Poème à lire et à ouïr  ­– LE TEMPS CONFINÉ (1)

Tant qu’à être confiné, redécouvrons la poésie. Vous l’aviez délaissée peut-être comme un vieux jouet déglingué par la nonchalante négligence du temps qui passe. Mais elle ne vous avait pas oublié. La voilà qui frappe à votre fenêtre. Laissez là entrer, elle ne porte pas d’autres virus que ses mots vibrionnants.

"Et toujours il y aura / Quelque chose quelque part" © Burlingue (Xavier Bureau) "Et toujours il y aura / Quelque chose quelque part" © Burlingue (Xavier Bureau)

Voici une première volée de la forme tanka d’origine japonaise, ancêtre du haïku, mieux connu sous nos cieux. Aux trois vers de 5-7-5 pieds du haïku, le tanka en ajoute deux de 7 pieds chacun.

Et en prime, Le Plouc vous offre ci-dessus cette superbe gouache de l’ami Burlingue (Xavier Bureau) admirable artiste qui gagne à être connu. Ou plutôt, c’est vous qui gagnerez à faire sa connaissance.

 A LIRE

 Nuages en chemises

Qui passent en se boutonnant

Et filent ailleurs

             Vers un ciel encor vierge

            Où il fera bon pleuvoir

****

Miroir du ciel

La plaine allume ses feux

Et tend ses champs noirs

             Fusion confusion

            Terre porteuse de nuages 

****

Un chien aboie

Et la nuit est trouée

Comme une passoire 

             Des filets de lune tombent

             Sur les ombres des chemins

****

Fumées sur la plaine

Enveloppant la prairie

Linceul odorant

             Ta main lâche ses oiseaux

             Femme à feu et à ciel

****

Joie dans les nuages

Il fait beau il faut partir

Un soleil au cœur

             Et toujours il y aura

             Quelque chose quelque part 

****

Rien n’est perdu

Serre l’aube dans tes bras

Et le jour vivra

             Tu feras naître un oiseau

             De cette étreinte solaire

 Jean-Noël Cuénod

 A OUÏR

 

JNC

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.