XII (traduction d'un poème de Gustavo Pereira)

Ce poème de Gustavo Pereira, auteur vénézuélien, est extrait de son recueil Los cuatros horizontes del cielo (1973).

XII

Y este país

                  que amo con rabia

y desprecio hasta adentro

Este país vasallo sediento y sin embargo apagado

Este país que carece del más elemental sentido de su interior

Este país detrás de las pequeñas iluminaciones detrás de los mitos que envuelve

También conforme a que lo pisen o lo degüellen

Este país que no tiene un punto fijo sino los cuatro horizontes del cielo

   para perderse o salvarse!

XII

Et ce pays

                 que j’aime avec rage

et mépris jusqu’en dedans

Ce pays vassal assoiffé et cependant éteint

Ce pays qui manque du plus élémentaire sens de son intérieur

Ce pays derrière les petites illuminations derrière les mythes qu’il enveloppe

Aussi qui consent qu’on le piétine ou l’égorge

Ce pays qui n’a pas un point fixe mais les quatre horizons du ciel

   pour se perdre ou se sauver!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.