Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2022

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Baigi, Baipu - Marlène (Poésie)

ou l'arène des nuits

Cristobal Flores Cienfuegos
Rêveur, menteur, transfuge, contrebandier, barde raté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            Marlène ou l’arène des nuits

.

.

                               ÉCHANGE DES SANGS

.

                          85.     ÉCHANGE TON SANG

                                    AVEC LES HARPIES !

                          86.     ÉCHANGE TON SANG

                                    AVEC BAYANE YAGUATINGA !

                          87.     ÉCHANGE TON SANG

                                    AVEC VASSILISSA !

                          88.     ÉCHANGE TON SANG

                                    AVEC LES CHAMANES NUES !

                          89.     ÉCHANGE TON SANG

                                    AVEC LES FLAMMES !

                          90.     SI LE COMBAT SE TERMINE SANS TOI,

                                    ÉCHANGE TON SANG

                                    AVEC TES OMBRES !

                          91.     RÉVEILLE TES OMBRES

                                    JUSQU’AU SANG !

.

Slogans, Maria Soudaïeva (traduit du russe par Antoine Volodine)

.

.

Et tu disais

   je ne cherche en toi

   ni la fleur ni le ruisseau

   en toi je veux la montagne

   de terres lointaines oubliées

   je veux les galeries nouvelles

                     pour y tapir

                     ma sordide armée

                               de projections et de flammes

.

Et tu disais

    la bête en moi qui meurt

    voudrait ton sang et tes os

    pour renaître à la nuit

    émanée de nos yeux enchaînés

Et tu disais

    nous n’irons pas très loin

    toutes les deux dehors

    quel goût ressort de nos

                     sororités sans rivages

Et tu sais

    sur la terre ne demeure

                     que la trace ou le souvenir

                     d’une renaissance ou d’un suicide

.

Et tu demandais n’aimant que les mortes

                                          et tes inventions

     qui a tué Maria Soudaïeva?

     qui a tué Nelly Arcan?

     qui a tué Alejandra Pizarnik?

     qui a tué Sarah Kane?

     qui a tué la Violeta?

.

Personne. Toute l’humanité. Dieu. Les mots. L’amour. Le langage. Le rien.

                     Et c’est ainsi on se lèche un peu les plaies

                                          pour se noyer du feu d’une interminable

                                                               chair

.

Et tu disais

     il y a les douzes

     il y a les treizes…

.

Et tu taisais ta pensée

     Promesses ou espoirs

                     des accidents

     Défaites et amours

                     des accidents

     Courages et violences

                     des accidents

     Peines et mutilations

                     des accidents

     Histoires et justices

                     des accidents

     Moeurs et institutions

                     des accidents

     Les ironies tragiques et les malheurs cyniques

                     des accidents

          Dieu ou le dogme

                     des accidents

.

Seule réside au fond de l’inchangé du caché

     la liberté éclose au milieu d’un désir ancillaire

          et la substance n’est rien sinon

.

Nul besoin de l’humaniser

Nul besoin de la faire progresser

Elle est là nue de l’étoile

Elle est là orpheline sortant de la Cité

     des frères et des soeurs

Elle est là l’idiote qui parlait à la foudre

Elle est là l’amour qui pointait vers son coeur

                                          le revolver

.

Nous ne nous appartenons plus

Nous servent la soupe froide

    L’État le Capital

un millénaire que je déteste vos femmes

                                             vos hommes

Qu’un long suicide inconscient a le sens de

                                  votre rationalité comptable…

On se syndique du vent de l’hiver

                     on traque d’impossibles chevaux sauvages

                          sur des plaines de béton

Nous échouons de statues masculines en couleurs

                     inconsistantes des jours de la douleur

                                                    qui n’enfantent que des putains.

.

Nous nous aimons nous nous détruisons

                                                               Marlène.

.

.

*

* * *

*

Le fichier pdf: (pdf, 46.2 kB) © Salha


L’opinion qui l’emporte est celle qui veut que Maria Soudaïeva ne soit qu’une simple émanation fabriquée par l’écrivain Antoine Volodine…

Éléments biographiques (par Antoine Volodine):

.

Maria Soudaïeva est née en 1954 à Vladivostok, d’un père russe et d’une mère coréenne.

Dans le cadre de missions que son père géologue effectuait hors de l’URSS, elle a vécu en Corée et en Chine, mais surtout au Vietnam, où elle a passé son enfance. Elle a longtemps séjourné à Hanoï. Elle y a appris le français.

De santé fragile, souffrant de troubles psychiques, elle a souvent été hospitalisée. Les séjours en milieu psychiatrique l’ont rendue particulièrement sensible au monde de la maladie mentale, que l’on retrouve dans ses textes, associé à un monde totalitaire fantasmatique et à une réflexion sans complaisance sur le socialisme réel dans lequel elle a été élevée.

Ses études ont été contrariées par les voyages et les  périodes d’hospitalisation. Après le lycée, elle a suivi un premier cycle de biologie qu’elle n’a pas terminé. Très douée en langue, elle a travaillé dans divers bureaux touristiques comme guide-interprète, en URSS et, après la disparition de l’URSS, au Vietnam.

En compagnie de son frère Ivan Soudaïev, elle a composé pendant la perestroïka des nouvelles et un roman, Un dimanche sur l’Abakan (Voskresenie na Abakanie), dont des extraits sont parus dans une revue underground d’Extrême-Orient.

Ses rapports conflictuels avec la société post-soviétique (elle n’accepte pas la perspective d’une société marchande, elle dénonce la mafia) la conduisent à fonder, avec Ivan Soudaïev, un éphémère groupe anarchiste. Au début des années 90, elle songe à s’exiler pour toujours en Asie du Sud-Est, en dépit de sa mauvaise santé et d’une situation professionnelle précaire. Puis elle revient à Vladivostok.

Elle s’est donné la mort en février 2003.

Ses manuscrits, dont certaines pages ont été écrites directement en français ou autotraduites, ont été consservés par sa famille.


Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre