mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 29 sept. 2016 29/9/2016 Dernière édition

Eva Illouz n’est pas antisémite

Eva Illouz n'est pas antisémite, puisqu'elle est juive et professeur de sociologie à l'Université Hébraïque de Jérusalem.

Elle a cependant publié un article intitulé « Israël : justice ou tribalisme » où elle affirme que le triomphe de la justice lors de l'affaire Dreyfus serait impossible en Israël, parce que les normes morales qui y prévalent ne sont pas, d'après elle, celles de la France.

Cette intellectuelle ne stigmatise pas seulement l'appareil politique, judiciaire et militaire d'Israël, mais également l'ensemble de la population juive, à de rares exceptions près.

Eva Illouz émet l'hypothèse d'une affaire Dreyfus qui, si elle avait lieu en Israël ne se trouverait pas de Juifs pour s'élever contre l'injustice.

Elle condamne d'office et d'avance six millions d’entre eux pour un déni de justice qu'à son avis ils commettraient s'ils en avaient l'occasion.

Elle réussit le tour de force de leur imputer cette ignominie sans le moindre début de démonstration. Difficile de comprendre où elle veut en venir, parce qu'on n'imagine pas qu'elle puisse s'en prendre à des Juifs du seul fait qu'ils soient juifs, sans quoi ce serait de l'antisémitisme.

En réalité le système judiciaire fonctionne en Israël d'une manière que beaucoup dans le monde libre envient, sans parler du Moyen-Orient, où le mot justice ne fait pas partie du vocabulaire. La Cour Suprême d'Israël est un modèle du genre. Ses magistrats sont appréciés par les juristes du monde entier pour leur indépendance, leur courage et leur compétence.

Eva Illouz n'ignore pas que c'est un juge arabe qui a envoyé un ancien président d'Israël en prison, et que ce sont des hommes de loi juifs qui tranchent en faveur de Palestiniens dans des litiges avec l'Etat.

Il ne doit pas non plus lui avoir échappé que le nazi Eichmann a bénéficié d'un procès équitable de la part de ses victimes alors qu'en France de nombreux collaborateurs ont été lynchés à la Libération au mépris des règles les plus élémentaires de l'Etat de droit. A noter cependant que ce n'est pas parce qu'Eva Illouz met l'Histoire entre parenthèses pour fonder sa théorie que cela fait d'elle une antisémite.

Si après l'affaire Dreyfus les juifs étaient définitivement devenus citoyens à part entière l’on aurait pu dire que Zola et d'autres hommes de qualité avaient fait reculer l'antisémitisme.

Mais en réalité cette affaire n'a été que le prélude aux lois raciales de Vichy et de l'antisémitisme d'Etat en France, et constitué le terreau du pétainisme qui a chargé la police française d'envoyer des Juifs à la mort.

Alors que quelques obscurs faussaires avaient fabriqué l'affaire Dreyfus et induit l'opinion publique en erreur, c'est l'Etat français lui-même qui a fini par décréter des lois anti-juives, dont le port de l'étoile jaune, au milieu d'une apathie quasi-totale de la population comme en témoigne « Le Chagrin et la Pitié » de Marcel Ophuls. Eva Illouz omet de noter que cette infamie était en filiation directe avec l'affaire Dreyfus, mais cela ne fait pas d'elle une antisémite.

L'article d'Eva Illouz a été publié par le quotidien israélien « Haaretz », et ne mériterait pas d'être commenté si ses éructations n'étaient répercutées par un organe de presse aussi peu antisémite que le journal Le Monde.

Quant à Eva Illouz, elle n'est sans doute pas antisémite, mais on s'y tromperait, tellement elle est appréciée par des anti-Juifs patentés à travers le monde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

"Le système judiciaire y fonctionne d’une manière que beaucoup de pays occidentaux envient"

Assertion à confronter avec :

http://www.rue89.com/2008/12/22/un-franco-palestinien-en-prison-salah-hamouri-existe-t-il-0

et

http://www.salah-hamouri.fr/node/375.

Donc j'extrais ceci :

"L’extrémiste juif Igal Amir, qui a assassiné le Premier ministre israélien Itzhak Rabin en 1995, a pu se marier en prison, et il a eu un enfant, quand les prisonniers palestiniens sont interdits de visite, ou ne peuvent voir leur famille qu’au travers d’une vitre."

En voilà une justice qu'elle est équitable...

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Le blog

suivi par 11 abonnés

Le Blog de Daniel Horowitz

mots-clés