Je n'écris pas que Harvey WEINSTEIN est innocent

"Je dois avouer que je ne pensais pas le voir un jour menotté." Nous avons eu droit une fois de plus à la démonstration d'un système judiciaire qui nie visuellement la présomption d'innocence: Le système judiciaire des USA. Un système où dès que vous êtes accusé on vous glisse visuellement dans les habits du coupable.

"Je dois avouer que je ne pensais pas le voir un jour menotté."
Nous avons eu droit une fois de plus à la démonstration d'un système judiciaire qui nie visuellement la présomption d'innocence: le système judiciaire des USA.
Un système où dès que vous êtes accusé on vous glisse visuellement dans les habits du coupable.

Je n'écris pas que Harvey WEINSTEIN est innocent.

Je vous écris juste que sous les yeux du monde entier, il a été exhibé comme coupable, menottes aux poignets.

Ce n'est apparemment que mon avis, mais pour moi toute personne est présumée innocente tant qu'elle n'a pas été jugée coupable de façon définitive.
Dans le monde entier, la presse américaine et ceux qui la financent en ont décidé autrement. Harvey est coupable, car le mouvement qui a été lancé pour le dénoncer est trop bon, trop bien, trop chic, trop tendance, pour qu'une ridicule décision de justice ne vienne maintenant l'enrayer.

Ce que j'écris là, tout avocat, tout juge en France, et même ailleurs, doit ou devrait le ressentir au fond de lui comme inacceptable, inadmissible. Chaque personne a droit à une défense et à un jugement équitable dans un délai raisonnable, devant un tribunal impartial.

C'est ce que nos professeurs nous enseignaient en Faculté de Droit dès les premières années; principes anciens, principes antiques, auquel en 1789 puis 1790 une révolution, un certain 14 juillet, devait donner en France la force d'une loi constitutionnelle.

Où sont ces principes dans le soi-disant "pays de la liberté?"

Pour prouver la culpabilité de cet homme - comme d'autres - est-il nécessaire de faire tout ce cirque devant des caméras?

Qu'il soit accusé, entendu, défendu, jugé, et le cas échéant condamné, je le comprends parfaitement.
Il serait inadmissible que dès lors qu'il aurait commis les exactions criminelles dont on l'accuse, il échappe à un jugement et à la condamnation qui en ce cas serait prononcée. Et qui à mon sens et en ce cas devrait être la plus exemplaire possible.

En ce cas... j'ai bien écrit "en ce cas."
Le cas de sa culpabilité.

Il existe un cas contraire: Celui de son innocence.

Pour ce que je sais de l'histoire, les chances que ce cas contraire sorte victorieux du procès sont bien minces, mais il a le droit de le clamer, et son avocat le fait à juste titre.
Pour aussi mince, pour aussi ténue que soit la possibilité que cet homme soit innocent ce plateau-là de la balance doit être maintenu aussi haut que l'autre sur la balance de la Justice.

Avec tout le poids de la presse américaine dans le monde sur le plateau de l'accusation, et de belles images... menottes dans le dos,
Allez, franchement, chère Madame, cher Monsieur, vous le croyez innocent?
Moi non plus.
En tous cas un homme qui se permet de porter la légion d'Honneur sur un smoking, c'est inadmissible. N'est-ce pas?

Harvey WEINSTEIN avant sa mise en accusation © Maxime LABROSSE Harvey WEINSTEIN avant sa mise en accusation © Maxime LABROSSE

On se demanderait même un peu pourquoi gaspiller l'argent du contribuable américain dans une procédure...
Il n'y avait qu'à le jeter en prison directement.

Plus que jamais, au pays du cinéma, on a l'impression que la phase judiciaire ne sera qu'une scène d'un film dont le script est rédigé longtemps à l'avance.

Didier CODANI

Samedi 26 mai 2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.