2-Analyse -Tidiane Thiam a-t-il encore tourné dis à la Côte d'Ivoire

Pourtant, les « fake news », à son sujet,circulent régulièrement. Selon ces « fake », certains jours, il était lui-même candidat à la présidentielle, d’autres jours, il était le Premier ministre putatif de Bédié, d’autres jours encore, il était le fer de lance du front anti-Ouattara.

Analyse - Tidiane Thiam a-t-il encore tourné le dos à la Côte d’Ivoire ( enjeux d’un deal avec Kagamé, Rwanda)

 

L’un des grands absents du terrain réel de la scène politique en Côte d’Ivoire est Tidiane Thiam.

 

Pourtant, les « fake news », à son sujet,circulent régulièrement.
Selon ces « fake », certains jours, il était lui-même candidat à la présidentielle, d’autres jours, il était le Premier ministre putatif de Bédié, d’autres jours encore, il était le fer de lance du front anti-Ouattara.

Le banquier franco-ivoirien Tidjane Thiam a ainsi fait l’objet de toutes les spéculations sur son appartenance et son rôle politiques, ses intentions déclarées ou cachées pour la présidentielle, etc.

Parmi les annonces cette déclaration du candidat du FPI : « J’ai le plaisir de vous annoncer qu’un illustre fils du pays, Tidjane Thiam, a décidé de rejoindre l’opposition contre la dictature de M. Ouattara ». Pourtant le 8 octobre 2020, par l’intermédiaire d’un porte-parole de circonstance, Marc Arthur Gaulithy, Tidiane Thiam avait tenu à préciser qu’il avait toujours prôné le dialogue entre toutes les parties en Côte d’Ivoire, refusant d’être l’homme d’un clan à la suite d’une brève de presse , faisant état d’un échange fortuit entre lui, et Mme Dominique Ouattara.

Ensuite, silence radio sur toute la ligne. La Côte d’Ivoire n’était plus dans l’agenda professionnel et/ou politique de Tidiane Thiam pendant cette période.

On apprend même que Paul Kagame vient de recruter Thiam pour promouvoir la place financière de Kigali. 

Le 12 novembre 2020, l’ex-patron de Credit Suisse a été nommé président du conseil d’administration du Rwanda Finance Limited, l’agence gouvernementale chargée du développement et de la promotion du Kigali International Financial Centre (KIFC). Certes, Tidiane Thiam revient en Afrique, mais son projet reste pour le moment dans la sphère de ses compétences professionnelles, la finance, et il se situe hors de la Côte d’Ivoire.

Combien de temps sa mission au service du Rwandais va-t-elle durer ?

Peut-on dire que Tidjane Thiam tourne à nouveau le dos à la Côte d’Ivoire, ou plutôt à la scène politique ivoirienne qui a cherché à instrumentaliser son nom pour donner un vernis de compétence financière à un projet de sédition ?

Les ambitions de Paul Kagamé pour le développement du Rwanda sont connues. En recrutant Tidiane Thiam, Paul Kagame marque des points auprès des bailleurs de fonds, des investisseurs et du secteur privé. Une place financière permet d’introduire en bourse des sociétés africaine. En apportant sa caution au président rwandais, Thiam montre qu’il considère que la démocratisation des sociétés et le vivre ensemble passent par le développement économique. La stabilité politique du Rwanda permet de développer une place financière. Dans l’esprit de Thiam, l’instabilité chronique de la Côte d’Ivoire au moment des élections rend difficile la conduite d’un projet qui vise à créer une place financière forte à Abidjan.

La Côte d’Ivoire possède tous les atouts pour qu’Abidjan devienne une place financière renommée. C’est dans ce domaine que Thiam souhaite agir pour la Côte d’Ivoire. Le fera-t-il après sa mission au Rwanda ? Ceux qui voulaient l’embarquer dans l’aventurisme politicien de la sédition et d’un illégal Conseil Politique de Transition, aujourd’hui condamné par tous, se sont trompés. Est-ce à dire que Thiam n’a vraiment pas d’ambition politique en Côte d’Ivoire ? 2025 est encore loin. Qui vivra verra.

Justice Konan
JusticeKonan.com
Mjdhlp@hotmail.fr
Paris 12 novembre 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.