Tout est calme

Aux armes citoyens

Formez vos bataillons

Marchons, marchons

Qu'un sang impur

Abreuve nos sillons

 

Sommes-nous obligés de limiter notre capacité de réflexion à ces paroles simplistes et barbares ? Citoyens inégaux devant la loi, tension raciale généralisée et logique de haine exclusivement punitive : voilà comment je perçois la situation actuelle dans le monde et plus particulièrement en France. Bien entendu l’année 2015 a joué un rôle important dans la cristallisation de l’islamophobie mais le problème est bien plus ancien et profond que cela. Les résultats du Front National aux différentes élections depuis maintenant plusieurs décennies – en 1988, J-M. Le Pen réalisait déjà un peu plus de 14% des suffrages au 1er tour des élections présidentielles - sont là pour témoigner de ce malaise. En effet, le Front National s’est toujours dressé contre l’immigration et en particulier l’immigration venant des pays du « Tiers Monde » (1).  Alors ce court rappel historique n’a pas pour volonté de faire une énième dénonciation vide de sens de la dangerosité du FN mais plutôt de démontrer une adhésion depuis longtemps importante et grandissante à ces idées xénophobes. Le phénomène Front National est en fait révélateur d’un problème qu’aucun dirigeant n’a cherché à résoudre intelligemment et auquel ce parti propose une solution simple. Ce problème c’est la croyance selon laquelle il existerait des différences culturelles entre l’Occident et le reste du monde, ces différences engendrant potentiellement des incompatibilités entre telles ou telles cultures. Adhérer à cette notion de « différences culturelles » est, selon moi, un premier pas vers le racisme ordinaire. Cette différenciation est souvent pratiquée de manière inconsciente ou maladroite, elle passe par des choses simples comme croire à l’existence d’une communauté culturelle homogène des Arabes du Moyen-Orient ou même à la cohérence d’une « culture arabe et musulmane ». Est-il possible qu’une jeune Palestinienne se battant tous les jours pour survivre ait les mêmes préoccupations qu’un jeune héritier saoudien ? Quant aux amalgames entre « Arabe » et « Musulman » je pense important de rappeler que la principale population musulmane mondiale vit en Indonésie. Et j’insiste sur le fait que c’est une croyance et que, comme toute croyance, elle se voit renforcée par les autorités et les médias.

Ici encore, le Front National a joué un rôle important en amplifiant l’importance médiatique du problème qu’il a lui-même révélé. Il a très vite suscité l’intérêt de nombreuses personnes qui auparavant ne se reconnaissaient pas dans la politique ou même ne croyaient pas au système électoral. Une bonne partie de la classe politique a alors tenté de s’approprier les sujets de prédilection du FN, c’est-à-dire majoritairement l’immigration et l’intégration. C’est ainsi que la famille Le Pen est devenue leader du débat politique français en en choisissant les sujets. La situation actuelle en est le résultat : ce fameux « clash des civilisations » fait vendre depuis les librairies jusqu’aux émissions de télé. Pour ce qui est des dirigeants politiques, on se rappellera du ministère de l’identité nationale mais on notera aussi la rhétorique de Manuel Valls et ses proches largement empruntée à l’extrême-droite. Comme le montre cette vidéo de la Parisienne Libérée, de nombreuses références à des évènements passés existent dans la réaction du gouvernement français face aux attaques terroristes de 2015 et tout particulièrement celles de novembre. Malgré cela lors de ses vœux pour l’année 2016, le Président Hollande a enfoncé le clou de la vengeance aveugle et violente, insistant sur la dangerosité de cet ennemi lointain qui cache si bien les problèmes dans la société française. Et des problèmes, il y en a. En effet, une grande partie des attaques en France ont été perpétrées par des citoyens français. Des français qui en ont assez de voir des classes populaires trop souvent non-blanches pour qui il est difficile de se sortir de la pauvreté dans des sociétés où les inégalités ne font que grandir. Poursuivant ses vœux, M.Hollande parle de la nécessité d’agir à l’intérieur du pays. Mais, une fois encore, il annonce une série de mesures poursuivant une logique guerrière et répressive. Ces luttes, qu’elles soient internes ou externes, fournissent les armes de radicalisation et de justification les plus puissantes aux organisations comme l’Etat Islamique. Puis d’annoncer, en glorieux chef de guerre fier derrière son pupitre, cette idée saugrenue de déchéance de nationalité. Ou comment, à peine moins d’un siècle après l’expérience nazie, ce gouvernement « socialiste » a oublié toutes leçons à tirer de ces horreurs si brillamment décrites dans Matin Brun (2), de Franck Pavloff et réactualisées par Ibrahim Maalouf dans un clip diffusé en décembre 2015.

Donc oui j’ai peur. J’ai peur pour tous ces migrants stigmatisés à cause de jeunes à bout qui, face à la violence (qu’elle soit physique, mentale ou économique) n’ont pas su trouver d’autre réponse que la violence. J’ai peur pour tous ceux qui ont le malheur d’avoir « une tête d’Arabe ». Et surtout j’ai peur parce que j’ai l’impression que tout part en vrille et que nos dirigeants sont satisfaits de la situation. Je ne comprends pas comment, après l’expérience de la Seconde Guerre Mondiale, on puisse encore penser à des mesures telles que la déchéance de nationalité qui paverait la voie vers des horreurs qui nous toucheront toutes et tous.

Je suis persuadé qu’une partie de la solution réside dans une autre vision de la laïcité. Apprendre aux gens à vivre ensemble avec leurs différences plutôt que de chercher à les gommer. A titre d’exemple, le rapport Jounot, un rapport confidentiel sur le terrorisme datant de 2013(3), appelle à des « mesures qui renforcent les liens entre l’islam, comme objet de connaissance, et l’université [qui] ne peuvent qu’avoir des effets positifs » comme « l’offre de manuels religieux de vulgarisation à bas prix » ou la promotion médiatique de penseurs franco-musulmans et d’autres relais d’opinions produisant un contre-discours à la radicalisation.

 

tout est calme - Loic LANTOINE © ElDjoulo

 

 (1)    Quelques vidéos https://www.youtube.com/watch?v=kSgCLe_WTfA (1973), https://www.youtube.com/watch?v=uqTqTxomE0E (1995)

(2)    C'est de la folie. Et moi qui me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun. Bien sûr, s'ils cherchent avant, ils n'ont pas fini d'en arrêter des proprios de chats et de chiens. Je n'ai pas dormi de la nuit. J'aurais dû me méfier des bruns dès qu'ils nous ont imposé leur première loi sur les animaux. Après tout, il était à moi mon chat, comme son chien pour Charlie, on aurait dû dire non. Résister davantage, mais comment ? Ça va si vite, il y a le boulot, les soucis de tous les jours. Les autres aussi baissent les bras pour être un peu tranquilles, non ? On frappe à la porte. Si tôt le matin, ça n'arrive jamais. J'ai peur. Le jour n'est pas levé, il fait encore brun au dehors. Mais, arrêtez de taper si fort, j'arrive.

(3)    D’après Mediapart, https://www.mediapart.fr/journal/france/110116/terrorisme-un-rapport-confidentiel-defense-condamnait-en-2013-le-tout-securitaire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.