David BIZET

Conférencier, spécialiste de l'histoire de l'islam en France, exilé en Turquie

Pamukkale - TURQUIE

Sa biographie
David BIZET est né en 1984 à Dijon. Historien de formation, David BIZET donne de nombreuses conférences en France et sur la thématique de l'histoire de l'Islam en Europe. Converti à l'islam depuis 2001, il a étudié la langue arabe ainsi que le Coran auprès de cheikhs reconnus ayant enseigné dans de nombreuses universités. Il étudie l'histoire auprès de diverses universités et fréquente un temps l'IRBIMMA (Institut de Recherche sur Byzance, l'Islam et la Méditerranée au Moyen Âge) à Paris 1. Porté sur la question des minorités musulmanes, il effectue de nombreux voyages à la rencontre des musulmans en situation de minorité dans de nombreux pays d'Europe, en Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Bolivie) et en Inde. Ce sont ces nombreux voyages et expériences qui le conduisent à s'intéresser à la problématique de l'enseignement privé musulman depuis 2009. Entre 2013 et 2017, il est le représentant puis le responsable régional du CCIF en Alsace. Entre 2014 et 2019, il gravite également auprès des réseaux associatifs Turcs en Europe. En 2017, il s'essaye à l'expérience politique et se présente aux élections législatives dans la 6ème circonscription du Haut-Rhin. Conscient de la dégradation du climat social en France et de l'intolérance envers les musulmans, il s'exile en Turquie où il vit depuis 2019. Depuis la fin 2020, il met ses connaissances à dispositions des français de confession musulmanes souhaitant émigrer en Turquie.
Son blog
4 abonnés Blog de David BIZET - Davut PAŞA
Ses éditions
1 / 5
Voir tous
  • A nos libérateurs oubliés

    Par
    En ce 70ème anniversaire du débarquement de Provence, je voudrais saluer la mémoire de ces centaines de milliers d'Indigènes qui ont combattu sous les couleurs de la France pour offrir à ceux qui avaient colonisé leur terre et tué leurs ancêtres la Liberté.
Voir tous
  • Édition Mémoires du colonialisme

    Pour une reconnaissance du génocide algérien 1/3

    Par
    Libération pour certains, massacres pour d'autres. Le 8 mai 1945 est le symbole de la répression française avec les massacres de Sétif et sa région en Algérie encore française. Ce fut une goutte de haine qui fit déborder un vase déjà bien rempli du sang des "indigèrnes", car il convient de le rappeler : avant les évènements de Sétif, c'est tout une politique génocidaire s'étalant sur plus d'un siècle qui avait été mis en place par "les émissaires de la Civilisation". A l'heure où la France, pays des Lumières et des Droits de l'Homme dit-on, s'entête à faire reconnaître le génocide arménien par la Turquie, cette dernière n'a pas encore accordé le statut de génocide à ce qu'elle a fait en Algérie. Et pourtant : camps de concentrations, chambres à gaz (artisanales), massacres de masses inopinés... tout les ingrédients sont là.
  • Édition Roms, et qui d'autre?

    LETTRE OUVERTE A TOUTES LES VOIX DEMANDANT AUX MUSULMANS DE S'EXCUSER POUR LES EXACTIONS DE DAECH

    Par
    De nombreuses voix se sont élevées, au nom de la bienpensance, pour sommer les musulmans de France à condamner les actions de Daech. Plus encore, ils devraient maintenant s'excuser pour le drame survenu en Algérie avec Hervé Gourdel. Ces quelques lignes profitables en réponse à ces voix désagréables.
  • Édition Révolutions dans le monde arabe

    Irak :"Pétrole contre Nourriture" 2.0 by Laurent Fabius

    Par
    S'étant aperçu de la situation chaotique de l'Irak, de la difficulté de l'engagement américain et de la demande pressante des autochtones Kurdes en manque d'armes mais blindés de pétrole avec 43,5 milliards de barils de stock, il s'est servi du prétexte de quelques centaines de Yézidis persécutés pour se la ramener faire semblant de ramener la France sur le devant de la scène internationale. "Il", c'est Laurent Fabius, actuel ministre socialiste des Affaires Etrangères. Explications.
  • Édition Municipales 2014

    Des listes citoyennes pour contrer l'abstention

    Par
    Dernièrement, l'article des Invités de Mediapart intitulé "nous ne resterons pas sans bouger" mettait à l'honneur l'initiative d'un certain Ahmed Chaouki. Issu des quartiers populaires, de cette France d'en bas dont les classes politiques ignorent tout ou presque du mode de vie, ce dernier s'est fait le porte parole d'une liste citoyenne à Toulouse, dont il est tête de liste. Cette initiative n'est pas sans me rappeler celle de Kadir Ekici à Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Sa liste indépendante "Le Renouveau Mulhousien" tient exactement le même message. Et si la solution à l'abstention était l'engagement citoyen ?