SUIS-JE CHARLIE ?

LE GRAND MALENTENDU...

"JE SUIS CHARLIE"

Ce slogan que je n'ai pas brandi bien que participant à plusieurs rassemblements, procède, selon les individus, de motivations souvent assez différentes et parfois opposées.

  • Défendre coûte que coûte la liberté d'expression. C’est mon cas.
  • Partager la ligne éditoriale de Charlie. 
  • Dire NON au terrorisme aveugle.
  • Profiter de ce drame pour clamer sa haine de l'Islam.

Si on regarde posément les faits, on constate que ce journal satirique essentiellement composé de caricatures bénéficiait d'une très faible diffusion et était en grande difficulté financière.
Beaucoup n’appréciaient pas forcément ses grossièretés ou ses provocations souvent blessantes et finalement inutiles.
Et pourtant il devait absolument pouvoir s’exprimer. Selon un principe ancré dans nos gènes : La liberté d'expression n'est pas négociable.
Mais ce slogan "fourre-tout" a trompé beaucoup de ceux qui, musulmans de France ou de l’étranger, ont cru que toute la France soutenait forcément les propos de cet hebdomadaire.
Grave malentendu qu’il sera bien difficile d’aplanir.

Une bêtise de plus à mettre au débit des amateurs et des comptables qui nous dirigent, ou nous informent…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.