HAUT LES MASQUES ! – Poésie à lire et à ouïr

En sortirons-nous un jour de ce Covid-19 ? Tout est impermanence, disait Bouddha. Même si le coronavirus tend à prolonger sa permanence dans l’impermanence, il finira par, sinon disparaître, du moins se retirer à l’arrière-plan de nos vies. La question du jour serait plutôt : comment en sortir? En frénétique amnésique ou en patient conscient? En attendant, voici la 24e série des Tankas Covidiens.

Même la Vache qui rit a le masques! © Burlingue(Xavier Bureau) Même la Vache qui rit a le masques! © Burlingue(Xavier Bureau)
A LIRE

Un cri «haut les masques!»

La rue devient textile

Et la voix s’étouffe

                       Seuls sons saccadés les pas

                       Coursés par le couvre-feu

 

Paris gueule ouverte

Comme un poisson hors de l’eau

Qui se tord s’agite

                       Respirer quête éperdue

                       Mais l’air est un ennemi

 

Masques sur la bouche

Pour notre pif AirParif

Air en garde-à-vue

                       Mettre au ciel les menottes

                       Dans la prison des nuages

 

Des masques en masse

Sans les lèvres qui l’animent

Le regard est vide

                       La foule des poissons morts

                       Trottine sur les trottoirs

 

Course épuisante

Le virus change de masque

Plus vite que nous

                       Silence du couvre-feu

                       Que brise un ricanement

 

Le monde en compresse

Je marche dans du coton

Tout est sparadrap

                       Que d’efforts déployés

                       Pour arracher un sursis!

 

N’attendre rien

Que ta main dans la nuit

Caressant mon rêve

                       Et c’est le jour qui ronronne

                       A travers les persiennes

 

L’avide Covid

Nous a pris à bras-le-corps

Au pied du mur

                       Grimper? Sauter? Contourner?

                        Ou bien dynamiter?

 

Sur le cou du temps

Rien d’autre que mes mains

Tordre ou étrangler?

                       Rompre les routines 

                       Ou asphyxier les songes?

Jean-Noël Cuénod

A OUÏR

JNC

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.