mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 29 mai 2016 29/5/2016 Dernière édition

Quand Hollande met la droite en émoi

Ce mardi matin, François Hollande, candidat du Parti socialiste, a réussi un tour de force : mettre la droite, la droitosphère et la gauche sceptique en émoi. La raison : un texte paru dans Libération intitulé : "le changement c'est maintenant" et lisible ici.

Ce mardi matin, François Hollande, candidat du Parti socialiste, a réussi un tour de force : mettre la droite, la droitosphère et la gauche sceptique en émoi. La raison : un texte paru dans Libération intitulé : "le changement c'est maintenant" et lisible ici.

libeunehollandeLe candidat socialiste y dresse le bilan - juste - du quinquennat sarkozyste. Les faits sont têtus. Il n'est pas contestable que Nicolas Sarkozy a "dégradé" la France. Comme aucun autre avant lui. Que ce soit sur le plan des valeurs, de l'économie ( la dette n'a jamais autant augmenté que sous des gouvernements de droite auxquels il appartenait 2002-2007 ou qu'il dirigeait depuis 2007. Je ne parle pas du chômage...etc...) Qu'il ne vienne pas nous parler de la crise. Il a mené une politique de clans. Aidant les riches et traquant les pauvres. Listant les bons français et les autres. Bref, complètement à rebours de ce qu'est la France. Alors oui, il a dégradé notre pays.

Qu'écrit- il ? "Un mandat se juge sur ses résultats, une politique sur sa cohérence, un caractère sur sa constance". ou encore "Il y a surtout les politiques injustes et stériles menées depuis dix ans, les fautes économiques et morales de ce dernier quinquennat. Il y a donc la responsabilité personnelle de celui qui est au sommet de l’Etat depuis cinq ans.
Bref, François Hollande dans cette adresse aux Français n'hésite pas à rompre avec l'image de Flamby qui lui colle à la peau. Et il y parvient. Et là, la droite se met en émoi.

Sur Twitter, Nadine Morano devient un spam ambulant pour dénoncer de manière automatique les propos du candidat socialiste, les représentants la droitosphère (MRY, Koz Toujours ou encore krstv) s'en donnent à cœur joie, les médias sont désarçonnés. Bruce Toussaint sur Europe 1 en profite donc pour piéger Moscovici en tronquant des citations.
C'est ainsi que l'on peut conclure que la droite est en émoi devant un changement réel de francois_hollande_ouv_reference stratégie de François Hollande. Elle l'imaginait policé. Le voici pugnace. Le texte touche donc juste.

Plus étonnante est la réaction de ce que l'on peut qualifier de gauche sceptique - dont l'auteur de ces lignes peut aisément faire partie tant il est critique vis à vis de la gauche et de François Hollande. Il suffit de lire ça ou ça ou encore ça. Sur lePlus Nouvel Obs, sous la plume de mon amie l'excellente Aurore Gorius (co-auteur de l'excellent les Gourous de la com') la chose suivante : "Si les socialistes ne travaillent pas à éclaircir encore le projet de François Hollande, Nicolas Sarkozy pourrait sembler avoir plus de fond (il est dans les dossiers). Même après "cinq années de présidence de la parole". Ce serait un comble".

La critique peut s'entendre, je l'ai moi-même formulée ici. Deux objections cependant. D'abord depuis deux ans Hollande trace son sillon en égrenant sa réforme fiscale ambitieuse, son ambition pour la jeunesse, ses propositions sur le nucléaire etc...
On peut ne pas être d'accord avec cela, mais il est assez compliqué de dire qu'il n'y a pas de fond. A moins que les thuriféraires de François Hollande aujourd'hui n'aient préféré que lors de cette adresse aux Français, François Hollande ne se mue en comptable. Les mêmes auraient alors accusé ce dernier de manquer de hauteur. Comme un écho à la scène du promeneur du champ de mars de Guédiguian où le Mitterrand-Bouquet dit au Benamou-Lespert "je suis le dernier des grands présidents, après moi il y aura des financiers et des comptables". http://www.dailymotion.com/video/x7hkk0_le-promeneur-du-champs-de-mars-band_shortfilms?start=2#from=embediframe

Bref, François Hollande avec cette adresse aux Français a choisi de casser la boîte dans laquelle la droite, la gauche, et les médias l'avaient rangé. C'est un bon début de campagne. La droite en est toute émoustillée. Il faudra confirmer cela et bien sûr donner des mesures concrètes. Mais le "rêve français " tel qu'écrit ce jour dans Libération (Celui qui permet à la génération qui vient de mieux vivre que la nôtre. Celui qui transmet le flambeau du progrès à la jeunesse impatiente, celui qui donne à la Nation sa fierté d’avancer, de dépasser ses intérêts et ses catégories d’âge et de classes pour se donner un destin commun, qui nous élève et nous rassemble. Cette espérance n’est pas vaine. Elle est le fil qui renoue le récit républicain) est une très belle base présidentielle, pour que la "France ne soit plus dégradée".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Comme j'aimerais pouvoir avoir ne serait-ce que le début de l'esquisse de la possiblilté de l'éventuelle hypothèse de pouvoir penser que Mr Hollande et les "fins stratèges"du PS font mine d'accepter à l'avance de conduire une politique Papaandrounienne, Zapatéronienne ou SPDienne, pour finalement faire un coup de barre à gauche toute (un pédalo se manie bien, sauf en cas de tempête...) et par la même redonner sa lettre de noblesse à un parti qui a oublié ce qu'est le socialisme...

 

Si un article, fut-ce-t-il de "bonne facture", suffit aux "mécréants"pour pouvoir croire "au réveil"socialiste d'un Hollande pourtant bien "cohérent" dans sa ligne centriste depuis son "début" en politique, il m'en faudra bien davantage pour passer sous silence ses divers silences (et ceux de son parti) sur les quelques points "de détails" soulevés plus haut par Normandie Niemen...

 

Je suis à peu près aussi convaincu de ce réveil tardif d'Hollande que du "virage social" du FN, dont les médias se font échos sans jamais le contredire (ils sont dans leur rôle de neutralité, n'est-ce pas?)...Mais il est vrai que dans un système où ce sont les sondages qui dictent les règles, à l'instar des agences de notations pour la politique, tant que le candidat du PS et jean-marine le pen seront haut dans les sondages, ils seront "intouchables"...

 

Quant à nous, "mécréants"et têtes dures du Front de Gauche, c'est sur le terrain que nous "prenons le pouls"de nos concitoyens et j'y constate une accélération des pulsations cardiaques et de raisonnement en faveur des mesures portées par le FDG, qui sont à l'opposées de la soumission aux "lois divines"des marchés et des spéculateurs que semblent "goûter"les autres candidat(e)s aux responsabilités "suprêmes"...

 

Nous pensons, doux rêveurs idéalistes irresponsables, que ce n'est pas la finance qu'il faut choyer, mais l'humain...Tout comme le numéro 6 d'une célèbre série télévisée, nous ne sommes pas des numéros et ne sommes pas prisonnier d'un système que l'on nous présente comme indépassable...Alors, pour ces élections et pour la période qui la précède et celle qui suit, les Français auront le choix de zapper, d'être spectateurs ou d'être acteurs d'un changement de programme dont il choisiront le thème et en seront les réalisateurs...

 

Place à l'humain, place au(x) peuple(s) !

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 16 abonnés

Le blog de David Medioni