Vraies raisons de l’incendie de la cathédrale de Nantes.

Un bénévole du diocèse réfugié du Rwanda a avoué être à l'origine de l'incendie de la cathédrale de Nantes survenu le 18 juillet. Son "obligation de quitter la France était établie", a précisé le procureur de la République à Ouest-France.

Et oui, si au moins une de nos administrations chargées de la prise en compte des réfugiés avaient fait preuve du minimum d’humanisme auquel la France s’est engagée dans les divers traités qu’elle a signés, la cathédrale de Nantes n’aurait pas brûlé. Notre inhumanité nous coûte cher en plus d’être la honte de nos valeurs et principes républicains.

epave-bateau-002-1

Tout cela pour faire plaisir à 25% des électeurs français fanatiquement racistes qui avalent les discours xénophobes et nationalistes des politiques élus ou pas, désignant l’étranger comme responsable de la pauvreté qui touchent des millions d’entre nous, plutôt que de proposer des programmes politiques de changement vers une réelle égalité de distribution des richesses crées par notre travail.

La violence naît de ce mensonge diffusé par les 90% des médias aux ordres du capital, et des pouvoirs qui se sont succédés depuis au moins 50 ans, tous partisans du libéralisme économique. Violence (rare) de réfugiés qui désespérés d’être bientôt renvoyés à l’horreur de leur ancien pays, n’ont plus rien à perdre, mais aussi violence des Français les plus pauvres qui n’ont comme réponse à leur demandes de justice sociale qu’éborgnements, mains arrachées et même assassinat par les milices gouvernementales.   

On l’a encore constaté avec la pandémie Covid19, en plus de l’impréparation pratiquement organisée volontairement par les Chirac, Sarko, Hollande et Macron, le pouvoir a laissé mourir les plus faibles d’entre nous, les vieux et les vieilles dans leur déjà mouroir appelés Ehpad. Pas loin de 11.000 morts sur les 30.000 au total en France. C’était pourtant facile d’en sauver un grand nombre, on savait où ils étaient, il suffisait d’envoyer des équipes de soignants dans chaque établissement pour surveiller chacun d’entre eux. C’est le contraire qui a été fait, abandon des vieux à leur sort, pas de tests, pas assez d’oxygène, pas de protection pour les soignants, pas assez de soignants, impossibilité de leurs enfants de les secourir, etc..       

En résumé, les gesticulations communicationnelles de Macron et son équipe mises au point par les énarques qui sont cachés dans les bureaux de l’Elysée, n’ont aucune chance d’inverser le sens dramatique pris par les événements. Il fallait supprimer toutes les lois anti sociales, fiscales, sur le droit du travail, sur le chômage, sur les retraites (publiques et privées). Il faut partager la quantité de travail disponible entre tous les travailleurs par la diminution de la durée hebdomadaire du travail. Il faut augmenter le SMIC et les autres minimas sociaux pour remplir les carnets de commandes des petites entreprises, c’est à cela que devraient servir les milliards empruntés et nos impôts, pas à rémunérer le capital !

Ce ne sera pas fait, bien au contraire et les actionnaires criminels du CAC  l’ont bien compris qui en profitent pour pratiquer leur sport favori, le licenciement boursier financé par nos impôts.

Bon courage aux survivants.   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.