danivance
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Etienne de la Boétie
Abonné·e de Mediapart

249 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2017

Sur la Corée du Nord et la guerre nucléaire qui vient.

Mesdames, messieurs, vous avez peur de l'embrasement final qu'on sent sourdre à petit feu et vous avez raison, mais sachez le, le capitalisme qui s'est implanté mondialement presque partout est le véritable responsable de toutes les guerres, passées, présentes et à venir.

danivance
Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Etienne de la Boétie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce billet reprend et modifie en partie deux de mes commentaires dans un article de Bonnet.

Bon OK, c'est pas bien quand la Corée du Nord fait voler des missiles au dessus de ces voisins (il est bien sûr le seul pays à le faire) et pas bien non plus quand il développe une arme de dissuasion nucléaire comme ont fait et continuent de le faire, les USA (1700 têtes) , la Russie (1500), la France (300), la Grande Bretagne (160), l'Inde (30 à 150 ?), le Pakistan (100 ?), Israël (80 à 200 ?), la Chine (240).

 Mais cela pourrait être pire, ce pays (qui a un PIB de 29 soit 530 fois moins que les USA), fait peur à Trump (?), car il pourrait attaquer et détruire d'autres pays sous des prétextes sérieux et incontestables tels, la possession d'armes de destructions massives en fioles de 5 centilitres, des destructions de couveuses en milieu hospitalier, la lutte contre les terroristes venus d'Arabie Saoudite, etc. On tremble à la simple idée que la Corée du Nord pourrait décider d'envahir le Vietnam, l'Irak, la Lybie ou le Venezuela.

Trump et ses affidés auraient-ils raison ? il faut remettre au pas cette Corée du Nord. Trois méthodes ont déjà été testées ailleurs et ont donné une satisfaction toute relative, façon CIA comme en Ukraine et en Syrie on aide les gentils opposants à prendre le pouvoir, ou bien façon Lybie, on décrète une zone d'exclusion aérienne et on bombarde tout ce qui bouge, et la troisième comme en Irak, on bombarde tout ce qui bouge, on débarque avec quelques centaines de milliers de boys et on tue tout ce qui bouge encore.

Les résultats de ces trois méthodes : en Ukraine c'est la guerre civile, des milliers de morts civils, des millions de réfugiés et pas d'espoir à court terme. En Syrie, pareil et le dictateur qu'on voulait éliminer est toujours là. En Lybie c'est aussi des milliers de morts civils et de réfugiés, la civilisation qui retourne en arrière d'un siècle avec des guerres tribales pour la possession des ressources, et la distribution des armes de l'ancienne armée de Kadhafi à tous les terroristes des pays environnants. En Irak ce n'est pas mieux, morts civils par milliers, déplacés par millions, guerres civiles tribales et installation du califat d'EI.

On sait ce qu'il ne faut pas faire mais y a-t-il une autre méthode ? Difficile à dire, il faut la chercher et la tester. Mais on peut essayer quelques idées.

D'abord cesser d'attaquer d'autres pays pour renverser le pouvoir en place, car c'est la raison principale qui motive les dictateurs à se doter de l'arme atomique, seul moyen de contrebalancer la supériorité militaire américaine et d'assurer leur survie.

Pour la même raison annuler toutes les "sanctions économiques" qui ne sont en réalité que des guerres économiques préparant celles militaires, qui ne fonctionnent pas la plupart du temps, et qui quand elles fonctionnent ne font des victimes que chez les plus pauvres. Quand on empêche le développement économique et culturel d'un pays on retarde encore plus l'accès de ce pays à la démocratie.  

Une autre idée c'est de tenter d'aider au développement scientifique, technique et technologique en acceptant sans arrière pensée le système politique en place. Une amélioration des conditions de vie des peuples ferait beaucoup plus pour leurs libertés politiques que toutes les bombes du monde.

Evidemment cela prendra une, deux ou trois générations, mais nous-mêmes, combien de temps avons-nous mis pour sortir du servage politique et de l'obscurantisme culturel ?   

Puis pour faire sortir la Corée du Nord du nucléaire militaire il nous faut relancer le Traité de Non Prolifération des armes nucléaires et y inclure tous ceux qui possèdent réellement l'arme nucléaire, pour diminuer progressivement la quantité de têtes en commençant bien sûr par ceux qui en ont le plus.  

On estime qu'il y a à peu près 15.600 bombes nucléaires dans le monde.

Le 6 avril 2017, sans accord de l'ONU, donc illégalement, Trump a fait tirer 59 missiles Tomahawk sur la Syrie, pays avec lequel les USA ne sont pas en guerre, tuant ainsi quelques dizaines de soldats syriens. Le 13 avril 2017, sans accord de l'ONU, Trump a fait larguer la plus puissante de ses bombes, une  GBU-43/B (de plus de 10 tonnes, coût 17 millions de dollars et d'une puissance équivalente à une vingtaine de tomahawk), sur l'Afghanistan pays avec lequel les USA ne sont pas en guerre, une première en matière guerrière par la puissance de cette bombe (Trump en a encore 16 en stock).

Qui est dangereux pour la paix internationale ? Le dictateur sauvage et sanglant pour son peuple qui tente de s'équiper de la dissuasion nucléaire pour s'éviter le sort de Kadhafi, ou le président du pays le plus riche de la planète, le chef de l'armée la plus puissante au monde et qui porte la guerre dans de nombreux autre pays sans même la leur déclarer, faisant des milliers de victimes militaires mais encore plus de victimes civiles.   

Bien sûr le fait que tous les présidents du pays roi pour le capitalisme les Etats-Unis d'Amérique, ont été élus avec l'argent des grands complexes pétroliers et militaro industriels n'a aucune influence sur leur politique internationale va-t-en guerre depuis plus d'un siècle.

Mesdames, messieurs, vous avez peur de l'embrasement final qu'on sent sourdre à petit feu et vous avez raison, mais sachez le, le capitalisme qui s'est implanté mondialement presque partout est le véritable responsable de toutes les guerres, y compris de la prochaine mondiale. Ce n'est pas un hasard si Trump et quelques uns de ses vassaux d'Europe nous y poussent tranquillement. En choisissant Obama puis Trump aux USA, en choisissant Sarkozy puis Hollande et maintenant Macron en France, nos deux peuples ont choisit la guerre.

Jean Jaurès sur le capitalisme et la guerre.  

"Tant que, dans chaque nation, une classe restreinte d’hommes possédera les grands moyens de production et d’échange, tant qu’elle possédera ainsi et gouvernera les autres hommes, tant que cette classe pourra imposer aux sociétés qu’elle domine sa propre loi, qui est la concurrence illimitée, la lutte incessante pour la vie, le combat quotidien pour la fortune et pour le pouvoir ; tant que cette classe privilégiée, pour se préserver contre tous les sursauts possibles de la masse, s’appuiera ou sur les grandes dynasties militaires ou sur certaines armées de métier des républiques oligarchiques ; tant que le césarisme pourra profiter de cette rivalité profonde des classes pour les duper et les dominer l’une par l’autre, écrasant au moyen du peuple aigri les libertés parlementaires de la bourgeoisie, écrasant ensuite, au moyen de la bourgeoisie gorgée d’affaires, le réveil républicain du peuple ; tant que cela sera, toujours cette guerre politique, économique et sociale des classes entre elles, des individus entre eux, dans chaque nation, suscitera les guerres armées entre les peuples."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé