Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

339 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2022

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Bonne nuit (traduction d'un texte de Canserbero)

Buenas noches est une chanson de Tirone José González Orama (1988 - 2015) dit Canserbero, rappeur, poète, compositeur et activiste vénézuélien extraite de l'EP Give me 5 en collaboration avec NicoJP

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            Buenas noches

.

.

El periódico, el café, la merienda en la lonchera

La bendición con fe, el beso pa' la abuela

La camioneta full, los chamos pa' la escuela

Porque no sirven para comer los pollo en mi cazuela

.

Los « ¿Cómo estás, compadre? », los « Vamos que ya es tarde »

Los « Viste que ya mataron aquel coño e' su madre »

Pan con el porto, el refresco con lo chino*

El programa mañanero que conducen los sifrinos*

.

Tajada* pal' almuerzo, el arroz no quedó tan bien

Los crímenes perversos que pasaron ayer

En el noticiero del medio día los puedes ver

Mientras se están olvidando ya los crímenes de antier

.

Los que entran a la una, la pepa e’ sol que abruma

Pasar por la licorería para echarte una

Los huecos que cuando le caen dos gotas son lagunas

Los buhoneros « ¿quiere un alma? ¡Venga y pruebe alguna! »

.

Los recoge-locos*, los taxis en motos

Robos de teléfonos de esos que toman fotos

Pelotica e' goma*, el policía con cigarro

Dile al menor que se quite que va pasar un carro

.

Con los pies descalzos y dos piedras de arquería

La niña que se viste ya mostrando la alcancía

El viejo de mil años que no ha muerto todavía

La chama que era fea y se puso buena en un día

.

Ganja, baloncesto, préstame y te presto

Los malditos pacos pidiendo pa' los refrescos

Salsa, vallenato*, reggaeton, hip-hop

Cuando murió Michael Jackson se escuchó hasta pop

.

Jóvenes que por moda se meten a malandro

Niñas tirando porque eso es lo que se está usando

Niños que no pueden ni levantar la pistola

Mujeres criando más de cinco niños sola

.

La humildad, los modales, la lucha por los reales

Los creyentes predicando los días finales

Los políticos, las chismosas y los críticos

El indigente siempre con su perro raquítico

.

O el que te mira mal por la maldita envidia

La gente que te quiere aunque no seas de su familia

Hechos paranormales, espíritus que salen

Según el don que dan los datos y que nunca tiene reales

.

Niños embalando en los centros comerciales

Se acabaron los remedios en los hospitales

Conciertos de pólvora, la cartera escóndela

Que la maldad es un astro haciéndote una órbita

.

Hay droga en la esquinita, agua en las bombita*

En carnavales donde casualmente nos la quitan

Los estruendos de los triki trakis* en diciembre

El viejo amargado que da el feliz año alegre

.

Matiné en la casa de Marta Inés

Repara’ por segunda vez la clase de inglés

Se escucha en la calle la campana del heladero

El chichero, raspadero y toda clase de buhonero*

.

El señor que vive siempre reparando el carro

Límpiate los pies para que no llenes to’o ’e barro

Se quemó el bombillo, la poceta no baja

Preñaron a la hija de la vieja que habla paja

.

Raperos que hacen con la boca, el bombo y la caja

Trabaja el estudiante y el estudiante trabaja

Las redadas, las herramientas prestadas

Graffitis de políticos que nunca hicieron nada

.

De nada, aprovecho, a la orden mayor

Permiso, bien pueda, voltea mi amor

Buen día, disculpa, muchas gracias señor

Siéntese aquí señora en la parada por favor (¡Ouh!)

.

O sea hay mucha gente buena

Guerreando por el desayuno, el almuerzo y la cena

Aquí perros aullando en todo el vecindario

Y a dormir, muy buenas noches barrio

.

Muy buenas noche barrio

Muy buenas noche barrio

¡Buenas noches barrio!

.

.

             Bonne nuit

.

.

L’ journal, l’café, la collation dans la gamelle

La bénédiction avec foi, l’bisou à la plus vieille

La camionnette full, de mômes pour l’école

Parc’ qu’on sert pas d’poulet dans ma casserole

.

Les « Comment ça va, poto? », les « On y va il s’fait d’jà tard »

Les « T’as vu qu’au final ils ont buté c’fils de pute »

Pain avec le porto, la boisson avec le chinois

Le programme du matin tenu par les trous du cul

.

Tajada pour l’repas, mais l’riz c’est pas ça

Les crimes pervers qui ont eu lieu hier

Au journal de midi tu peux voir passer ça

Pendant qu’on est d’jà en train d’oublier les crimes d’avant-hier

.

Ceux qui rentrent à la première heure, d’la graine incandescente

Passer par l’débit d’boissons entamer la descente

Les trous qui sur la chaussée quand il pleut d’viennent des lagunes

Les marchands ambulants « T’veux une âme? Viens par là en goûter une! »

.

Les ramasse-dingues, les taxis et leurs motos

Vols de téléphones de ceux-là qui prennent des photos

La pelote de gomme, le policier avec sa clope

Dis au gamin qu’il s’écarte qu’va passer une bagnole

.

Avec deux pierres en guise de but et les pieds nus

La môme qui s’habille en affichant d’jà l’menu

Le vieux qui a mille ans et qui semble être là pour toujours

La meuf qui était moche elle est dev’nue bonne en un jour

.

Ganja, Basket, prête-moi et j’te prête

Les putains d’condés qui ont soif s’adonnant au racket

Salsa, vallenato, reggaeton, hip-hop

Quand est mort Michael Jackson on écoutait même de la pop

.

Des jeunes qui pour suivre la mode deviennent des voyous

Des gamines artillant parc’ que d’nos jours ça fait des sous

Des gamins qui n’arrivent même pas à soul’ver l’pistolet

Des femmes élevant plus de cinq enfants sans s’faire aider

.

L’humilité, les bonnes manières, la lutte pour trouver son blé

Les croyants prêchant pour le jugement dernier

Les politiques, les commères et les critiques

L’sans-abri toujours avec son chien rachitique

.

Ou celui qui t’regarde de travers à cause d’la putain d’jalousie

Les gens qui t’aiment même si t’es pas d’leur famille

Des faits paranormaux, esprits ou perlouses

Selon les adeptes d’la preuve et souvent d’la flouse

.

Des gamins emballant les courses dans les centres commerciaux

Quand s’épuisent les médicaments dans les hôpitaux

Le concert de la poudre, tes affaires planque-les

L’astre mauvais autour de toi veut encore orbiter

.

Y’a d’la drogue à l’angle d’la rue, d’l’eau dans les ballons

Le carnaval quand par hasard toujours s’perdent les pochons

Les crépitements des triki trakis au mois d’décembre

Le vieux amer qui t’souhaite la nouvelle année en souriant 

.

J’passe la matinée dans la maison d’Marta Inés

Elle r’passe pour une seconde fois l’exam d’anglais

On entend dans la rue sonner la cloche du glacier

Le chichero, l’raspadero et tous les autres ambulants

.

Le vieux qui passe ses jours à réparer une caisse

Lave-toi bien qu’partout tu vas mettre d’la graisse

L’ampoule a grillé, les chiottes sont bouchés

Ils ont mis en cloque la fille d’la vieille qui fait chier

.

Des rappeurs qui avec la bouche font l’beatbox et la grosse caisse

Travaille l’étudiant, l’étudiant travaille

Les descentes, tout c’qu’on s’prête comme attirail

Des graffitis de politiciens qui n’ont jamais bougé leurs fesses

.

De rien, j’me sers, à vos ordres supérieur

Excusez-moi, grand bien lui fasse, retourne-toi mon amour

Bonjour, désolé, merci beaucoup seigneur

Asseyez-vous ici madame v’là la salle de séjour

.

J’veux dire y’a vraiment ds gens bien

Bataillant pour un petit-déjeuné, l’midi et l’souper  

Ici tout l’quartier est plein d’l’aboiement des chiens

Et on va s’coucher, très bonne nuit quartier

.

Très bonne nuit quartier

Très bonne nuit quartier

Bonne nuit quartier!

.

.

.

.

.

.

.

*Pan con el porto, el refresco con lo chino: On dit « porto » au Venezuela pour dire portugais. L’immigration portugaise au Venezuela est traditionnellement associée aux boulangeries, commerces qu’ils fondèrent en grand nombre. Il en va de même avec l’immigration chinoise et la vente des alcools. Canserbero joue bien sûr ici avec les clichés.

.

El programa mañanero que conducen los sifrinos: « Sifrino » semble être un néologisme formé à partir du mot arabe sifr qui signifie zéro. Au Venezuela le « Sifrino » est une personne, souvent de bonne condition sociale, pleutre et incompétente, mais qui se comporte avec dédain envers celles et ceux qu’elle considère comme moins bien lotis.

.

Tajada: Préparation typique latino-américaine, le plus souvent il s’agit de lamelles frits de banane.

.

Los recoge-locos: Au Venezuela les « recoge-locos », littéralement les ramasse-fous, désignent généralement les autobus scolaires qui sont le plus souvent en mauvais état. Par extension on designe par « recoge-locos » toutes les épaves qui roulent encore.

.

Pelotica e' goma: Littéralement pelote de gomme. Les gamins improvisent au Venezuela un espèce de jeu de Baseball avec, utilisant leurs mains pour renvoyer la balle.

.

vallenato: Genre de musique traditionnel propre à la région Caraïbe en Colombie. En plus d’utiliser des instruments connus comme l’accordéon diatonique, on trouve des instruments typiques comme la Caja vallenata ou la Guacharaca.

.

agua en las bombita: Durant le carnaval au Venezuela les enfants se jettent des ballons remplis d’eau qu’on appelle « bombitas », littéralement petites bombes.

.

triki trakis: Sorte de feux d’artifices employés au Venezuela notamment pendant les fêtes de Noël.

.

El chichero, raspadero y toda clase de buhonero: Le « chichero » est le vendeur de chicha, boisson traditionnelle de composition variée. Le « raspedero » est une sorte de glacier vendant des sorbets glacés. Les « buhoneros » sont des vendeurs ambulants, « búho » signifiant hibou.

.

.

*

* * *

*

Le fichier pdf:

(pdf, 94.3 kB) © Salha

.

.


Canserbero - Buenas noches © El Canserbero

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.