Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2013

Edgar Morin ou le philosophe errant

Daniel Horowitz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a une douzaine d'années le sociologue et philosophe Edgar Morin publiait une tribune cosignée par deux autres intellectuels[1] dans le journal "Le Monde". Il s'agissait d'un brûlot  intitulé "Israël-Palestine : le cancer", consistant essentiellement à soutenir une thèse selon laquelle Israël étant le plus fort, les palestiniens avaient le droit pour eux dans tous les cas de figure. Mais au delà de ce creux postulat, le texte était truffé de contrevérités, d'élucubrations et de mensonges visant à diaboliser Israël, accusant même son gouvernement de favoriser l'antisémitisme en Europe. Plus tard la revue "Controverse" publia une remarquable étude qui pulvérisait les sophismes de Morin et de ses acolytes.

Suite à cette tribune, des associations[2] engagèrent une procédure pour antisémitisme. Lors d'un premier procès les plaignants furent déboutés, mais un an plus tard  la Cour d'Appel condamna Morin pour « diffamation raciale et apologie des actes de terrorisme ». Finalement la Cour de Cassation mit un terme aux poursuites, considérant que le texte en question relevait de la liberté d'expression.

Morin est un délirant détracteur d'Israël, et prêche l'antisionisme à toute occasion, même quand il s'agit de la monomanie de Stéphane Hessel, cet obscur diplomate à la pensée indigente qui déterminait dans un opuscule nauséabond intitulé "Indignez-vous" que Gaza devait être le principal sujet d'indignation à l'échelle planétaire, comme si les massacres endémiques entre les ennemis d'Israël eux-mêmes n'étaient que d'inoffensives kermesses.

Il ne faut pas grand-chose pour ranimer les réflexes judéophobes. Il y a un  terreau fertile, or Morin est particulièrement bien placé pour le savoir, lui qui publia naguère un brillant essai intitulé "La Rumeur d’Orléans", où il analysait  avec intelligence la manière avec laquelle une infamie antisémite pouvait se propager, notamment moyennant la complaisance d'une certaine presse. Cela ne l'a pas retenu trente ans plus tard de recourir au même procédé pour répercuter  à travers les médias une rumeur sur un prétendu "carnage" à Jenine, non pas par souci d'informer, mais pour charger l'Etat Juif de tous les péchés d'Israël.

Nul ne peut mettre en cause les capacités analytiques ou l'érudition de Morin. Il est donc hors de question d'attribuer son antisionisme à un quelconque déficit intellectuel. En réalité il semble que cette obsession repose sur un conflit intérieur eu égard à son origine juive. Peut-être estime-t-il qu'un engagement universaliste est plus noble, plus élevé et plus respectable qu'une banale solidarité identitaire consistant à soutenir le droit d'Israël à l'existence.

Il faut bien entendu espérer qu'adviendra un jour une humanité une, pacifiée et confiante, ou les seules différences, celles de la culture, des mérites et des besoins, seront enfin reconnues[3], mais en attendant la gauche dont se réclame Morin n'a jamais réussi à éliminer l'antisémitisme dans ses propres rangs malgré un antiracisme de façade. Il dénonçait d'ailleurs lui-même dès 1959 dans son livre "Autocritique" le dévoiement du communisme et les raisons qui l'emmenèrent à s'en désolidariser. Il reconnaissait à quel point il s'était fourvoyé au cours de sa jeunesse, notamment par rapport à sa condition juive:

« Déjà avant guerre, j'avais peur de réagir en Juif aux événements politiques, et j'étais heureux de m'opposer, pacifiste, au « bellicisme » de la plupart des autres. Au cours de l'été 1940, je me disais : « Mieux vaut le salut de 40 millions de Français que celui de 500 000 Juifs. » Les premières mesures raciales me renforcèrent dans cette sorte d'acceptation attristée ... « J'étais même prêt a accepter l'immolation des Juifs si le salut des autres Français était à ce prix - si la fatalité de l'Histoire l'exigeait.

Certains, contrairement à Morin, pensent que ce sont les hommes qui font l'Histoire, et non pas que c'est l'Histoire qui fait les hommes. Mais si c'est Morin qui a raison, nous révélera-t-il un jour ce que, d'après lui, la fatalité de l'Histoire exige d'Israël ?


[1] Sami Naïr, homme politique franco-algérien et Danièle Sallenave, écrivaine.

[2] Avocats sans frontières et France-Israël

[3] Albert Memmi dans "Portrait d'un Juif"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI