Gilets Jaunes… Vers la République En Marge?

Le gouvernement d’Emmanuel Macron et les casseurs d’extrême-droite camouflés en Gilets Jaunes menacent la démocratie, chacun à sa manière. Essoufflée, la République En Marche du président. Place à la République En Marge.

16594167
S’extirpant de sa barbe sépulcrale, la formule du premier ministre Edouard Philippe devait faire mouche: «Les casseurs n’auront pas le dernier mot». En tout cas, ce ne seront pas les derniers maux pour l’Etat de droit car l’arsenal législatif qu’il a annoncé lundi dernier est plutôt gratiné. L’idée de base provient de Bruno Retailleau, chef de la droite majoritaire au Sénat. Elle avait été naguère repoussée par le gouvernement. Mais dans l’affolement qui semble devenir son mode habituel de fonctionnement depuis l’insurrection des Gilets Jaunes, le premier ministre vient de la reprendre à son compte.

Du lourd, en effet, dans cet arsenal répressif : punition sévère des organisateurs de manif interdite, jusqu’à un an de prison contre celles et ceux qui cachent leur visage durant un défilé, fliquage systématique des manifestants et surtout, création d’un fichier enregistrant toutes les personnes interdites de manifestation, afin de les mettre à l’écart lors des grands défilés. Le modèle utilisé est celui du fichier des houligans interdits de stade.

Il est douteux que ce système très lourd à gérer se révèle efficace pour éteindre les manifs violentes. En revanche, il est très facile d’imaginer l’usage que pourrait en faire le clan Le Pen s’il parvient au pouvoir. La Marine n’étant pas loin d’accoster sur les rives du pouvoir, le capitaine du navire Macron en perdition vient de lui faire un cadeau à retardement.

Gilets Jaunes et Gilets bruns

Ce durcissement apparent du gouvernement entre tout à fait dans les vues des groupes d’extrême droite qui ont désormais noyauté les manifs violentes menées sous le camouflage des Gilets Jaunes : Génération Identitaire, L’œuvre française, Action française, sans oublier le GUD (Groupe Union Défense) qui se meut sous diverses appellations en fonction de ses activités, comme Baston Social ou Bastion social lorsqu’il vient en aide aux pauvres à la condition qu’ils soient blancs et Français. Leur modèle est le groupe ouvertement fasciste Casa Pound à Rome qui est l’une des principales sources d’inspiration idéologique de l’actuel gouvernement italien.

Le type de relation que ses groupuscules néofascistes entretiennent avec la grande formation nationaliste, le RN lepéniste, ressemble fort à celui qui prévalait entre les mouvements gauchistes et le Parti communiste, entre défiance, méfiance et porosité. 

Le but de ces mouvements de l’extrême-droite violente reste le même : semer le désordre pour récolter un pouvoir musclé.

C’est d’ailleurs l’objectif clairement assumé d’un porte-parole des Gilets Jaunes du Vaucluse, Christophe Chalençon, qui appelle de ses vœux la présence du général de Villiers à la tête du gouvernement. Il semble d’ailleurs que la volonté de peser sur la politique bouillonne sous les képis enfeuillés de chêne : quatorze généraux à la retraite ont pondu une lettre au président Macron pour s'opposer à la signature du Pacte de Marrakech sur les migrants.   Alors, l’armée se tient-elle prête à intervenir si l’insurrection en jaune devait encore s’installer pendant plusieurs mois ? Cette perspective est écartée par Jean Joana, professeur des universités en science politique à Montpellier 1 et spécialiste des relations entre militaires et civils. Sur la Chaîne LCI, il a expliqué «que ces actualités ne montrent pas que l'armée ambitionne de sortir de son rôle ».

Néanmoins, restons prudents. Un jour ou l’autre, Mars peut être tenté de remplacer Jupiter.

Jean-Noël Cuénod

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.