Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

645 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2022

Burkini, ce marronnier halal annonce les beaux jours

Avec une large marge d’avance, Il est revenu le temps des plages, des piscines. Et celui de s’agiter sous ce marronnier halal, le burkini[1], notamment en Suisse et en France. Cette année, c’est le maire de Grenoble, le Vert Eric Piolle, qui a, le premier, ressorti cette combinaison aquatique indispensable aux vaines polémiques estivales.

Cuenod
Poète et journaliste - Un regard décalé sur la France, la Suisse et toutes ces sortes de choses.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© EBCD

Quelle mouche a donc piqué l’urticant grenoblois ? La France avait-elle vraiment besoin de cette nouvelle pomme de discorde alors qu’elle en possède des tonnes dans ses boîtes à claques ? Vous agitez le voile islamique ou le burkini… Et voilà, on ne parle plus que de ça, reléguant les vrais drames et les inextricables situations dans la réserve aux accessoires!

Proposant d’autoriser le port du burkini, jusqu’alors interdit, dans les piscines gérées par sa ville, Piolle a donc soumis cet objet au Conseil municipal, lundi soir. Le burkini a passé la rampe mais de justesse : 29 voix pour et 27 contre dont une partie importante de sa majorité de gauche, entre autres des élus « La France Insoumise » de Jean-Luc Mélenchon (lire ici).

Sans doute, Eric Piolle adresse-t-il ainsi un clin d’œil appuyé à l’électorat musulman qui commence à peser dans les grandes villes françaises. Et puis, le maire écologiste cherche-t-il aussi à exister sur la scène nationale. Terminant troisième, derrière Yannick Jadot et Sandrine Rousseau, il n’avait pas réussi à se qualifier pour la primaire d’Europe-Ecologie Les Verts. Et s’en trouva fort marri.

A Rennes, le burkini sans tambour ni trompette

Pour ces motifs subalternes, voire futiles, le maire de Grenoble a donc pris le risque de faire éclater la majorité de gauche d’une grande ville française. Ce qui est le plus à blâmer, c’est la façon avec laquelle il a mis en scène cette affaire. A Rennes, la maire socialiste Nathalie Appéré avait autorisé le burkini dans ses piscines municipales, il y a quatre ans, après concertations, explications, dialogues mais sans sonnerie de trompettes et roulement de tambours. Tout s’était passé en douceur. D’ailleurs, Nathalie Appéré n’a pas manqué d’exprimer sa réprobation face à la clivante démarche de son confrère grenoblois.

Actuellement en France, seules les piscines de Rennes et de Grenoble sont burkini-compatibles.

Situation contrastée en Suisse romande

Il y a une demi-douzaine d’années en Suisse romande, cette tenue couvrante avait également provoqué vagues et remous. Le Tribunal Fédéral ne s’est pas encore prononcé de façon directe sur la question de l’interdiction ou non du burkini. Toutefois, il l’a abordé de façon indirecte dans son arrêt du 11 avril 2013 (lire ici l'original de l'ATF complet). Les juges fédéraux s’étaient prononcé à propos d’un refus émis par les autorités argoviennes d’accorder une dispense de cours de natation à deux adolescentes de confession musulmane.

Le TF avait confirmé le refus argovien tout en remarquant que l’école argovienne « avait déployé bien des efforts pour répondre aux préoccupations religieuses des plaignants, en organisant des cours de natation séparément pour chaque sexe, en proposant des cabines individuelles pour se doucher et se changer et même en autorisant le port d'un burkini. »

On pourrait en déduire que le burkini serait plutôt accepté par le Tribunal fédéral. Mais ce serait en tirer une conclusion beaucoup trop hâtive. Il faut donc attendre que la question soit posée à Mon-Repos de façon plus abrupte.

Patchwork vaudois pour le burkini

Pour l’instant en Suisse, c’est le fédéralisme qui triomphe avec des règlements municipaux de piscines d’une diversité telle que l’on risque fort de s’y noyer. A Lancy et dans les autres piscines genevoises : burkini interdit. Neuchâtel : burkini autorisé. Lausanne : burkini interdit mais shorty[2] autorisé. Yverdon : idem. Morges et Vevey : burkini autorisé. Mais peut-être ces mesures ont-elles été modifiées entretemps, sait-on jamais, tout va si vite !

Que ce soit en Suisse ou en France, il apparaît que les aspects les plus anecdotiques et les plus superficiels des relations avec les citoyens musulmans passionnent le plus les sphères médiatiques (réseaux sociaux compris), règne de l’image oblige.

Croire que le divin créateur se préoccupe, mètre pliant à la main, de la surface de peau laissée aux regards concupiscents des porteurs de slip Kangourou, c’est lui faire injure et insulter la raison.

De même, voir dans le burkini une arme fatale de l’islamisme politique, c’est lui prêter une importance démesurée. Ce qui reste d’ailleurs le meilleur moyen pour rendre efficace cet outil de propagande.

Que certaines musulmanes l’utilisent pour imposer la présence de l’islam dans l’espace public, c’est fort probable. Mais il est tout aussi probable que le burkini permette à d’autres de commencer à s’insérer dans une société désécularisée.

Voile sur les vrais enjeux

Surtout, cette focalisation sur les accessoires vestimentaires voile les véritables enjeux des relations entre les musulmans européens et leurs compatriotes, à savoir la liberté de quitter l’islam sans aucune contrainte et la discrimination entre femmes et hommes.

Enfin, que ce soient les Talibans qui obligent les musulmanes à porter la burka ou, de façon infiniment plus bénigne, les règlements municipaux qui interdisent le burkini, c’est toujours le corps de la femme qui est en jeu.

Jean-Noël Cuénod

Cet article est paru dans l'édition du 19 mai du magazin numérique BON POUR LA TÊTE-Media Indocile https://bonpourlatete.com

[1] Maillot de bain couvrant la totalité du corps, sauf le visage et les pieds.

[2] Ce maillot laisse nue une grande partie des bras et des jambes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat