43% d'élèves admis au Brevet : une injustice pour les candidats libres

Sans contrôle continu, moins de 50% des élèves seraient admis à l'examen du Brevet des collèges. En 2019, son taux de réussite est de 86,1%. Au-delà d'une distorsion de la réalité, une injustice entre candidat élève de l'Éducation Nationale et candidat libre règne. Explications :

Le calcul de points et le contrôle continu

Le Brevet compte un total de 800 points, pour être admis il faut en obtenir 400, ce qui correspond à la moyenne. Cependant, 400 points s'obtiennent au contrôle continu tandis que les 400 autres points s'obtiennent à l'examen écrit et oral.

Élève en examen © Pixabay License Élève en examen © Pixabay License

Pour calculer les points de contrôle continu, l'élève est évalué selon 4 niveaux de maîtrise sur 8 "compétences" différentes qui lui rapportent des points :

  • Maîtrise insuffisante : 10 points par compétence
  • Maîtrise fragile : 25 points par compétence
  • Maîtrise satisfaisante : 40 points par compétence
  • Très bonne maîtrise : 50 points par compétence

Il apparaît que le "niveau de maîtrise moyen" est celui de la "maîtrise fragile", puisqu'il est le niveau qui permet d'obtenir la moyenne de 200 points (25×8=200) sur les 400 points qu'il est possible d'obtenir.

Dans un principe de clarté, il est intéressant de faire correspondre des notes à ce système de répartition de points. Si on découpe en quatre parts égales une note sur 20 on obtient : les notes allant de 0 à 5, puis celles allant de 5 à 10, puis celles allant de 10 à 15 et enfin celles allant de 15 à 20.

On obtient alors :

  • Maîtrise insuffisante : 0 à 5 sur 20
  • Maîtrise fragile : 5 à 10 sur 20
  • Maîtrise satisfaisante : 10 à 15 sur 20
  • Très bonne maîtrise : 15 à 20 sur 20

On a vu que le "niveau de maîtrise moyen" est celui de la maîtrise fragile, à ce même niveau correspond, dans un système de notation, à des notes allant de 5 à 10 sur 20 (note médiane de 7,5 sur 20).

Quelles conséquences sur l'examen écrit ?

Les cas d'élèves ayant moins de 10 de moyenne sont rares. Ainsi la plus grande partie des élèves vont au Brevet avec au moins 300 points (pour une maîtrise moyenne satisfaisante). Il ne leur reste plus qu'à obtenir 100 points à l'épreuve écrite (épreuve orale, elle même sur 100 points, comprise). Seulement 100 points sur les 400 points disponibles, soit l'équivalent d'une note de 5 sur 20 (et même 3 sur 20, si 50 points ont été obtenus à l'oral). Cela explique un taux de réussite qui frôle les 90%.

Une élève surprise © Pixabay License Une élève surprise © Pixabay License
Une réalité très différente

En 2018, le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) révèle qu’un taux de réussite aux épreuves finales du brevet était seulement de 42,8 % en 2017 (en Île-de-France, le territoire sur lequel l'étude a été menée). Ce même Cnesco dont l'avenir n'est pas garanti par le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer...

Une injustice pour les candidats libres

Le candidat libre n'obtient des points qu'aux épreuves écrites. La première inégalité réside par le remplacement de l'épreuve orale (sur 100 points) par une épreuve de langue vivante écrite. Ensuite, là où le candidat élève de l'Éducation Nationale doit obtenir 100 points (ou même que 50 points en cas de réussite moyenne de l'épreuve orale), le candidat libre doit obtenir le double de points ! C'est-à-dire 200 points sur les 400 points de l'épreuve écrite. Cette injustice est d'autant plus forte qu'elle se poursuit pour l'obtention d'une mention. En d'autres mots, avec un résultat écrit équivalent, le candidat élève aura une mention bien là où le candidat libre sera tout juste admis à son examen.

Conclusion

Le taux de réussite (86%) affiché par l'Éducation Nationale cache l'échec de sa préparation à l'examen final (43%). Le nouveau contrôle continu mis en place en 2017 fausse le véritable taux de réussite à l'examen final. Ce même examen n'est pas juste entre un candidat élève de l'Éducation Nationale, pour qui une note proche de 5 sur 20 semble suffisante, et un candidat libre qui doit obtenir nécessairement 10 sur 20, avec une épreuve de langue vivante écrite supplémentaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.