Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 janv. 2014

La leçon de Dieudonné

Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'humoriste Dieudonné a fait de l'antisémitisme son fonds de commerce. Cela soulève l'indignation des uns et l'enthousiasme des autres, mais laisse de moins en moins de monde indifférent, ce qui de son point de vue constitue un succès.

Il est vrai que la justice donne suite aux plaintes dont il fait l'objet et que les autorités condamnent ses propos racistes, mais dans une démocratie il y a peu d'instruments juridiques susceptibles de faire barrage à la mauvaise foi de quelqu'un qui abuse de la liberté d'expression. Le résultat est qu'alors qu'il apparaît que les amendes infligées à Dieudonné n'ont  jamais été acquittées, chacun de ses passages au tribunal constitue une publicité plus efficace que n'importe quelle campagne de relations publiques.

Quand il s'agit de réagir à l'infamie de Dieudonné on est confronté à un dilemme: faut-il la dénoncer, ou faut-il au contraire l'ignorer afin de ne pas servir de caisse de résonnance. Les institutions qui lui font procès sont bien entendu dans leur rôle, mais il est illusoire de penser que c'est un moyen de le faire taire. Et quand bien même elles y réussiraient, nul doute qu'un autre Dieudonné prendrait le relais pour exploiter le filon de la haine antijuive.

Le problème n'est donc pas Dieudonné, mais l'antisémitisme, et ce serait faire trop d'honneur à cet individu que de lui attribuer le moindre rôle dans sa résurgence. Tout au plus fait-il la démonstration que l'antisémitisme se porte bien, et qu'une partie non négligeable de la société n'y voit aucun mal. Le public qui le soutient n'est ni marginal ni insignifiant; il est au contraire très signifiant, parce que ce sont les enfants spirituels des meutes qui stigmatisaient les juifs lors de l'affaire Dreyfus.  Dieudonné est donc plutôt un révélateur qu'un prosélyte. Pour dire les chose simplement, il dit peut-être tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

Albert Memmi[1] a beaucoup écrit sur la condition juive.  Après la Shoah, et en dépit de la défaite du nazisme, il posait dès les années 1950 un diagnostic cinglant: "L'expérience nous a trop souvent appris  qu'il n'y a pas de risque négligeable pour nous, que tout peut devenir possible. Que tous les non-juifs participent d'une société qui rend invivable la vie du Juif en tant que Juif, oui, cela je le sens et le pense. Etre juif, c'est d'abord ce fait global: c'est d'abord se trouver mis en question, se sentir en permanente accusation, explicite ou implicite, claire ou confuse".

Homme de gauche et homme de cœur, Albert Memmi avait dans un premier temps pris de la distance par rapport à ses origines, mais pour y revenir plus tard avec force. Après avoir pensé que l'universalisme, le socialisme et la modernité entraîneraient la fin de l'antisémitisme, il finit par conclure que la résolution de la question juive devait trouver une expression plus concrète: "si le Juif ne se reprend pas comme peuple, il restera nécessairement minoritaire et séparé, menacé et périodiquement exterminé. S'il ne se défend pas comme peuple, il restera soumis a la bonne volonté des autres, c'est-à-dire aux fluctuations de leur humeur, plus souvent méchante que bienveillante, condamné à leur servir de souffre-douleur trop commode, d'exutoire à leurs difficultés économiques et politiques, à vivre dans l'ambigüité et la ruse, le déchirement et la peur. II faut maintenant faire un pas de plus, qui me parait s'imposer avec la même évidence : puisqu'un peuple ne saurait, aujourd'hui encore, vivre et se déterminer librement sinon que comme nation, il faut faire des Juifs une nation. En bref, la libération particulière des Juifs s'appelle une libération nationale, et, depuis dix ans cette libération nationale du Juif s'appelle l'Etat d'Israel."

Dans le même ordre d'idées, Hannah Arendt[2] disait au cours de la deuxième Guerre Mondiale que "quand on est attaqué en tant que Juif c'est en tant que Juif qu'il faut se défendre". C'est pour cette raisonqu'elle rêvait de constituer une armée juive, d'abord pour combattre les nazis, ensuite pour que les juifs se constituent en nation en Europe même, au sein d'une Confédération où la nation juive serait représentée en tant que membre à part entière dans un Parlement Européen. Pour Hannah Arendt le fait d’être juif signifiait d’abord et avant tout une appartenance politique et nationale.

Parallèlement à cette utopie, Hannah Arendt était une sioniste ardente, même si elle participait d'un courant qui ambitionnait de créer un Etat binational judéo-arabe: "les Juifs palestiniens savent ce qu’ils défendent  : leurs champs et leurs arbres, leurs maisons et leurs usines, leurs enfants et leurs femmes. Et il ne fait aucun doute qu’ils appartiennent à cette communauté, car nous sommes là-bas en vertu du droit et non de la tolérance. La Palestine et l’existence d’un foyer national juif constituent le grand espoir et la grande fierté des Juifs dans le monde entier".  

Albert Memmi estimait que la libération du peuple juif devait se faire en Israel et nulle part ailleurs: "la solution nationale découle d'abord d'une nécessite purement sociologique : les Juifs étant ce qu'ils sont, un peuple vivant, dispersé et toujours minoritaire, au milieu des autres, et, d'autre part, la majorité des peuples ne pouvant encore supporter la présence de minorités compactes parmi eux, il faut faire cesser cette relation. Puisqu'il est impossible au Juif de vivre pleinement parmi les autres, il faut ôter Ie Juif du milieu des autres

Cependant Albert Memmi était conscient qu'Israël ne pouvait être une solution à court terme pour tous les juifs du monde, et qu'une partie d'entre eux seraient longtemps encore tributaires de ces nations qui, bon gré mal gré, les ont accueillis, et souvent adoptés. Les Juifs qui continueraient à habiter en Diaspora devaient donc faire preuve de laloyauté la plus absolue, la plus courtoise et la plus reconnaissante partoutoù ils étaient, mais en même temps ne jamais perdre de vue que l'objectif ultimeétait que la présence des Juifs hors de la nation juive doit changer de sens, et que la Diaspora doit cesser d'être une Diaspora.

Il  concluait son analyse en disant "je suis heureux d'avoir appartenu à la génération qui a compris où  se trouvait la libération du peuple juif, et qui l'a entreprise. Aux générations suivantes de l'achever. Israel est dorénavant leur affaire. C'est notre seule issue, notre seule carte véritable, et notre dernière chance historique. Tout le reste est diversion. Seule la solution nationale peut exorciser notre figure d'ombre; seul Israël peut nous redonner épaisseur et vie : seule la libération d'un peuple peut fournir une chance véritable à sa culture".

Les juifs du monde doivent être vigilants par rapport à l'antisémitisme au même titre que pour toute autre forme de racisme, et se comporter en citoyens responsables dans leur pays de résidence. Mais les juifs de la Diaspora spécifiquement menacés en tant que tels doivent avant tout réagir en soutenant Israël, parce que c'est là que se joue leur destin en tant que peuple, et que c'est là que se trouve leur ultime refuge. Ces juifs qui vivent en Diaspora mais qui désirent en même temps préserver le recours éventuel à la "Loi du Retour"[3], ont donc des devoirs envers Israël, parce que quel que soit le dynamisme  des institutions communautaires juives à travers le monde, celles-ci ne seraient plus d'aucun secours si Israël venait à disparaître.

C'est peut-être la meilleure manière de comprendre ce que Dieudonné essaie de nous dire.


[1] Ecrivain juif franco-tunisien. Les citations en italiques sont extraites de "Portrait d'un Juif"

[2] Ecrivaine et professeure de théorie politique. D'origine allemande mais naturalisée américaine après la Deuxième Guerre mondiale.  Les citations en italiques sont extraites de ses "Ecrits Juifs"

[3] Loi israélienne qui permet à chaque juif, à tout moment, de s'établir en Israël et de devenir instantanément citoyen à part entière 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement