Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

660 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2022

Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

Salman Rushdie victime de la mécréance des croyants

« Baisons la main de celui qui a déchiré le cou de l’ennemi de Dieu avec un couteau ». Voilà ce que l’on peut lire aujourd’hui dans le quotidien iranien Kayhan pour « saluer » l’agression criminelle commise par un chiite libanais (que son nom sombre dans l’oubli) vivant à New Jersey contre l’écrivain Salman Rushdie.

Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce quotidien, l’un des plus anciens d’Iran, n’a rien d’une feuille de chou cuisinée par quelques fondamentalistes égarés. Il est l’émanation de l’Institut Kayhan dont le directeur Hossein Shariatmadari est nommé par le Guide Suprême en personne, l’ayatollah Ali Khamenei. Le patron de Kayhan fait partie du cercle restreint des confidents de l’ayatollah.

Négationniste nucléaire

Intéressant personnage d’ailleurs, ce Shariatmadari. Il fut l’un des soutiens les plus actifs du président Ahmadinejad, présenté benoîtement comme un conservateur alors qu’il a prôné une version chiite du néofascisme.

Ledit Shariatmadari s’est illustré en matière de négationnisme de la Shoah comme l’indique cet article. Et c’est l’un des plus fervents supporteurs de la bombe nucléaire iranienne.

Avec les Gardiens de la Révolution, ces gens-là tiennent la réalité du pouvoir militaire et économique; politique aussi, l’épisode dit « modéré », incarné par Khatami, étant rapidement effacé.

Fatwa réactivée en 2016

En 2016, l’agence de presse Fars publiait une liste de quarante titres de la presse iranienne qui réactivait la fatwa fulminée le 14 février 1989 par l’ayatollah Khomeyni pour ordonner à tout musulman d’assassiner l’écrivain Salman Rushdie, « coupable » d’avoir écrit Les Versets sataniques, ouvrage qualifié d’impie et de blasphématoire.

Pire: ces médias ont ajouté 600 000 dollars à la prime offerte à quiconque tuerait l’ « apostat » d’origine indienne et de famille musulmane. Des fois que l’ardeur missionnaire s’affaiblirait…

En tout, la prime s’élève désormais à 3,9 millions de dollars (3,8 millions d’euros ou 3,6 millions de francs). Car le crime théologique doit payer en Iran.

Que disait-elle, cette fatwa de Khomeiny?

Je veux informer tous les intrépides musulmans à travers le monde que l’auteur du livre intitulé Versets sataniques ainsi que les éditeurs qui connaissent son contenu sont, par la présente, condamnés à mort. Je demande à tous les musulmans zélés de les exécuter, où qu’ils se trouvent, afin que personne n’ose insulter la sainteté islamique. Quiconque a accès à l’auteur du livre, mais n’a pas les moyens de l’exécuter, doit le déférer devant le peuple, afin qu’il soit châtié pour ses actes. Quiconque est tué ce faisant sera considéré comme un martyr et ira directement au ciel. 

Rushdie l’apostat

Outre que le contenu du livre incriminé relevait de l’athéisme, ou plutôt de l’agnosticisme, son auteur entrait dans la catégorie la plus honnie en islam, celle des apostats, c’est-à-dire des musulmans qui ont quitté leur confession initiale. Un crime relevant de la peine de mort dans ce contexte.

Tout cet arsenal répressif est censé démontrer à quel point sont puissants et déterminés dans leur foi ceux qui se sont érigés en propriétaires de l’islam, chiite ou sunnite.

Or, c’est tout le contraire que traduit leur acharnement. En effet, les barbes de sang ne sauraient se réclamer de la foi, dans la mesure où elle a pour étymologie latine fides qui signifie tour à tour, foi (en Dieu) et confiance. Ce lien indéfectible entre les deux termes n’appartient pas qu’au monde latin; l’islam l’a aussi fait sien, notamment avec la notion d’ At-tawakkul qui est ainsi décrite par le site musulman Katibin:

C’est le fait de s’en remettre entièrement à Allah et de placer sa confiance en Lui. Cela consiste à avoir un cœur apaisé et confiant en Allah, à compter sur Lui pour accéder à tout ce qui est utile et pour éviter tout ce qui est nuisible dans les affaires de la vie d’ici-bas et dans l’au-delà.

Allah est-il faible?

Les barbes de sang ont beau faire assaut de bigoterie, en bardant leur théologie d’interdits, de règlements plus ou moins absurdes, de punitions qui relèvent du crime de droit commun, ils sous-entendent qu’Allah est si faible qu’il convient de le protéger.

De deux choses l’une:

– Soit Allah a besoin des hommes pour assurer sa protection mais alors il perd son principal attribut divin, à savoir sa toute-puissance qui est glorifiée dans tout le Coran, plus spécifiquement au verset 40 de la sourate III:

Que vous cachiez ce qui est dans vos poitrines ou bien vous le divulguiez, Allah le sait. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allah est Omnipotent.

– Soit le Créateur étant toute-puissance, Il n’a nul besoin de protecteurs humains, trop humains, faillibles par nature.

L’agnostique et les mécréants

L’attitude des barbes de sang traduit plutôt leur manque de confiance en la puissance divine et ce sont eux, plus que Salman Rushdie, qui font montre d’athéisme. Rushdie, agnostique, réinterroge le Coran à sa façon décapante. Ce faisant, il invite les musulmans à le relire avec un regard neuf, toutes œillères tombées.

Aujourd’hui, Salman Rushdie est victime de la mécréance des croyants.

Jean-Noël Cuénod 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada