Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

338 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2022

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Dans la vallée des ombres (traduction d'un texte de Canserbero)

En el valle de las sombras est une chanson de Tirone José González Orama (1988 - 2015) dit Canserbero, rappeur, poète, compositeur et activiste vénézuélien extraite de son album Muerte paru en 2012.

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            En el valle de las sombras

.

.

Antes que todo disculpas por los que buscan y no ven

En este nuevo disco temas que inciten al bien

Pero bien, ya Tyrone dijo:

« Ahora le toca al Can demostrar

Que a tu padre no se le enseña a ser hijo »

Tus crucifijos no me afectan

Tus influencias muestran puntos débiles

Imbéciles quienes no aceptan

Que tengo el dedo en el botón

Que cuando quiera aprieto y sale otra canción

Mejor que la anterior

Hace falta más que valor pa' afrontar la muerte

Puedes correr pero no puedes esconderte

Mi mente es un cóndor en picá, ojo en la carná

Así es la cadena alimenticia de esta música ¡PRA!

De respeto se trata

Pisotear, pisotear el cadáver de aquellas ratas que aún no acatan

Normas establecidas por los rebeldes de sangre verde*

Que hierve cada vez que el loop se devuelve

Mueren con letras que años atrás escribí

Letras que ahora por cierto leo y me dan ganas de reír

Dicen que no soy real porque me compré los tenis

Con los que soñaba mientras crecí, pero no había money

Mire, a mí me pueden hacer cultos completos odiándome

Tengo el control de mi mente, vivo autoevaluándome

Sé dónde he falla'o, pero sé también

Quienes me odian pa' lucir interesantes ante sus friends

Síndrome de llevar contraria

Malaria en personas varias que al nacer

No se les puede extraer ni con cesárea

Me apoyan más afuera que en mi propia área

Típico de estúpidos que no creen en su propia patria

Domino el beat como publicidad a ti

Cabalgo sobre él como una mujer sobre mí

Paso días sin escribir y pienso que se me acabó

Mi talento y luego me salen versos diciendo que no

Yo no los busco, brotan de mi cerebro como el musgo

Entre la roca por la boca mueren cuando yo los juzgo

Rebusco cada rima hasta en mi trago echar su jugo

Escribo guillotinas de la mentira, soy un verdugo

.

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead*

.

Trato de ser democrático pero dudo

De la capacidad de otros MC’s

Por eso no he cesado el yugo

Me invitan a improvisar y dicen que arrugo

Ignoran que yo los ignoro, al sonreír y lucir mudo

Imposible ser amable con un ser detestable

Que mientras te abraza te quiere ver comer cable

Por eso soy inmutable, cuando un falso me adula

Con cara 'e cordero pero es lobo a la luz de luna

Con insomnio y en ayuna escribo estos pasajes de mi vida

Enamorado de los prados de mi ira

Tantos sueños en la mira, pa' que tú con mentiras

Quieras comer también de la presa que éste asesina, mira

¿Te gusta el rap? apoya dejando 'e rimar

Pues mucho ayuda el que evita estorbar

Detesto detestar, pero contigo voy a tener que exceptuar

Porque no puedo aceptar que ahora cualquiera quiera rapear

Sean objetivos, se los aconsejo como un amigo

Este camino es feo, hay mucho tiburón por estos ríos

Por eso sonrío cuando me piden ayuda

Porque ayuda sería cortar sus lenguas, sin duda

Como diosa desnuda o doctrina de Buda

Interesante y excitante son mis coplas que acoplan locura

Sigan creyendo que fluyen como pez en laguna

Y morirán por la boca como pez en hambruna

Tengo a mi MC favorito como beatmaker

Es como Kobe y Shaquille en esa final de los Lakers

Aquí ya no hay break, ¿eh?

Los pongo a pasar aceite en cada track pa' que

Los que saben de rap se me deleiten

Soy el ébola en el aire, como la mierda en el Guaire

Soy el que llegó con Lucifer al baile

No soy reencarnación de nadie

Más bien to' lo contrario

Cuando muera pienso reencarnar en alguien

.

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

.

Conozco a varios que por suerte no los han roba'o

Ni de muerte amenaza'o, ni una mano le han da'o

Trabajo no han pasa'o, creen que la vida es un bacalao

Nunca han pensa'o que hasta un pela'o los puede mandar matar y chao

Viven equivoca'os, engulléndose en la luz

Como si la vida real fuera su wall de Facebook

Pero guess who? You can't trust even in you

Y por estar de bruja te van a abolir como la esclavitud

Sí, tú, desde hace rato estás hablando

Ignorando que las paredes oyen hasta lo que estás pensando

Me dijeron lo que dijiste

Y me saludaste sonriendo como si yo fuese bueno echando chistes

¿Y viste? Cómo te pesco sin buscarte, como caimán de boca abierta

Y tú solito directo a mis fauces, parce pírese

Antes que se me peguen ganas de cobrarme

Unos favores que me deben unos cuantos panas

Oigo a Tyrone y me dice que me calme un poco

Me haga el loco, ría y que le regale una foto a la chamita

Que cree que soy de comiquita

Y de mí solo escuchó « Pensando en ti », y eso fue de vainita

Yo no confío ni en mi sombra

La sala esta bonita pero full de chiripas bajo la alfombra

Menos mal, no me suenan mis orejas

Cuando me nombran o tendría que lanzarlas

Y cortarlas para las anacondas

¿Para qué se asombran? deben estar acostumbrados

Que le meta al beat como gancho de Alí por el costado

Me he ganado el respeto como debe ser

No como tú, jalando bolas y pagando con tus reales el tren

Me exigen sinceridad, de varón a varón

Pero se ofenden cuando digo lo que son

Entonces corazón

¿Te ofendo con sinceridad, ah? 

¿O te miento por educación?

No tengo compón cuando compongo

Pongo « saboco »* y uso el coco con tesón, pasión y corazón

Con « Sóngoro cosongo », mambo toco*

Y pongo pocos son los locos con mi don

Mi corazón tiene almidón

Para que no se doble cuando un cara e' noble lance su mejor traición

Ya me aburrí de esta canción

Analízala tú mientras yo prendo un cigarro y preparo un ron

.

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

.

Muchos aún andaban preguntando

Si lo mío era suerte o casualidad

No voy a decir lo que estoy pensando

Porque casi to' lo que pienso se me hace realidad

Pero soy un tipo con poca paciencia

Por eso nunca he dicho que no poseo debilidad

Bienvenidos a mi mundo de conciencia

Pero también de muerte y arrechera acumulá'

Y al que no respeta (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Al que malinterpreta (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Si cortan mis manos gritaré mis líricas

Si cortan mi lengua rapearé con mímicas

Y al que no comprenda (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Y al que nos ofenda (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Anoten la fecha, olviden el destino

Se alzaron los que hacen de verdad Hip-Hop latino

.

¡Yao! 

KPU en la música

Canserbero, Canserbero

Es Canserbero

Es Canserbero

Es Canserbero

Es Canserbero

El índigo

.

.

             Dans la vallée des ombres

.

.

Avant toutes choses mes excuses pour ceux qui cherchent et n’voient pas

Dans ce nouveau disque des textes qui incitent au bien

Mais bon, Tyrone a d’jà dit ça:

« Maint’nant c’est au tour du Can de prouver

Qu’à ton père on lui enseigne pas à être un fils »

Tes crucifix ne m’affectent pas

Tes influences affichent des points faibles

Imbéciles qui n’acceptent pas

Que j’ai l’doigt sur le bouton

Quand j’veux j’appuie et sort une nouvelle chanson

Meilleure que la précédente

Il faut être plus que valeureux pour affronter la mort

Tu peux courir mais tu peux pas t’cacher

Mon esprit est un condor en piqué, les yeux rivés sur la barbaque

C’est comme-ça la chaîne alimentaire dans la musique rap PRA!

Du respect on parle là

Piétiner, piétiner le cadavre de ces rats qui n’obéissent pas encore

Aux normes établies par les rebelles au sang vert

Qui boue chaque fois que le loop r’fait un tour

Ils crèvent pour des paroles que j’ai écrites y’a des années

Des paroles que j’relis aujourd’hui et m’donnent juste envie d’me marrer

Ils disent que j’suis pas réel parc’ que j’me suis ach’té les pompes

Dont j’rêvais quand j’étais gamin, mais y’avait pas d’money

Téma, vous pouvez m’élever un culte complet juste à m’détester

J’ai l’contrôle de mon esprit, j’vis m’autoévaluant

J’sais où j’ai échoué, mais j’sais tout autant

Qui m’déteste pour s’la jouer intéressants d’vant leurs friends

L’syndrome de la contradiction

La malaria c’est leurs persiennes

Ces gens qui jamais n’perceront pas même avec césarienne

Ils m’soutiennent plus sur l’banc que sur mon propre terrain

Typique des abrutis qui ne croient pas même en leur propre terre

J’domine le beat comme la publicité t’domine toi

J’chevauche avec lui comme une femme avec moi

J’passe des jours sans écrire et j’crois voir finir

Mon talent et pis jaillissent des vers pour m’contredire

Et j’les cherche pas, ils germent comme du lichen dans mon cerveau

Entre la roche par la bouche ils meurent devant mes tribunaux

J’trifouille chaque rime jusqu’à son suc extraire dans l’merlot

J’écris des guillotines pour le mensonge, j’suis un bourreau

.

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

.

J’essaie d’être démocratique mais j’doute

D’la capacité des autres MC’s

Pour ça j’ai pas cédé l’joug

Ils m’incitent à improviser et disent que j’suis flippé 

Ils ignorent que j’les ignore quand j’souris j’ai l’air muet

Impossible d’être aimable avec un être détestable

Qui t’embrasse pendant qu’il te veut monnayable

C’est pour ça j’suis inaltérable, quand un faux-derche me met à la une

Avec sa tronche d’agneau mais c’est un loup à la lueur de la lune

Avec l’insomnie et la faim pour compagnie j’écris ces passages de ma vie

Amoureux des prairies d’ma colère

Tell’ment d’rêves dans l’viseur, pour que toi l’menteur

Tu veuilles manger d’la proie qu’un autre a tuée, branleur

T’aimes le rap? Soutiens-le et arrête de rimer

Car il aide beaucoup celui qui évite de gêner

J’déteste détester, mais pour toi j’vais faire un pas d’côté

Parc’ que j’peux pas accepter qu’ici maint’nant tous veulent rapper

Soyez objectifs, j’vous dis ça en frère

L’sentier est un calvaire, y’a beaucoup d’requins dans ces rivières

Pour ça j’souris quand ils m’demandent d’aider

Parc’ qu’aider ce s’rait, c’est vrai, la langue leur couper

Comme les doctrines de Bouddha ou la vue d’une déesse dévêtue

Intéressants et excitants sont mes vers ma folie et mes vues

Continuez à croire que vous êtes comme poissons dans la lagune

Et vous mourrez comme poissons échoués sur la dune

J’ai mon MC préféré comme beatmaker

C’est comme Kobe et Shaquille dans cette finale des Lakers

Ici y’a plus d’break, eh?

J’vous mets à huiler chaque track pour que

Ceux qui savent du rap se régalent

J’suis Ébola dans l’air, comme la merde dans le Guaire

J’suis celui qui arrive avec Lucifer au bal

J’suis la réincarnation de rien ni personne

Mais bien au contraire

Quand j’s’rai plus rien j’me réincarnerai en quelqu’un

.

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

.

J’en connais plusieurs qui par chance n’ont jamais été volé

Ni d’mort menacé, ni un coup d’main ont d’mandé

Y’z’ont jamais fait l’trimard, pensent qu’la vie c’est du caviar

Jamais y’z’ont pensé que même un tricard pouvait les faire tuer et ciao

Sont complèt’ment miros, se vautrant dans la lumière

Comme si la vie réelle c’était leur wall de Facebook

Pero guess who? You can’t trust even in you

Et pour faire la sorcière ils vont t’abolir du genre l’esclavage

Oui, toi, d’puis un moment t’es en train d’parler

Oubliant qu’les murs entendent tout même tes pensées

Ils m’ont dit c’que t’as dit

Et tu viens m’saluer en souriant comme si j’étais l’dindon d’la farce

Sans blague? Comme j’t’ai chassé sans t’chercher, comme l’caïman l’fait

Et toi seul-tout allant vers mes mâchoires, poto casse-toi

Avant qu’ça m’trotte dans la tête d’aller encaisser des dettes

Les faveurs de quelques reufs qui m’doivent d’la maille ou du plomb

J’entends Tyrone et y’m’dit que j’devrais m’calmer un peu

Que j’fasse le pitre, que j’rigole un peu et que j’offre une photo à la midinette

Qui croit qu’j’suis un p’tit comique

Et d’ma musique elle connait juste « En pensant à toi », tu vois l’truc

Moi j’me méfie même de mon ombre

La salle est jolie mais y’a des cafards sous l’tapis

Au moins, mes oreilles ne sifflent pas

Quand j’entends mon nom sinon j’aurais dû les j’ter

Et les couper pour les offrir aux anacondas

Pourquoi vous vous étonnez? vous devriez être habitués

Que l’beat j’l’ai percuté comme des côtes après un crochet d’Ali

J’ai gagné l’respect dans les règles de l’art comme on dit

Pas comme toi, bâtard d’suce-boules qui paie son billet à la gare

Ils m’exigent d’la sincérité, d’homme à homme

Mais ils s’offusquent d’vant qui nous sommes

Dis-moi mon coeur

Je t’offense sincèrement, ah?

Ou je te mens par éducation?

J’ai pas d’compas, quand j’compose

J’place « saboco » et j’me creuse le ciboulot avec obstination, émotion et passion

Avec « Sóngoro cosongo », j’joue du mambo

Et j’place qu’y’a peu d’barjos avec mon don

Dans mon coeur il y a du coton

Pour qu’ils ne s’écrasent pas quand la bouche la plus noble lanc’ra sa meilleure trahison

J’m’ennuie d’jà d’cette chanson

Analyse-la toi pendant qu’moi j’m’allume une clope et m’prépare un rhum

.

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

I walk through the valley of the shadow of death

I will fear no evil never, 'cause I'm already dead

.

Beaucoup encore vont en s’demandant

Si dans mon cas c’était d’la chance ou une coïncidence

Alors j’vais même pas vous dire c’que j’suis en train d’penser

Car pesque tout c’que j’pense finit par devenir réalité

Mais j’suis un gars avec peu d’patience

Pour ça j’t’ai jamais dit qu’j’étais parfait

Bienvenue dans mon monde de conscience

Mais aussi de mort et de dingueries accumulées

Et pour celui qui n’a pas d’respect (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Pour celui qui interprète mal (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Si on m’coupe les mains j’crierai mes paroles

Si on m’coupe la langue j’rapperai avec des mimiques

Et pour celui qui comprend pas (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Et pour celui qui apprécie pas (Pa-pa-pa-pa-pa-pa)

Notez la date, oubliez le destin

Se sont soulevés ceux qui pour de vrai font du Hip-Hop latino

.

Yao!

KPU à la musique

Canserbero, Canserbero

C’est Canserbero

C’est Canserbero

C’est Canserbero

C’est Canserbero

El índigo

.

.

.

.

.

.

.

*Normas establecidas por los rebeldes de sangre verde: La sulfhémoglobinémie est une pathologie rare caractérisée par un excès de sulfhémoglobine dans le sang se traduisant par une décoloration du sang, de la peau et des muqueuses devenant verdâtre ou bleuâtre.

De plus le soufre dans la tradition biblique est à mettre en relation avec la destruction ou les enfers de manière générique, mais pas uniquement… On peut lire par exemple à Apocalypse 9 : 17 ceci (dans la traduction de Louis Segond): « Et ainsi je vis les chevaux dans la vision, et ceux qui les montaient, ayant des cuirasses couleur de feu, d’hyacinthe, et de soufre. Les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions; et de leurs bouches il sortait du feu, de la fumée, et du soufre. » Ou encore à Genèse 19 : 24 : « Alors l'Eternel fit pleuvoir du soufre et du feu sur Sodome et sur Gomorrhe. Cela venait du ciel, de la part de l’Eternel. »

Il est probable que par ces rebelles au sang vert Tirone González fasse référence aux « démons ».

On se souviendra de Es Épico, autre texte de Canserbero.

.

I walk through the valley of the shadow of death / I will fear no evil never, 'cause I'm already dead / I walk through the valley of the shadow of death / I will fear no evil never, 'cause I'm already dead: Je marche à travers la vallée de l’ombre de la mort / Je ne craindrai aucun mal, car je suis déjà mort / Je marche à travers la vallée de l’ombre de la mort / Je ne craindrai aucun mal, car je suis déjà mort

Canserbero détourne ici le Psaume 23, le quatrième verset disant: « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. »

.

« saboco »: Probablement un néologisme formé par Canserbero, peut-être à partir de sabuco, mot désignant le sureau.

.

Con "Sóngoro cosongo", mambo toco: Sóngoro cosongo est un recueil de poèmes de l'écrivain cubain Nicolás Guillén paru en 1931.

.

.

*

* * *

*

Le fichier pdf:

(pdf, 129.5 kB) © Salha

.

.


Canserbero - En el valle de las sombras © El Canserbero

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte