Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2016

Le chef de l'opposition israélienne à Paris

Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Avoda", le Parti israélien membre de l'Internationale socialiste fut la maison idéologique de nombreux hommes politiques de gauche, dont Ben Gourion et Itzhak Rabin. De nos jours c'est Itzhak Herzog qui est le dirigeant de cette formation, ce qui fait de lui également le chef de l'opposition au Parlement.

C'est à ce titre que Herzog a récemment fait une visite officielle en France, où il a été reçu par le président François Hollande. A propos du conflit israélo-palestinien il a fait la déclaration suivante: "La tentative de créer un Etat palestinien aujourd'hui est irréaliste. Un Etat palestinien ne peut être édifié maintenant, car les Palestiniens ne disposent pas actuellement d'un leadership qui contrôle l'ensemble de leurs territoires et qui pourrait suivre une telle démarche".

Cette mise au point est intéressante pour quiconque serait tenté de croire qu'il existe une divergence de fond entre le chef de l'opposition et le gouvernement en place concernant l'avenir des territoires occupés.  En réalité Herzog a la même analyse que Benjamin Netanyahu, à savoir que Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité Palestinienne, n'a aucune intention d'aboutir à un accord avec Israël. Au lieu de cela il se cantonne dans un immobilisme prudent tout en comptant sur l'Iran, le Hamas, le Hezbollah, Al Qaeda ou Daesh pour venir à bout d'Israël.

Il est avéré depuis longtemps que l'opinion publique israélienne est majoritairement en faveur d'une fin de l'occupation en échange de frontières sûres et reconnues. L'occupation de la Cisjordanie est exigeante, pèse sur l’économie, pose un problème moral et est un facteur de tension au sein de la société israélienne elle-même.

Mais bien que le gouvernement d'Israël tout comme la gauche travailliste soient favorables à la création d'un Etat palestinien, ils sont d'accord pour estimer que les leaders palestiniens n'en ont ni la vision, ni la volonté ni le courage politique, ce qui rend la chose irréaliste dans la situation actuelle.

Il faut comprendre que quand la France fait pression sur Israël pour promouvoir la solution de "deux Etats pour deux peuples", il y a un de ces peuples qui n'en veut pas, or ce n'est pas celui que l'on croit.

Que ce soit la volonté des Palestiniens ou celle de ses leaders que de refuser de partager la Palestine avec les Juifs depuis 1947, le fait est qu'ils ne veulent pas s'asseoir autour d'une table pour négocier leur propre indépendance. Ils préfèrent courir le monde pour promouvoir la fiction d'une Palestine de papier et perpétuer le conflit plutôt que d'assumer les droits et les devoirs d'une Palestine réelle vivant en paix à côté d'Israël.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment la Russie a laissé filer l’épidémie
Omicron déferle sur la Russie alors que le pays vient déjà de traverser une terrible année 2021 et déplore plus de 900 000 morts excédentaires depuis le début de la pandémie. Une hécatombe acceptée par l’État mais aussi par la population, peu encline à la vaccination.
par Julian Colling
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal
Deux « Zouaves » condamnés pour l’attaque à Paris d’un bar antifasciste
Un an et demi après la descente du groupe d’ultradroite Les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, Marc de Cacqueray-Valmenier et Bastien Dos Santos ont été condamnés à des peines de prison ferme pour violences et dégradations en réunion.
par Camille Polloni
Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2020 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy

La sélection du Club

Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak