Poésie à lire et à ouïr – DOULEUR CATHEDRALE

En attendant de comprendre quelque chose à ce qui se passe aux Orients Proche et Extrême ainsi que chez « Loukatchékiste », le sous-Staline biélorusse, on propose une pause poésie. Pause, c’est vite dit. Car la douleur n’a pas de repos. Celle des femmes en premier lieu. Poème inédit à lire et à ouïr. Que vos yeux voient, que vos oreilles entendent et que votre âme comprenne.

Pour réveiller les nuages / Repos des repus / Dans la mollesse des jours / Anges assoupis © JNC Pour réveiller les nuages / Repos des repus / Dans la mollesse des jours / Anges assoupis © JNC

A LIRE

                     Pierres de chair

                     Polies par les larmes

                    Taillées par les cris

                    Liées par le sang

 

Dans le silence des hommes

La douleur des femmes

Elève sa cathédrale

Surgie du sous-sol

Et s’arrachant à l’humus

Elle en appelle au ciel

Pour réveiller les nuages

Repos des repus

Dans la mollesse des jours

Anges assoupis

 

Qu’ils ouvrent veines et vessies

Pissent leur pluie

Sur le Sahara des cœurs

A perte de vie

Par ce sang par cette urine

Germeront peut-être

Les semences de l’esprit

 

                     Pierres de chair

                    Polies par le chant

                   Taillées par la joie

                   Liées par l’amour

Jean-Noël Cuénod

A OUÏR

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.