Les expatriés et l'Assemblée Nationale de 2012

Léon-Maurice Nordman, grand résistant fusillé en 1942 par les nazis eut ce mot terrible eu égard au régime de Vichy: "Entre la France et les juifs, c’est une histoire d’amour qui a mal tourné".

 

Trois ans après la Libération l'Etat d'Israël voyait le jour, et les juifs qui avaient choisi d'en faire partie eurent à cœur de tourner la page et de promouvoir les liens entre l'Etat Juif et la France. Ils y parvinrent, et L'Histoire retient que lors de la Guerre des Six-jours, alors que le monde arabe s'apprêtait à rayer Israël de la carte, l'aviation israélienne gagna dès les premières heures la maîtrise du ciel à bord de chasseurs "Mirage" fournis par la France. Il semble par ailleurs que bien qu'Israël ne s'exprime pas à propos de la force de frappe qu'on lui prête, il est probable que le partenariat avec la France lui a ouvert à cette époque l'accès à la technologie nucléaire.Secoué par la victoire d'Israël, de Gaulle décide après la Guerre des Six-jours d'imprimer un virage radical à sa diplomatie en lui donnant une orientation qui demeure jusqu'à nos jours ce qu'on appelle la politique arabe de la France. En gros, une realpolitik consistant à tourner le dos à Israël en échange de pétrole. En guise d'échappatoire et armé de sa seule mauvaise foi, De Gaulle stigmatise alors le peuple juif comme étant "sûr de lui-même et dominateur", comme si l'histoire bimillénaire de la Diaspora juive ne témoignait pas très précisément du contraire.La France et Israël ont cependant continué à entretenir des relations normales, mais souvent troublées par une désinformation rampante. Peut-être les choses vont-elles changer maintenant à l'occasion des élections législatives de 2012, qui prévoient 11 nouvelles circonscriptions expressément créées à l'intention des français établis à l'étranger. Cette initiative est innovante parce qu'elle permettra aux électeurs non seulement d'exercer leur droit de vote, mais aussi d'élire des députés qui les représenteront en connaissance de cause, et seront à même de promouvoir les échanges entre ces terres d'adoption et la France. La 8e circonscription comprend Chypre, la Grèce, Israël , l'Italie, Malte, Saint-Marin, le Saint-Siège et la Turquie. Environ la moitié de cet électorat réside en Israël. L'attachement des français à la culture et à la langue de leur patrie d'origine ainsi que les liens qu'ils entretiennent avec elle sont notoires.Même s’ils ne seront pas assez nombreux pour choisir le futur député, ce sont probablement les français d'Israël qui donneront le ton en ce qui concerne le futur député de la 8e circonscription à l'Assemblée Nationale.Cinq candidats font déjà campagne. Les voici par ordre alphabétique:Edward Amiach. C’est le candidat de l’UPJF, l’Union des Patrons Juifs de France, dont il fut le président. Il a effectué sa carrière dans la grande distribution.Valérie Hoffenberg. Ancienne représentante de l’American Jewish Committee à Paris, elle est élue à Paris. C’est la candidate officielle de l’UMP.Philippe Karsenty. Ancien financier, il est actuellement adjoint au maire (de centre droit) de Neuilly. Parallèlement à cette campagne électorale dans laquelle il se présente en indépendant «divers droite», il mène un combat médiatique et judiciaire dans l'affaire Al-Dura (Charles Enderlin-France 2).Daphna Poznanski, qui habite en Israël depuis 31 ans, est la candidate officielle du Parti Socialiste. Elle est vice-présidente de l’Assemblée des Français de l’Etranger.Gil Taïeb est membre du Consistoire de Paris ainsi que de nombreuses autres institutions communautaires juives françaises. Proche de la gauche française par sa femme qui est élue du Parti Socialiste à Paris, il est aussi soutenu en Israël par de nombreuses personnalités de la gauche israélienne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.