

Mais ouais, j’sais qu’tu voudrais pas m’voir dans c’t état-là

Aujourd’hui, j’ai un noeud à la gorge chaque fois qu’j’me souviens d’toi comme-ça (Oe)

Si quelqu’un connait l’numéro de l’au-delà

Faîtes-le moi savoir pour pouvoir appeler qui n’est plus là

Même si c’est pour un p’tit moment, pour une p’tite minute

Pour calmer ce vide infini, triste et maudit

Qui m’ronge le crâne depuis

Comme une goutte de kérosène sur du polystyrène, dis

Si tu sais la manière d’envoyer une lettre sur un plan spirituel

Communiquer que j’me sens dans une impasse mortelle

Je suis effondré d’penser qu’il n’y a pas d’réincarnation

Qu’il n’y a rien après la mort, qu’elle a menti la religion

Penser que tu n’verras plus qui s’en est allé

Dire que plus jamais tu n’embrasseras à nouveau qui aujourd’hui est mort

Et j’espère profondément avoir tort

Et t’parler, quand mon temps ici sera terminé

T’évoquer les bonnes choses, n’plus m’souvenir des mauvaises

Et vivre en paix comme le souhaite toute l’espèce humaine

Sans maladies, sans douleurs, sans trahisons

Sans obsessions, sans anxiétés, sans terreurs

J’voudrais tant pouvoir te voir encore une fois

Et m’convaincre que t’es parti pour aller vivre dans un monde meilleur

.

Le premier verre coule pour la terre

Et les yeux coulent pour les cieux

Un an de plus sans toi physiquement

Mais dans mon esprit tout l’temps

Tu n’sais pas à quel point je t’aime

Et ne meurt pas qui s’en va

Seul’ment meurt qui n’se souvient pas

En fin d’compte la mort est tellement assurée de gagner…

Qu’une chance elle te laisse une vie d’avance

.

Le premier verre coule pour la terre

Et les yeux coulent pour les cieux

Un an de plus sans toi physiquement

Mais dans mon esprit tout l’temps

Tu n’sais pas à quel point je t’aime

Et ne meurt pas qui s’en va

Seul’ment meurt qui n’se souvient pas

En fin d’compte la mort est tellement assurée de gagner…

.

On n’sait jamais combien on aime qui est à nos côtés

Jusqu’à c’que la personne s’en aille, l’irréfutable vérité

Et c’est qu’ça sert à rien d’hurler des « pouquois », le regard vers le ciel

Parc’ que le coeur du seigneur du temps est de pierre et de glace

Le premier verre coule pour la terre, quelques coups d’feu vont au ciel

Et moi ici, en état d’choc, sanglotant à nouveau

J’peux même plus aimer ni détester, j’suis comme au bout du rouleau

J’sens que c’est pas important tout cela pour quoi j’me suis battu

L’humain est envieux et vicieux

Par le plaisir, le luxe et la soif d’avoir du pouvoir

Comme si cela pouvait fermer la blessure

Qui s’ouvre quand tôt ou tard s’en va pour nous laisser seul l’être aimé

Que quelqu’un me dise comment putain j’fais

Et j’m’arrange pour accepter cette réalité aussi immonde

Que quelqu’un me dise qui connait un poison une boisson

Plus amère que d’avaler le noeud de la corde

Si toi qui m’écoutes tu crois que c’est trop d’éloges

Ferme les yeux un peu et imagine que celle ou celui que tu aimes

S’en est allé, et toi t’es là sur le canapé

Puis l’dernier à t’présenter des condoléances s’en va s’coucher

C’est l’moment! Aime et adore, pendant qu’tu l’peux encore

Maintenant! C’est la meilleure heure pour tout changer

Sort pour donner de l’importance à cette insignifiance universelle

Du temps et l’espace dans le système solaire qu’on appelle la vie

En fin d’compte la mort n’est rien d’autre que la vie à l’envers (Ay!)

En fin d’compte la mort n’est rien d’autre que la vie à l’envers (Woa!)

.

Le premier verre coule pour la terre

Et les yeux coulent pour les cieux

Un an de plus sans toi physiquement

Mais dans mon esprit tout l’temps

Tu n’sais pas à quel point je t’aime

Et ne meurt pas qui s’en va

Seul’ment meurt qui n’se souvient pas

En fin d’compte la mort est tellement assurée de gagner…

Qu’une chance elle te laisse une vie d’avance

.

Le premier verre coule pour la terre

Et les yeux coulent pour les cieux

Un an de plus sans toi physiquement

Mais dans mon esprit tout l’temps

Tu n’sais pas à quel point je t’aime

Et ne meurt pas qui s’en va

Seul’ment meurt qui n’se souvient pas

En fin d’compte la mort est tellement assurée de gagner…

Qu’une chance elle te laisse une vie d’avance

.

Le premier verre coule pour la terre

Et les yeux coulent pour les cieux

Un an de plus sans toi physiquement

Mais dans mon esprit tout l’temps

Tu n’sais pas à quel point je t’aime

Et ne meurt pas qui s’en va

Seul’ment meurt qui n’se souvient pas

En fin d’compte la mort est tellement assurée de gagner…

Qu’une chance elle te laisse une vie d’avance

.

.

*

* * *

*

Le fichier pdf:

(pdf, 101.7 kB) © Salha

.

.


Canserbero - El primer trago © El Canserbero

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte