Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

616 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2021

Valérie Pécresse sous l’œil de l’extrême-droite

C’est donc Valérie Pécresse qui représentera LR à l’élection présidentielle française de 2022. Mais ce sont les idées de son rival au second tour de la consultation interne, Eric Ciotti, qui ont triomphé lors de la compétition au sein du parti de la droite de gouvernement. A savoir, ultralibéralisme sur le plan économique et positionnement xénophobe pour le reste.

Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Valérie Pécresse avait quitté LR en juin 2019 du fait des prises de positions trop droitistes de ce parti qui, selon elle, quittait l’aire du centre-droit. Fin 2021, elle reprend sa carte LR pour participer à l’élection interne en vue de désigner le candidat à la présidentielle.

Mais pour l’emporter, elle a dû courir après les principales thèses de l’extrême-droite incarnée par Eric Ciotti qui était passé en tête du second tour de la consultation LR. Celui-ci ne cache pas son identité de vue avec les opinions soutenues par Zemmour – ultralibéralisme et xénophobie institutionnelle – et il a su séduire une part importante des adhérents LR.

Alors que Valérie Pécresse avait reçu le soutien de tous les autres candidats (Michel Barnier, Xavier Bertrand et Philippe Juvin) qui avaient perdu au premier tour, Ciotti a pu encore glaner 13,41% de plus de voix au second tour. Certes, Valérie Pécresse l’emporte avec 61% des suffrages. Mais avec son score de près de 40% (39%), Eric Ciotti a pris des voix qui provenaient des autres candidats ralliés pourtant à la candidate désormais officielle de LR.

Eric Ciotti, le Sandrine Rousseau de Valérie Pécresse

Dès lors, Eric Ciotti risque fort de devenir le cauchemar de Valérie Pécresse, à l’image de Sandrine Rousseau qui, battue de justesse à la primaire des écologistes EELV, parasite la campagne de Yannick Jadot, le vainqueur de la consultation interne des Verts.

D’ailleurs, ledit cauchemar a vite pris forme. Valérie Pécresse ayant annoncé qu’elle ne changerait pas de programme pour la campagne présidentielle, Eric Ciotti l’a aussitôt menacée au micro de BFMTV en disant qu’elle n’avait pas lancé un bon message et qu’il entendait bien que ses idées soient prises en compte par la candidate officielle.

Dès lors, Valérie Pécresse sera soumise aux pressions permanentes du représentant de l’extrême-droite au sein de LR pour la droitiser encore plus. Ce qui va l’éloigner de sa famille d’origine, le centre-droit modéré qui, dès lors, risque de glisser vers Horizons, la formation créée par l’ancien premier ministre Edouard Philippe représentant la droite du président Macron.

Avec la poussée de l’extrême-droite à l’extérieur (Marine Le Pen et Eric Zemmour), à l’intérieur (Eric Ciotti) et la contre-poussée d’Emmanuel Macron déjà bien placé dans l’électorat du centre-droit, Valérie Pécresse, soit devient le vecteur de l’extrême-droite, soit elle se place sur le même terrain que Macron.

Si elle se tire de ce piège diabolique, Valérie Pécresse pourra être qualifiée de génie politique !

Jean-Noël Cuénod

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot