mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 28 juil. 2016 28/7/2016 Édition de la mi-journée

Versailles: le rectorat hors la loi

Du jamais-vuÀ l'heure où les DHG* tombent dans les établissements, c'est la consternation au lycée Corot de Savigny-sur-Orge face à une situation sans précédent : dans sa dotation, l'Inspection académique prévoit de n'affecter que trois heures pour des enseignements de spécialité dont l'horaire est défini à cinq heures hebdomadaires par la réforme du nouveau lycée du ministre Chatel.

Du jamais-vu

À l'heure où les DHG* tombent dans les établissements, c'est la consternation au lycée Corot de Savigny-sur-Orge face à une situation sans précédent : dans sa dotation, l'Inspection académique prévoit de n'affecter que trois heures pour des enseignements de spécialité dont l'horaire est défini à cinq heures hebdomadaires par la réforme du nouveau lycée du ministre Chatel. Sont concernés les enseignements d'arts plastiques, de cinéma-audiovisuel, de musique et de théâtre-expression dramatique en série littéraire.

Les enseignants, habitués au mépris qu'inspirent des enseignements jugés accessoires, ont d'abord suspecté une confusion avec les options facultatives ouvertes aux élèves de toutes séries et qui bénéficient effectivement de trois heures par semaine. À sa demande, une délégation d'enseignants a pu être reçue le mercredi 8 février à l'Inspection académique d'Évry qui a levé toute ambiguïté : il n'y a aucune méprise et les choix effectués contribuent « à l'effort national de résorption de la dette publique » [sic].

La stupéfaction des enseignants du lycée Corot vient bien de ce qu'il s'agit d'enseignements de spécialité, dotés d'horaires nationaux et sanctionnés par une épreuve au baccalauréat de coefficient six. Ce qui ne laisse pas d'étonner, c'est que la mesure n'est pas générale mais ne semble toucher que cet établissement fort pourtant d'un pôle artistique, partie intégrante de son identité, et que le président Sarkozy avait d'ailleurs choisi, en octobre 2010, pour y présenter en grande pompe son dispositif « Ciné-lycée ». Faut-il penser qu'il y aura demain, à la rentrée prochaine, des élèves qui recevront trois ou cinq heures d'arts, selon qu'ils fréquentent le lycée Corot de Savigny-sur-Orge ou le lycée Marie Curie de Sceaux ?

Le Rectorat de l'académie de Versailles n'hésite pas à se placer sciemment en porte-à-faux avec la loi : il semble bel et bien que l'on ait sonné le glas d'une éducation garantie pour tous sur le territoire national en tournant le dos aux valeurs républicaines d'équité qui la fondaient.

 

Gérer la pénurie

La DHG comporte d'autres mauvaises surprises dont le Rectorat est plus coutumier : la réduction drastique du nombre d'heures entraîne des suppressions de postes (le non-remplacement de sept fonctionnaires sur sept départs à la retraite) et ne permettra plus les dédoublements, pourtant prévus et nécessaires, en langues ou en sciences expérimentales. De même, les cours en langues étrangères de la « section européenne » ne pourront pas être assurés.

Cette coupe sombre dans les budgets de l'Éducation Nationale, associée à une plus grande autonomie donnée aux établissements et au pouvoir accru qu'auront bientôt leurs chefs, font craindre l'apparition d'un climat délétère dans les lycées : ne verra-t-on pas un personnel enseignant condamné à organiser un lobbying pour sa matière tout en dénigrant les autres disciplines et réduit à courtiser son supérieur hiérarchique ? De son côté, conduit à gérer la pénurie, ce dernier n'aura-t-il pas, comme seule marge de manœuvre, que de déshabiller Pierre pour habiller Paul, en suivant ce que lui dicte sa subjectivité ?

 

Résister

Au lycée Corot, la résistance s'organise : on tracte à la sortie du lycée, les représentants du personnel refusent de siéger dans les différentes instances chargées d'entériner cette dotation et des enseignants ont occupé les lieux dans la soirée du 13 février où ils ont été rejoints par des parents d'élèves... Au-delà de ces moyens d'actions, les enseignants, conscients de ce que les journées ponctuelles de grève ne produisent guère d'effet, testent des formes inédites de communication susceptibles d'alerter le grand public, au premier rang duquel les familles de leurs élèves : le personnel s'est cotisé pour acheter un espace publicitaire dans Le Parisien avec deux parutions, le mardi 14 et le jeudi 16 février. Un groupe « Corot en lutte » a été constitué sur le réseau social Facebook. D'autres actions vont suivre…

 

*la dotation horaire globale désigne l'attribution par l'Inspection académique à chaque établissement du volant d'heures lui permettant d'organiser l'année scolaire suivante.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

En d'autres temps on aurait parlé de "contribution à l'effort de guerre".

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Cyril BLANCY

enseignant en arts plastiques

Le blog