cyoranne
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2012

cyoranne
Abonné·e de Mediapart

Le Principe

cyoranne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier j’ai vu une photo qui m’a marquée. On y voit une petite fille qui tient la main de son père. Elle est habillée pour sortir. On distingue mal son visage car la photo a été prise vite, presque subrepticement. On sent quand même son inquiétude, car elle ne comprend pas ce qui se passe. Le témoin de la scène, celui qui a pris cette photo raconte qu’elle, ses parents et son petit frère on reçu la visite de la police. Et qu’ils vont être emmenés dans un endroit où sont réunis les gens comme eux. Ça s’appelle un centre de rétention. En effet le crime de cette famille c’est de ne pas être français et de ne pas avoir de papiers.

Oui cette scène ne se passe pas dans les années 40, il ne s’agit pas d’une rafle de la police française contre des juifs. Cette scène se passe en 2012, en France, c’est juste le début de la procédure de reconduite à la frontière.

Soyons clair, je ne compare pas les camps de concentration et d’extermination aux centres de rétention. Je ne compare pas les policiers d’aujourd’hui aux policiers d’hier. Je ne compare pas la France de l’Occupation à celle d’aujourd’hui. Je dis juste que certaines situations en rappellent d’autres. Je dis que, hier comme aujourd’hui, la France n’en sort pas grandie.

Parce que, ainsi que le rappelait l’auteur de cette photo, c’est au nom du peuple français que ces procédures sont faites, ce sont les lois de la République française, votée par le Parlement français, composé d’élus du Peuple français qui conduisent à ce que cette petite fille et sa famille, mais des milliers d’autres aussi, soient expulsés comme des criminels. Tout ça parce qu’ils n’ont pas la « chance » d’être né français.

Et bien je refuse de cautionner ce qui se fait en mon nom.

Je n’appelle pas à la révolte, je n’appelle pas, en ces temps d’élections, à voter pour qui que ce soit.

Non.

Je demande humblement pardon à cette petite fille, à ses parents, à son frère et à tous ceux qui un jour ce sont sentis blessés, trahis, humilié par la République et ses représentants. Je leur demande pardon au nom de ma France. Celle de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Celle qui a pour devise « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Oui.

Je demande pardon à toutes ces personnes, car tout ce qu’ils ont subit a été fait « au nom de peuple français » et que j’ai la « chance » d’être française.

Ce message est un cri. Un cri pour le principe. Mais ce qu’il y a de bien avec le principe, c’est que parfois ça peut sauver une et même plusieurs existences.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac