Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

285 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2020

Russie : comment éviter le Covid-19 dans les établissements médico-sociaux ?

La France n'était pas prête et n'a pas su protéger ses EHPAD du Covid-19. La Russie n'est probablement pas non plus prête, et les maisons-internats dans lesquels sont hébergés des personnes âgées, des personnes handicapées ou des enfants handicapés ou orphelins sont en danger. Quelques éléments sur ce qui y est fait, après l'alerte dramatique de la maison de retraite de Viazma.

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme la France, la Russie va être confrontée au risque d’une flambée de l’épidémie dans ses établissements d’hébergement sociaux et médicaux sociaux. Cela concerne d’abord les 1280 établissements dans lesquelles vivent 128 000 personnes âgées ou handicapées adultes. Il se partagent entre maisons de retraite et internats psychoneurologiques, dont j’ai parlé dans plusieurs billets, notamment celui-ci, et celui-là. La frontière n’est pas étanche, et une partie de ces établissements accueillent des personnes âgées, et ponctuellement des adultes handicapés plus jeunes, ou l’inverse.

Il y a aussi les établissements où sont hébergés des enfants handicapés (228 établissements, pour 39 000 enfants), ou des enfants orphelins ou dont les parents ont été déchus de leur autorité parentale, il y avait 50 000 enfants dans cette situation fin 2018, une partie provisoirement dans des familles d’accueil, un partie en établissement, je ne trouve pas les statistiques permettant de préciser ce chiffre. Pour les autres, ma source est Rosstat, le service fédéral des statistiques russes, ici, données 2018. Pour les orphelins, il y a aussi ce site, usynovite.ru (adoptez.ru, c’est un site officiel). 

J’ai visité personnellement plus d’une dizaine de ces établissements en Russie. Ceux que j’ai vus ne sont pas à l’abandon, la Russie n’est plus celle des années 1990, et j’ai été souvent impressionné de l’attention apportée à leurs résidents, et de la volonté d’y organiser une vie sociale et collective. Ils se transforment, pas tous au même rythme, rencontrent bien sûr des difficultés, parfois importantes. Il y a aussi des cas de maltraitance, comme dans les autres pays, et c'est un immense progrès qu'ils soient dénoncés et rendus publics.

Pour ceux qui souhaiteraient voir une partie des images que j'ai encore à l'esprit, visionnez ce reportage sur le 45ième anniversaire de la maison internat pour enfants déficients intellectuellement de Savino, dans la République des Maris. Il a été tourné le 1er mars 2019. Je repasserai à Savino en fin de billet. 

Metr novosti : les 45 ans de la maison-internat pour enfants de Savino © ТВ МЭТР

Du point de vue sanitaire qui est celui de ce billet, il faut surtout signaler que la taille de ces établissements est plus grande qu'en France, en moyenne 200 personnes hébergées dans ceux pour adultes, et parfois plus d’un millier ; qu’il n’y a pas de chambres individuelles, dans la majorité des cas elles sont de deux à quatre lits ; que les relations sociales se font dans ces établissements dans les couloirs, étonnamment larges par rapport à ce que j’ai vu en France, dans des espaces collectifs assez largement distribués, où sont par exemple les télévisions, et dans des salles des fêtes qui font envie ; qu'ils sont souvent isolés, parfois même au fin fond de la forêt, comme la maison de Baba Yaga ; enfin, qu'ils sont visités par des associations de volontaires, beaucoup plus que nous pouvons l’imaginer. 

La pandémie de Covid-19 a conduit à prendre dans ces établissements sociaux et médico-sociaux des mesures de prévention, pour l’essentiel l’interdiction ou la limitation à ce qui est absolument nécessaire des visites de l’extérieur. Le 7 avril, une circulaire aux gouverneurs des régions russes (un télégramme, selon la nomenclature russe des actes administratifs) adressée par les ministères du travail et de la protection sociale, de la santé, et de l’éducation, ainsi par l’agence fédérale compétente en matière de santé publique, Rospotrebnadzor, a demandé un renforcement de ces mesures. 

Sont requis notamment : 

- la désignation au sein de l’administration régionale, pour chaque établissement, d’un superviseur, qui porte personnellement la responsabilité du suivi de l’application des mesures anti-épidémiques dans l’établissement ;

- la vérification, deux fois par jour, par prise de température, de l’état de santé des résidents ;

- la mise à disposition des employés des équipements de protection nécessaires ;

- la préparation du plan d’urgence qui sera mis en oeuvre en cas d’infection ;

- l’interdiction de l’accès de l’extérieur aux établissements, sauf pour les personnes indispensables au fonctionnement de l’établissements, les fonctionnaires compétents de la région, et les associations.

Le « télégramme » demande également d’organiser chaque fois que possible la réinstallation temporaire des résidents dans leur famille, chez leur tuteur, chez un proche ou également chez une personne « avec laquelle ils entretiennent de solides relations personnelles ». Il s'agit de mieux les protéger, et de faciliter le fonctionnement de l'établissement en cas d'infection. Sur le plan juridique, c'est une rupture avec une organisation fondée sur la responsabilité et l’autorité presqu’exclusive du directeur de l’établissement. Les résidents devront consentir à ce déménagement, et les familles ou personnes les accueillant appliquer les règles permettant d’éviter de contracter le Covid-19.

La possibilité offerte aux associations d’accéder à nouveau aux établissements a été débattue. Certaines associations n’y étaient pas favorables. D’autres l’étaient, et leurs dirigeantes ont obtenu gain de cause. Parmi elles, Maria Ostrovskaïa, présidente de Perspektivy, créée en 1996 à Saint-Pétersbourg, Anna Bitova, directrice du Centre de pédagogie clinique à Moscou, créé lui en 1989, ou Niouta Federmesser, directrice du Centre pour les soins palliatifs de Moscou, qui a saisi directement la vice-première ministre Tatiana Golikova. Je devrais écrire un billet pour chacune d’entre elles, je l’ai fait pour Anna Bitova

Pour rouvrir ainsi les établissements aux associations ?

D’abord sans doute parce que la fermeture était inacceptable éthiquement, le combat pour entrer dans ces établissements qui étaient, avant, des lieux de relégation, et organisés pour cacher ce qui se passait à l’intérieur a été trop long, et le succès trop grand pour imaginer revenir en arrière, même temporairement. La conviction, aussi, que l’isolement pouvait être « fatal » pour les résidents, je cite Maria Sisneva, psychologue clinicienne et bénévole de Stop PNI, faute d'attention, faute de soins, alors que le personnel peut manquer, ou passer l'essentiel de son temps à désinfecter les locaux. 

Et aussi pour organiser la sortie, et la mise en sécurité, d’une partie des résidents. C’est à cela que les associations s’emploient maintenant. C’est aussi de cela qu’on a besoin. Il ne suffit pas de faire des plans d'action, il faut aussi trouver des solutions, personne par personne. En trois jours, 370 personnes ont été ainsi retirées des établissements médico-sociaux de Moscou, qui hébergent actuellement 16 000 résidents.

Ailleurs, c’est d’autres solutions que l’on cherche à mettre en oeuvre. Dans la république des Maris, 6 établissements, hébergeant au total 566 personnes âgées ou handicapées, et 141 enfants vont complètement s’isoler de l’extérieur. Selon le communiqué du service de presse de la République, c’est une proposition des travailleurs sociaux et des personnels des établissements, conscients qu’à cause de leur allers retour avec l’extérieur, ils ne pouvaient garantir une protection à 100 % contre le Covid-19. 200 employés ont passé des tests pour constituer les équipes qui rentreront ainsi dans cet isolement volontaire — rappelons au passage l'atout que constitue le fait de pouvoir tester, dans cette situation et dans d’autres. Les établissements ont été approvisionnés pour trois semaines de fonctionnement, en nourriture, médicaments, biens essentiels, équipements de protection individuelle et désinfectants. 

J’écris ici le nom de ces six établissements, et je dis un peu où ils sont, que cela ait été fait une fois au moins en français. Il s’agit de :

- la maison-internat (дом-интернат) la Pinède (Сосновая роща) à Iochkar-Ola ;

- la maison-internat de Choïa-Kouznetskovo, à 12 km de Iochkar-Ola ;

- la maison internat de Savino, non loin de la précédente ;

- le centre de réadaptation sociale de Voljsk, sur les bords de la Volga, presque à coté de Kazan ;

- l’internat neuro-psychologique de Tair, celui-ci complétement isolée dans la forêt que traverse la Malaïa Kokchaga avant de se jeter dans la Volga ;

- le centre de réadaptation sociale la Petite grue (Журавушка), également à Tair, dont voici en prime la photographie.

Centre de réadaptation sociale la Petite grue (Журавушка), à Tair, République des Maris © Министерство социального развития Республики Марий Эл

Assurons-les de notre solidarité. 

Kommersant (8 avril 2020)Takie dela (14 avril 2020)Ria novosti (15 avril 2020)Takie dela (16 avril 2020)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss