Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2015

Michel Onfray et la crise des réfugiés

Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Confronté au déferlement actuel des réfugiés fuyant le monde arabo-musulman, il est du devoir du monde développé  de parer au plus pressé et de soulager cette misère dans la mesure du possible.

D'après le philosophe Michel Onfray ce serait l'Occident lui-même qui serait à la source de cette catastrophe. Il estime que les interventions en Afghanistan, au Moyen-Orient, en Lybie ou ailleurs ont déclenché une anarchie qui a fini par déstabiliser ces pays au point où leurs habitants cherchent à leur échapper par tous les moyens et en risquant leur vie. Cela soulève la question du droit d'ingérence, dont Onfray estime que c'est un  pseudo-droit, parce qu'il est à géométrie variable, et que quand des pays comme la France ou les Etats-Unis s'ingèrent, c'est qu'ils y ont intérêt, ce qui n'est sans doute pas faux.

Ceci dit l'on ne voit pas bien où est le mal si cela coïncide avec l'intérêt de populations  qui souffrent. Quand il y a 70 ans les Américains, les Canadiens, les Australiens, les Néo-Zélandais et d'autres jeunes venus du bout du monde ont débarqué en Europe pour  en chasser les Nazis, n'y avait-il pas d'intérêts matériels en jeu ? Etait-ce par humanisme pur ? Sans doute que non, mais il n'empêche que la cause était juste. D'ailleurs la défaite des Nazis n'a pas fait que des heureux: alors que l'Europe de l'Ouest a été libérée, l'Europe de l'Est est tombée sous la botte communiste.

Par ailleurs il y a une certaine condescendance à croire que tout est toujours la faute de  l'Occident eu égard à son passé colonial. Les nations du tiers-monde ont leur logique à elles, leur histoire, leur politique et leurs aspirations. La vague islamiste qui balaie en ce moment la planète constitue une vraie pensée, aussi détestable soit-elle. C'est une vision du monde,  une spiritualité conquérante qui embrase les esprits jusqu'au sein même d'un Occident en déclin.

Onfray estime qu'au lieu de  mettre Saddam Hussein ou Kadhafi  hors d'état de nuire sans se soucier des conséquences, il aurait mieux valu laisser leurs peuples s'entretuer en paix.  Cela se peut, mais quand il laisse entendre que la tragédie  de ces  masses humaines actuellement en déroute sur les plaines d'Europe n'aurait pas eu lieu,  il se trompe.

En réalité ces centaines de milliers de réfugiés arabo-musulmans ou africains ne viennent que s'ajouter aux dizaines de millions qui y sont déjà. Il s'agit d'un mouvement de population dont la crise actuelle ne constitue qu'un pic. C'est ainsi que l'on peut s'attendre à ce que ce flux continuera aussi longtemps que les pays d'origine n'offriront aucune perspective d'avenir, autre que celle de mourir de faim ou de guerre.

Cette tragédie qui se déroule sous les yeux de nos télévision doivent rendre Israël plus attentif que jamais. Ce minuscule pays n'est qu'un ilot de stabilité au milieu d'un océan arabo-musulman pris dans un tsunami auto-destructeur.

Si l'Etat d'Israël n'avait pas été tout au long de son existence vigilant sur le plan éthique, stratégique, politique  et économique, s'il ne s'était pas  prémuni jour après jour des dangers qui le guettent, s'il n'avait pas veillé à étouffer dans l'œuf  les velléités  terroristes à  l'intérieur et à extérieur, alors les israéliens - tous les israéliens - juifs, arabes, chrétiens, druzes et  bédouins feraient aujourd'hui partie des masses en déshérence qui cherchent à échapper à la folie meurtrière qui s'est emparée de leurs pays d'origine, auxquels il semble inévitable que l'Occident finira tôt ou tard par devoir se  confronter, nonobstant  Onfray.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc