POESIE à lire et à ouïr - TRACES

Pour ce samedimanche qui s’avance dans la grisaille. Un poème à lire et à ouïr. Et à caresser dans le sens du poil.

 © JNC © JNC

 

 A LIRE

La nuit s’enfonce dans la forêt

Prédatrice à pas de lynx sur la neige

Silence des oiseaux et des renards

Immobilité des hardes et des hordes

Epées aux fourreaux crocs sous les babines

Hors de portée des armes la nuit

Cette nuit à nulle autre pareille

 

Toutes les traces mènent à la peur

Toute la forêt tend sa jugulaire

Se soumettre se démettre et s’omettre

La mort plutôt que l’attente gelée

La mort plutôt que le ciel muet

La mort plutôt que la lune engloutie

 

Même le feu gît au sein de la glace

Comprimé réprimé et déprimé

Il suffirait d’une seule parole

Une seule pour attirer l’éclair

Et embraser de joie nos horizons

Jean-Noël Cuénod

A OUÏR

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.