Pour le rétablissement de la vérité

Monsieur Védrine, J'ai suivi le jeudi 15 avril 2021 l'émission « les matins » consacrée au génocide des Tutsis du Rwanda dont vous étiez l'invité. Malgré toute l'attention de Guillaume Erner pour faire ressortir la vérité, je suis contraint de reconnaître le tissu de mensonges, d'inepties, de malhonnêteté, de cynisme,

Monsieur Védrine,

 

J'ai suivi le jeudi 15 avril 2021 l'émission « les matins » consacrée au génocide des Tutsis du Rwanda dont vous étiez l'invité. Malgré toute l'attention de Guillaume Erner pour faire ressortir la vérité, je suis contraint de reconnaître le tissu de mensonges, d'inepties, de malhonnêteté, de cynisme, de négationnisme de votre discours, d'autant plus que vous connaissez parfaitement la vérité tout en ne souhaitant pas la rétablir.

 

Premièrement, tous les spécialistes du Rwanda sont unanimes pour affirmer que la notion d'ethnie et ses clivages associés ont bien été apportés par les colonisateurs allemands d’abord, puis belges ensuite. En effet, dans la période précoloniale, Tutsis et Hutus du Rwanda se mariaient ensemble, participaient aux mêmes fêtes religieuses, étaient enrôlés dans les mêmes armées etc. Ils ne résonnaient pas en termes ethniques, mais plutôt en termes de fonctions et de division du travail. Les Tutsis étant traditionnellement des pasteurs, les Hutus des agriculteurs. Si bien qu'ils créent ensemble une industrie agro-pastorale dynamique dans la région.

 

Deuxièmement, la France a bien violé l'embargo de l'ONU en continuant à livrer clandestinement des armes aux génocidaires jusqu'en juillet 1994. A ce sujet, une note signée H. V. (donc « Hubert Védrine ») existe dans laquelle, suite aux contestations et oppositions de certains militaires français sur place, il est écrit : "Appliquez les directives"... Armes livrées en passant par l'aéroport de Goma, au Zaïre voisin.

 

Troisièmement, l'opération Turquoise n'a d'humanitaire que de nom. Son objectif principal est de protéger la fuite des génocidaires au Zaïre et organiser une contre-attaque pour reprendre le dessus sur le FPR qui avait pris le contrôle du territoire. Si ce n'était l'opposition forte de Balladur, Mitterrand aurait engagé l'armée française directement sur le terrain pour renverser la vapeur au profit des génocidaires.

 

Quatrièmement, Mitterrand et Habyarimana, tout comme leurs fils respectifs, étaient proches voire très proches. Pour Mitterrand, le FPR était soutenu par les anglo-saxons et la « perte » du Rwanda était le risque de voir toute l’Afrique francophone basculer sous l’influence anglo-américaine. Vision colonialiste et anachronique qui s’est avérée complétement contraire avec la réalité. Entre parenthèses, Mitterrand avait dit à un proche à l’été 1994 : « Dans ces pays-là, un génocide c’est pas trop important » P. de Saint-Exupéry, « Complices de l’inavouable », p. 200.

 

Cinquièmement, quand vous tentez de justifier le génocide en disant que « les projets génocidaires on les connait, ce sont les résultats de la guerre civile et des attaques du FPR, ça rend dingue une partie du système en face », pour moi il s’agit de négationnisme. Vous minimisez les faits, tentez de les justifier, tout en faisant porter le chapeau à ceux qui sont eux-mêmes victimes du génocide. Quelle honte… c’est comme si on disait que Hitler a voulu exterminer les Juifs car ils avaient une mainmise trop importante sur la finance, l’économie, l’industrie etc. Ridicule, pathétique…

 

Sixièmement, septièmement…il y en a encore tellement à dire…mais je ne veux être trop long. J’aurais aimé qu’il y ait en face de vous un autre invité en tant que contradicteur crédible. Mais vous auriez certainement refusé l’invitation dans ce cas…

 

Je vous invite à vérifier et prolonger ce que je viens de dire en lisant et regardant livres, articles, vidéos de, entre autres, Patrick de Saint-Exupéry, Stéphane Audouin-Rouzeau, Guillaume Ancel, Mediapart etc.

 

De la part d'un vrai patriote...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.