Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

335 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2022

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

En pensant à toi (traduction d'un texte de Canserbero)

Pensando en ti est une chanson de Tirone José González Orama (1988 - 2015) dit Canserbero, rappeur, poète, compositeur et activiste vénézuélien extraite de son album Vida paru en 2010.

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            Pensando en ti

.

.

¡Yaoh!

Pensando en ti

Sí, sí

Ninguna herida sana sin cicatriz

Así se derrumbó este amor

.

Como cientos de dominós en fila

Cuando algún dedo al primero derriba

Como una casa hecha con cartas alta

Hasta que una tormenta sopla su puerta de forma agresiva

Como empujar a un niño de un año y medio de vida 

Sin una maldita razón

Como un paracaidista que olvidó el paracaídas

Así se derrumbó este amor

Y ni siquiera porque alguno de los dos quería

Sino por no tener un buen detector de mentiras

Porque de esa manera, en mi memoria vieras

La causa del problema, también la solución

Quizás me comprendieras, a menos que creyeras

Que no tengo defectos o soy el nuevo Dios (Eoh)

De nada sirve recordarte los besos de ojos cerrados

Los abrazos y sonrisas del pasado, los sueños trazados

Las veces que hemos llorado

Por cosas que han pasado y hemos superado

Los juegos, los secretos, los momentos contentos

Los sobrenombres tiernos

Que serían cursis de no ser por esto que sentimos

Que nos mantuvo siempre unidos

Y en sus tiempos libres hace que el mundo tenga sentido

Estoy tan confundido, no sé si llorar

Molestarme, o sentarme a pensar, buscarte, o solamente esperar

Sigo dudando que en algo sirva rezar

Y he llegado a pensar que o Dios no existe o Dios es bipolar

Y aquí estaré, con tus fotos en mi memoria

Quizás con una nueva novia, pensando en ti

El tiempo sana heridas de manera obvia

Aunque ninguna herida sana sin dejar cicatriz

Quisiera tanto tener la voz de un cantante

Para no sólo recitar, sino cantarte

Pues mi única defensa es explicarte este malentendido

Dame otra oportunidad y juro querrás envejecer conmigo

Esto es como caminar en círculos por horas

Como ver a un gato perseguir su cola

Es algo ilógico estar con otra persona y preguntarnos

Cómo hubiese sido si te hubieses permitido amarnos

Las calles que transito, los lugares que visito

La ropa que visto, insisto, todo me hace verte aquí

Ayer creí que te vi y al notar que no eras

Supe que aunque pueda, no quiero vivir sin ti

.

No te diré que creo que moriré sin ti

Porque no creo, no creo, no creo, ¡No creo!

Tú sabes que soy un guerrero (Ouh-ouh-ouh)

No te diré que no puedo vivir sin ti

Porque sí puedo, sí puedo, sí puedo, sí puedo

Sencillamente es que no quiero (Ouh-ouh-ouh)

.

Y aquí estaré esperándote, dándome mi puesto

Ojalá que cuando rectifiques yo aún esté dispuesto

A olvidar el pasado y perdonar que tú no me hayas perdonado

Y que no hayas notado que te amo; cuánto te amo

Diviértete, vuela muy lejos

Que si llegamos a viejos y nos vemos

Te diré « te odio » después de aspirar tu pelo

Y si morimos y hay un cielo, me escaparé del infierno

Y te haré el amor en una nube en honor a nuestros recuerdos

Mira lo cursi que me has convertido

Si esto no es amor entonces soy un loco sin motivo

Quiero seguir vivo sólo para

Algún día decirte en tu cara que aún te amo

Aunque aún todo puede ser diferente

Si nos juntamos y cambiamos este tema por uno que diga:

"Vivieron felices para siempre"

(Vivieron felices para siempre)

.

.

             En pensant à toi

.

.

Yaoh!

En pensant à toi

Oui, oui

Aucune blessure ne guérit sans cicatrice

Ainsi s’est effondré cet amour

.

Comme une centaine de dominos alignés

Quand l’doigt vient renverser le premier

Comme une maison de cartes là-haut

Quand une tempête souffle sa porte avec agressivité

Comme pousser un enfant d’un an et demi

Sans une foutue raison

Comme un parachutiste qui a oublié l’parachute

Ainsi s’est effondré cet amour

Et même pas parc’ que l’un des deux l’voulait

Sinon faute d’avoir un bon détecteur de mensonges

Parc’ que comme ça, dans ma mémoire tu verrais

La cause du problème, et aussi la solution

Peut-être que tu m’comprendrais, à moins qu’tu croies

Que j’n’ai pas d’défauts ou que j’suis le nouveau Dieu (Hé-oh)

Ça sert à rien de t’rappeler les baisers les yeux fermés

Les sourires et les câlins du passé, les rêves qu’on a tracés

Les fois qu’on a pleuré

Pour les choses qui leur sont arrivées et on l’a surmonté

Les jeux, les secrets, les moments de gaité

Les tendres surnoms

Qui seraient kitsch si c’n’était pas pour cela que nous ressentions

Qui nous a maintenu toujours ensemble

Et dans ses temps libres faisait qu’le monde avait un sens

J’suis tell’ment confus, j’sais pas si pleurer

M’énerver, ou m’asseoir pour penser, te chercher, ou seul’ment attendre

J’continue à douter qu’ça serve à quelque chose de prier

J’en suis v’nu à penser qu’ou Dieu n’existe pas ou Dieu est bipolaire

Et ici j’resterai, avec tes photos dans ma mémoire

Peut-être avec une nouvelle nana, en pensant à toi

Le temps soigne les blessures de manière évidente

Bien qu’aucune blessure n’guérisse sans cicatrice

J’voudrais tant avoir la voix d’un chanteur

Pour n’pas seul’ment réciter, mais chanter

Car mon unique défense est de t’expliquer ce malentendu

Donne-moi une autre opportunité et j’promets qu’tu voudras vieillir à mes côtés

Ça c’est comme marcher à des cercles par heure

Comme voir un chat pourchasser sa queue

C’est un truc illogique être avec quelqu’un et s’demander

Comment ce s’rait si tu nous avais permis de nous aimer

Les rues que j’parcours, les lieux que j’visite

Les habits que j’porte, j’insiste, tout me fait t’voir ici

Hier j’ai cru t’avoir vue et quand j’ai compris que c’n’était pas toi

J’ai su que même si j’peux, j’veux pas vivre sans toi

.

J’te dirai pas que j’crois que j’vais mourir sans toi

Parc’ que j’crois pas, j’crois pas, j’crois pas, j’crois pas!

Toi tu sais que j’suis un guerrier (Ouh-ouh-ouh)

J’te dirai pas que j’peux pas vivre sans toi

Parc’ que si j’peux, si j’peux, si j’peux, si j’peux

Simplement c’est qu’j’veux pas (Ouh-ouh-ouh)

.

Et ici je t’attendrai, j’passerai l’temps

Pourvu qu’si tu r’viens sur tes pas j’sois encore là

À oublier l’passé et pardonner l’fait que toi tu m’aies pas pardonné

Et qu’t’as pas remarqué que je t’aime, comme je t’aime

Amuse-toi, envole-toi très très loin

Qu’si on s’voit un jour qu’on s’ra devenus vieux

J’te dirai « j’te déteste » après avoir respirer dans tes cheveux

Et si on meurt et qu’les cieux existent, je m’échapperai des enfers

Et j’te ferai l’amour sur un nuage en l’honneur de nos souvenirs

Regarde à quel point j’suis dev’nu kitsch pour toi

Si c’n’est pas d’l’amour alors je n’suis qu’un pauvre fou

J’veux continuer à vivre pour

Un jour te dire en face que toujours je t’aime

Même si tout peut encore changer

Si nous nous rejoignons et changeons cette chanson pour une autre qui dise:

« Et ils vécurent heureux pour toujours »

(Et ils vécurent heureux pour toujours)

.

.

*

* * *

*

Le fichier pdf:

(pdf, 85.9 kB) © Salha

.

.


Canserbero - Pensando en ti © El Canserbero

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte