Quand la République avait encore des Lettres…

Si vous n’habitez pas Nontron – sous-préfecture de la Dordogne qui a donné son nom à un groupe scolaire – vous ne connaissez sans doute pas Alcide Dusolier. Cette lacune peut désormais être comblée par la remarquable biographie que lui consacre l’historien Bernard Lachaise. Au-delà du personnage, le type qu’il représente intéresse : celui d’un lettré qui avait la République au cœur.

image-0535626-20210401-ob-d5c100-thumbnail-couv-dusolier-editions-secre
Alcide Dusolier (que l’on prononce « Dussolier » et non « Duzolier ») vaut, en effet, le voyage. C’est donc Bernard Lachaise qui nous sert de guide par le truchement de son livre qui vient de sortir aux Editions Secrets de Pays, Alcide Dusolier (1836-1918) et la République.

Professeur émérite d’histoire contemporaine de l’Université Bordeaux Montaigne, l’auteur a l’écriture légère et l’érudition exigeante. Ce qui rend ses ouvrages – citons une biographie d’un autre républicain périgordin, Yvon Delbos – à la fois plaisant et fiable.

L’aimant de Paris

Ce cher Alcide – né à Nontron en 1836 et mort en son château de Bonrecueil (aujourd’hui Beaurecueil) sis non loin, à Saint-Sulpice-de-Mareuil – a épousé fort jeune la cause de la République, alors que son père député, Thomas, soutenait le Second Empire (après une jeunesse de gambades à gauche). Apparemment, ce désaccord politique n’a point provoqué de drames familiaux.

Comme nombre de Rastignac de la même époque, Dusolier fils est monté à Paris dès l’âge de 21 ans, après avoir secoué la poussière de ses sandales sur la ville de Toulouse où il a fait son droit. Pourtant, ce n’est pas la basoche qui captive notre Alcide mais le monde capiteux, stimulant, enthousiasmant des Lettres.

Baudelaire ? « Un Boileau hystérique ! »

Doté d’un style vif et d’un mordant aiguisé, il se ménage assez rapidement une place enviable comme critique littéraire dans plusieurs journaux et magazines en vue. Une de ses formules est restée célèbre lorsqu’il qualifia Baudelaire de « Boileau hystérique », faisant allusion à la métrique classique du poète et à son inspiration sulfureuse.

Cette biographie rédigée par le professeur Lachaise illustre la puissance des Lettres sur la vie parisienne. Pour s’y frayer un chemin, il faut disposer d’une plume bien tranchante. Sous l’Ancien Régime, il fallait briller par son esprit à la cour. Au XIXe siècle, c’est dans les gazettes qu’il doit rutiler.

Cela dit, les conversations, parfois enflammées, dans les cafés parisiens tiennent aussi une place éminente chez les intellectuels. Et c’est dans ces chaudrons où bouillonnent la contestation qu’Alcide Dusolier fait l’un des deux grandes rencontres de sa vie, en la personne de Léon Gambetta, figure majeure de l’opposition républicaine à Badinguet (surnom de Napoléon III).

Naissance de la République aux forceps

Lorsque le Second Empire s’effondre à la suite de la défaite face aux Prussiens en 1870, Gambetta sera le principal accoucheur de la nouvelle République, la troisième, malgré un environnement politique largement dominé par les diverses factions monarchistes (orléanistes, légitimistes, bonapartistes). Naissance aux forceps donc. C’est alors qu’Alcide Dusolier devient un membre de la garde rapprochée de Gambetta. Il sera donc posté aux avant-postes de la République, alors attaquée de toutes parts.

Député puis sénateur de la Dordogne, il se partagera, par la suite, entre ses superbes appartements de questeur[1] au sénat et son château, plus rustique, de Bonrecueil.

La rencontre avec Eugène Le Roy

Sa carrière politique n’a pas éteint la flamme littéraire. En 1894, il est captivé par un feuilleton publié par L’Avenir de la Dordogne. Il s’enquiert de son auteur, un obscur percepteur des recettes fiscales en Dordogne. Personnage attachant mais au caractère éruptif, bouffant plusieurs curés à chaque repas, farouchement républicain et franc-maçon au Grand Orient de France, comme Dusolier. Son nom deviendra célèbre grâce au sénateur de Nontron : Eugène le Roy.
Alcide Dusolier ne s’est pas contenté de découvrir le grand écrivain. Grâce à son aura politique et littéraire, il lui a ouvert les portes de grands éditeurs parisiens et d’influentes rédactions, organisé sa promotion, arrondi les angles, soutenu son moral défaillant et conseillé sur le plan littéraire.

Jacquou le Croquant toujours vivant

C’est lui qui a convaincu Eugène le Roy de rédiger et publier ce qui restera son chef d’œuvre : Jacquou le Croquant, dont il sera tiré un film, un feuilleton télévisé et même un jeu vidéo qui vient de sortir (cliquer ici).

Au service de la littérature et de la République, oui vraiment, le Nontronnais Alcide Dusolier vaut le détour.

Jean-Noël Cuénod

Pour celles et ceux qui peuvent se rendre dans le Périgord Vert, le château où a vécu Alcide Dusolier – Bonrecueil, devenu Beaurecueil – participe à l’opération « Châteaux en fête ».

Samedi 29 mai à 15h. à la salle Alcide Dusolier (ancienne écurie de Beaurecueil), le professeur Bernard Lachaise donnera une conférence sur Alcide Dusolier et présentera son livre. Un spectacle de danse-poésie lui succédera offert par la chorégraphe Christine Z sur des textes de votre serviteur et lu par lui.

Dans cette même salle, l’artiste peintre Nelly Vranceanu exposera ses œuvres inspirées par ces châteaux qui ponctuent le paysage périgordin.

Coordonnées : Château de Beaurecueil, 116 impasse de Beaurecueil, Corneuil-Saint-Sulpice-de-Mareuil 24340 Mareuil-en-Périgord, en bordure de la départementale 708, avec pour coordonnées GPS Latitude: 45.47603239842618 Longitude: 0.5356611829269949.

[1] Chargé de l’administration interne du Sénat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.