La jeunesse sacrifiée

Le silence des élus face à la très grande précarité des jeunes et étudiants depuis un an est très inquiétant. L'absence de prise de décision y est dramatique. Une jeunesse sacrifiée pour quelle raison ?

La jeunesse sacrifiée

Le texte ci-dessous a été envoyé il y a un mois (par e-mail) à tous les Maires de France, Députées, Députés, Sénatrices, Sénateurs et à tous les Présidents de région.

À ce jour, il n'y a qu'un seul retour, celui de Madame Martine WONNER Députée du Bas-Rhin.

Le silence des autres élus est très inquiétant.

Ainsi nos élus, dans leur silence ne sont que des ombres, des ombres inquiétantes, sombres, cauchemardesques pour nos jeunes en grande précarité.

Le flambeau, l'énergie de cette jeunesse, en l'absence d'un devenir viable, en l'absence d'y espérer une place dans notre société, les lumières de la vie de chacun d'eux s'éteignent petit à petit.

Il n'y a plus d'éclat qui projette un semblant de vie, celle de leur richesse d'esprit, de leur volonté d'entreprendre, de leur volonté de faire la vie; ainsi cette existence disparait progressivement jusqu'à se consumer définitivement.

Le manquement des élus, l'absence d'éthique sur ce sujet est dramatique. La politique au sens noble n'a plus de sens à ce jour, à savoir que les responsabilités que nous avons confiées à nos élus, ne protègent pas et ne garantissent pas une vie viable, une perspective humaine pour cette jeunesse.

En dehors de tout parti politique et de syndicat, c'est donc à nous, aux adultes citoyens responsables et respectueux de la jeunesse, de mettre les élus devant leurs responsabilités.

Les besoins ? Il ne s'agit pas du revenu universel, tous les jeunes et étudiants ne sont pas dans une situation de précarité; ainsi il s'agit d'un revenu, d'un effort concentré sur les jeunes et étudiants identifiés en grande difficulté. Ceci doit se faire au plus tôt, demain est déjà un monde très incertain.

Texte envoyé aux élus:

L'obscurité la nuit et les ténèbres le jour.

Les jeunes générations sacrifiées.

Mesdames et Messieurs les élus.

Les restrictions imposées aux élèves et étudiants ont des conséquences dramatiques. Décrochages scolaires, dépressions, tentatives de suicide, suicides et ceci dès l'âge de 9 ans.

C'est une réalité dramatique qui est en constante hausse.

Le sacrifice de ces jeunes générations, 1,6 million d'universitaires 40000 d'entre eux vivent sous le seuil de précarité et 36000 d'entre eux se prostituent pour garder au minimum leur logement, pour ne pas se retrouver à la rue.

Depuis les restrictions covid-19, restrictions de tous ordres depuis un an, les étudiants sont de plus en plus nombreux à passer à l'acte désespéré; suicide ou prostitution.

Quel avenir ?

Nous accompagnions dans un silence absolument insupportable, cette réalité, une éthique mise à mal, une démocratie sacrifiée.

Fraternité - Égalité - Liberté n'a plus de sens et semble ne pas avoir une renaissance envisageable, une perspective de nuits paisibles et de jours de lumières.

Nous accompagnions, résignés, la perte des forces vives de cette jeunesse.

Un sacrifice avec des répercussions sociales, culturelles et économiques et psychologiques dont nous n'imaginons pas les conséquences à venir.

Nous devons prendre en considération cette réalité et agir en conséquence, maitre les élus devant leur responsabilités.

Patrick Croix, citoyen.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.