lettre à Darmanin

Monsieur le Ministre C’est la première fois de ma vie que j’adresse un courrier de ce type à un homme  politique. Mais, là, il est temps.


J’ai été très peu politisée dans ma vie, le deviens de plus en plus aux vues des enjeux planétaires et aussi démocratiques avec la montée de l’extrême droite un peu partout dans le monde. Je me sens concernée mais  jamais excessive.
Pour autant, ma participation aux manifestations anti passe-sanitaire des 24 et 31 juillet à Dijon pourrait m’encourager à quelques excès, de pensée au moins.
C’est pourquoi je vous écris ce courrier, pour éviter cet écueil et pour vous alerter sur la politique de notre préfet de région qui, à peine la manifestation formée, commence à gazer la foule ainsi réunie.
L’ambiance y était pourtant bon enfant  avec des discours en tous genres dont certains me faisant d’ailleurs grincer des dents, mais je suis adepte du «  je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous puissiez toujours le dire ». Et donc du droit à manifester ! A s’exprimer !
Rien de ce que j’ai pu voir ne justifiait une telle violence, nous étions indignés et impuissants face aux forces de l’ordre menaçantes. Est-ce la société dans laquelle vont grandir nos petits-enfants ? Je sais que de tels agissements se répètent également dans des villes comme Paris, Strasbourg ou Lyon. Devons-nous comprendre qu’il s’agit désormais d’une politique nationale ? Et donc que le droit à manifester est menacé ?
Quelques éléments si vous désirez comprendre qui vous écrit.
J’ai bientôt 65 ans, ai entamé une vie professionnelle comme enseignante en finances à l’ESCAE de Bourgogne Franche-Comté puis 10 années de direction d’entreprise et enfin, j’ai exercé le métier de formatrice consultante puis de Gestalt-Thérapeute.
Un CV qui atteste de mon aptitude, voire mon appétit au changement. D’un sens de l’ordre et de la mesure.
Je ne serai pas plus longue, votre temps et celui de vos agents est précieux.
Merci de m’avoir lue et merci également, de bien vouloir me répondre et d’utiliser votre pouvoir pour faire cesser cette détestable habitude.
Ce courrier sera envoyé également au Canard Enchainé et Médiapart dans l’espoir qu’il rejoigne d’autres citoyens indignés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.